BAMBARA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bambara est certainement l'un des ethnonymes les plus célèbres d'Afrique de l'Ouest, sans qu'il ait jamais pour autant désigné une population strictement identifiable et aisément délimitable sur le terrain. Sa notoriété, au contraire, est à la mesure de la grande diversité de ses usages. Il y a toujours eu bien des manières d'être bambara ou d'être réputé tel par ses voisins.

Tout au long du xviie siècle, des bandes guerrières sans doute fort disparates mais connues et redoutées sous ce nom de Bambara depuis Tombouctou et Djenné jusqu'aux comptoirs de traite européens du haut Sénégal, profitant du vide politique et peut-être démographique laissé par l'effondrement progressif des empires du Mali et du Songhay, imposent de part et d'autre du cours moyen du Niger un vaste réseau de chefferies pillardes et résolument païennes dont émergent, au début du xviiie siècle, les deux États rivaux de Segu (autour de la ville actuelle de Ségou) et, plus à l'ouest, du Kaarta. Jusque dans les années 1850, l'histoire de l'Afrique occidentale intérieure est dominée par ces « royaumes bambara » – appareils surtout militaires qui contrôlent par la force et s'assimilent partiellement des populations locales très diverses. Puis ces États s'effondrent sous les coups de la guerre sainte (jihad) menée par El Hadj Omar.

Constitués ensuite, dans le cadre de la colonie du Soudan français, en ethnie recensable, cartographiable et présumée homogène, par l'effet conjugué des exigences du classement administratif et des présupposés de l'ethnologie coloniale, les Bambara retrouvent, à partir des années 1930, une autre forme de célébrité : ils deviennent, en effet, avec les Dogon, l'un des objets privilégiés des recherches ethnographiques menées par Marcel Griaule et ses disciples (Germaine Dieterlen, Solange de Ganay, Dominique Zahan), de leur goût passionné, voire exclusif, pour la reconstitution et l'exégèse des symbolismes rituels et myt [...]


Médias de l’article

Masque bamana

Masque bamana
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie

Masque bambara

Masque bambara
Crédits : Bridgeman Images

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  BAMBARA  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classes d'âges »  : […] Sans doute l'initiation est-elle d'abord un mode d' intégration à un groupe social et, la plupart du temps, elle coïncide avec les âges de la vie, notamment avec les passages de l'enfance à l'âge adulte. C'est un processus de socialisation des jeunes, qui peuvent, rassemblés en classes d'âges, passer un temps plus ou moins long, en dehors du village, à recevoir l'éducation que tout homme du grou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_12498

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les agriculteurs du Soudan »  : […] La savane soudanaise, au climat tropical sec, est le domaine des cultivateurs de mil, constructeurs d'empires. La sculpture des peuples de ces régions aux vastes horizons lumineux est anguleuse et austère, d'esprit abstrait et cubiste. Les Dogon de la falaise de Bandiagara au Mali, connus initialement grâce aux travaux de Marcel Griaule et de ses collaborateurs, ont conservé un héritage culturel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-un-foisonnement-artistique/#i_12498

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « Comment ethnographier les pratiques de communication »  : […] L’un des principaux concepts de l’anthropologie de la communication est celui de compétence de communication. Contrairement à la notion de compétence linguistique au centre des approches formelles du langage, celle-ci ne porte pas sur la seule maîtrise des règles grammaticales, mais plus largement sur les normes socioculturelles qui régissent les usages de la langue. Il s’agit de savoir parler cor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-la-communication/#i_12498

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Les représentations anatomiques »  : […] Les représentations portant sur la connaissance anatomique du corps sont, elles aussi, socialement codées. Plus généralement, les conceptions du rapport entre l'intérieur et l'extérieur du corps, la notion de frontières du corps varient sensiblement selon les sociétés. Pour les sociétés traditionnelles, la connaissance des organes et des fonctions physiologiques n'a de valeur que par son insertion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_12498

HAZOUMÉ ROMUALD (1962- )

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 1 004 mots

Romuald Hazoumé est né en 1962 à Porto-Novo (République du Bénin) dans une famille catholique d'origine yoruba qui a su rester en contact avec le culte des ancêtres, tel qu'il s'incarne dans le vaudou. Élève brillant il refuse de repasser son baccalauréat après que sa feuille d'examen a été égarée et il se tourne vers le sport de haut niveau, mais un accident l'oblige à renoncer à cette activité. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romuald-hazoume/#i_12498

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les initiations tribales »  : […] Les rites de passage de l' enfance à l'âge adulte n'existent pas partout, du moins pas pour les deux sexes. Ici, il n'y a que les garçons qui les subissent ; là, les filles seulement ; ailleurs, les deux. Comme le montre A. Van Gennep, l'initiation est un « rite de passage » qui prend place dans tout un ensemble organisé, allant des rites de la naissance à ceux de la mort ; c'est pourquoi les cér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_12498

KAARTA

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 217 mots

Selon la légende, deux frères sont les ancêtres des Bambara. L'un fut à l'origine du royaume de Ségou. L'autre est l'ancêtre des Bambara Massassi et le fondateur du royaume du Kaarta. Cette installation semble dater de la première moitié du xvii e  siècle. La capitale du Kaarta est alors Sounsana. Mais, vers le milieu du siècle suivant, les Bambara de Ségou prennent et annexent Sounsana. Les Massa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaarta/#i_12498

MANDÉ

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 221 mots

Noyau de l'Empire mandingue, les Mandé forment un immense groupe ethno-linguistique en Afrique de l'Ouest. Ils s'étendent de la boucle du Niger jusqu'à l'océan Atlantique, du Sénégal au Liberia. Les Mandé occidentaux sont principalement les Soussou et les Dialonké. Peut-être venus du haut Sénégal, ils submergèrent le territoire de l'actuelle Guinée, vers le xiii e  siècle, avant d'être refoulés pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mande/#i_12498

MASQUES - Le masque en Afrique

  • Écrit par 
  • Annie DUPUIS
  •  • 4 315 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Agriculteurs du bassin du Niger »  : […] Pour les Bambara, « la société n'a commencé d'exister qu'avec l'agriculture » (D. Zahan). De nombreux masques bambara représentent diverses antilopes, animal associé à l'agriculture, dont la tradition orale dit qu'il fut l'instigateur. À la corne est assimilée la croissance des céréales. Les plus connus de ces masques sont les tyirawaw des Bambara, portés par la société initiatique du même nom, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-afrique/#i_12498

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les composantes de la personne dans les sociétés soudanaises »  : […] Les analyses de la personne effectuées par Marcel Griaule et Germaine Dieterlen chez les Dogon et les Bambara du Mali ont eu historiquement une influence considérable et ont marqué l'essor des recherches ultérieures – ce qui explique partiellement l'importance des travaux des africanistes sur ce thème. Fondées sur de longues observations, elles ont mis en évidence des systèmes complexes de compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_12498

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Dans le chapitre « Conditions d'une évolution »  : […] En vérité, toutes ses facultés et ses tendances semblent prédisposer l'Afrique au théâtre. Le metteur en scène G. W. Pabst avait coutume de dire qu'il n'existait dans le monde que trois sortes de comédiens instinctifs : les Noirs, les Chinois et les enfants. Le Noir possède un sens miraculeux du rythme, une rare justesse de l'oreille, un entraînement traditionnel aux joutes orales les plus subtile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-en-afrique-noire/#i_12498

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BAZIN, « BAMBARA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bambara/