LIBÉRATION, France (1944-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sortie de guerre (automne de 1944-printemps de 1945)

Ordre républicain

Entre septembre et octobre 1944, la phase insurrectionnelle est close. Les ordonnances prises à Alger par le Comité français de libération nationale pour préparer la Libération sont complétées. Elles abolissent l'essentiel des actes du régime de Vichy et organisent l'épuration. Elles jettent les bases légales du pouvoir nouveau. Le gouvernement remanié le 9 septembre se veut d'« unanimité nationale » avec treize représentants des forces politiques et neuf membres issus des mouvements de Résistance. L'Assemblée consultative provisoire est élargie le 11 octobre à des représentants de la Résistance.

La reprise en main du pays se fait avec célérité, compte tenu de sa situation morale et matérielle. Commissaires régionaux de la République et préfets s'emploient à canaliser les énergies résistantes et à résorber les pouvoirs « girondins » issus de l'insurrection. La dissolution des F.F.I., le dessaisissement progressif du C.N.R., la marginalisation des comités de libération en marquent les étapes. Mais, devant les réactions, il faut composer, abandonner les conseils généraux au profit des C.D.L., faire des concessions sur les municipalités provisoires ou sur l'épuration. Il y a des soubresauts, mais le choix légaliste du P.C., confirmé après le retour de Maurice Thorez en France le 27 novembre, contribue beaucoup à les apaiser. Il ne cherche pas l'épreuve de force, pas sur le plan national en tout cas. La dissolution des milices patriotiques le 28 octobre en est la preuve, même si l'affaire n'est réglée qu'après un bras de fer de plusieurs semaines entre le pouvoir central et certains pouvoirs locaux.

Bien qu'une partie de la Résistance communiste et non communiste pousse à une reconstitution politique du pays fondée sur la pyramide des comités de libération, la « ligne » commune reste à la poursuite de la guerre, au rétablissement de l'ordre et au retou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Omaha Beach, 7 juin 1944

Omaha Beach, 7 juin 1944
Crédits : Wall/ MPI /Getty Images

photographie

Le général Leclerc à Paris, 25 août 1944

Le général Leclerc à Paris, 25 août 1944
Crédits : National Archives, Washington, D.C.

photographie

Charles de Gaulle, 26 août 1944

Charles de Gaulle, 26 août 1944
Crédits : Ralph Morse/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Combats pour la libération de Paris, 1944

Combats pour la libération de Paris, 1944
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LIBÉRATION, France (1944-1946)  » est également traité dans :

BILLOTTE PIERRE (1906-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 856 mots
  •  • 3 médias

Né à Paris le 8 mars 1906, Pierre Billotte, saint-cyrien à vingt ans, suit un parcours militaire classique. Lieutenant en 1930, élève de l'École supérieure de guerre de 1934 à 1936, le commandant Billotte est blessé pendant la campagne de France et fait prisonnier. Évadé d'Allemagne par l'U.R.S.S., avec cent quatre-vingt-cinq autres Français, il connaît les geôles soviétiques avant de devenir le r […] Lire la suite

BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 673 mots

Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance du général de Gaulle à partir du 26 juillet 1940, son « ami et compagnon de toutes les heures » et un de ses truch […] Lire la suite

BUCKMASTER MAURICE (1902-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 899 mots
  •  • 1 média

De 1941 à 1945, le colonel Buckmaster est entré dans l'histoire et la légende de la Résistance française et des services secrets britanniques ; il fut, en effet, chef de la section française du Special Operations Executive (S.O.E.) qui devait « mettre l'Europe en feu » à la demande de Winston Churchill. Créé sur décision du cabinet de guerre en août 1940, sous la responsabilité du ministère de la […] Lire la suite

CHOLTITZ DIETRICH VON (1894-1966)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 212 mots
  •  • 2 médias

Né à Schloss Wiese en Silésie, Dietrich von Choltitz sert comme officier dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Au cours de la seconde, il se révèle excellent chef de corps, parfaitement discipliné et sans pitié. Il participe aux campagnes de Pologne et de France et est remarqué par Hitler lors de la prise d'Amsterdam. C'est à von Choltitz qu'est confié l'écrasement de la vil […] Lire la suite

COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 695 mots
  •  • 5 médias

La première séance du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), créé le 3 juin 1943, eut lieu le 4 juin à Alger, sous la coprésidence du général de Gaulle , représentant les Français de Londres, et du général Giraud , représentant ceux d'Alger. Il comportait cinq membres : général Catroux, général Georges, Massigli, Monnet, Philip. Le 7, il sera complété avec Abadie, Couve de Murville et […] Lire la suite

CORSE

  • Écrit par 
  • Christian AMBROSI, 
  • Gilbert GIANNONI, 
  • Janine RENUCCI, 
  • André RONDEAU
  •  • 8 398 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'assimilation »  : […] Bonaparte, devenu Premier consul, maintint la Corse sous un régime d'exception, tout en lui accordant des avantages fiscaux (les arrêtés Miot de Mélito, administrateur général de l'île) ; le général Morand, qui eut tous les pouvoirs jusqu'en 1811, exerça une justice impitoyable. La présence de Napoléon à la tête de l'Empire favorise l'assimilation rapide de la Corse à la France. Désormais, l'histo […] Lire la suite

ÉPURATION (1944-1945)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 141 mots

En France, répression des actes de collaboration avec l'ennemi, en particulier à partir de l'été 1944. Dès le début de 1943, la mise à l'index de tous ceux qui avaient occupé de hautes fonctions dans le gouvernement de Vichy était décidée par les résistants et les gaullistes. En novembre 1943, l'Assemblée consultative d'Alger se prononce pour la condamnation sans appel de Vichy et des vichystes (« […] Lire la suite

F.F.I. (Forces françaises de l'intérieur)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 552 mots
  •  • 3 médias

Nom donné, en février 1944, à l'ensemble des forces de la résistance intérieure française. Placées, en mars, sous l'autorité du général Kœnig, commandant suprême des forces françaises en Grande-Bretagne, les F.F.I. ont un état-major national et un commandement régional, parfois départemental. Le lien entre les forces militaires de la clandestinité et l'organisme politique créé au printemps de 1943 […] Lire la suite

FRENAY HENRI (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 597 mots

« Patriote ardent, au courage exceptionnel, a, dès la première heure, mis son activité totale au service de la Résistance française. Toujours à la pointe du combat, s'est attaché à forger les armes de la délivrance en créant, malgré les pires dangers, une organisation de propagande et de lutte contre l'ennemi, qui a acquis des titres impérissables à la reconnaissance de la Nation. » Cette citation […] Lire la suite

F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Organisation armée de résistance à l'occupation allemande de la France, durant la Seconde Guerre mondiale, les F.T.P., ou Francs-tireurs et partisans , avaient été créés par le Front national, lui-même mouvement de résistance en zone nord à partir de juin 1941 et qui était dominé par le Parti communiste. Ces maquisards conservèrent jusqu'à la fin de la guerre une indépendance de fait, même lorsque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 mars 2021 France. Accord sur la reprise de l'usine Vale en Nouvelle-Calédonie.

Le président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie Roch Wamytan annonce la signature d’un accord qui prévoit « une solution calédonienne et apaisée » au litige relatif à la reprise de l’usine de nickel du groupe brésilien Vale, située dans la province du Sud. Les autres signataires sont la coalition Les Loyalistes et la présidente loyaliste de la province […] Lire la suite

2-17 février 2021 France. Élection d'un gouvernement dirigé par les indépendantistes en Nouvelle-Calédonie.

Le 2, les membres indépendantistes du gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie présentent leur démission, faisant ainsi tomber l’exécutif du territoire. Ils invoquent « la persistance des difficultés économiques et sociales, l’incertitude sur l’avenir institutionnel […] et la crise de la Covid-19 ». Le Front de libération nationale kanak et socialiste […] Lire la suite

20-30 janvier 2021 France – Algérie. Remise du rapport de Benjamin Stora sur la réconciliation mémorielle franco-algérienne.

libération nationale (FLN). Le 30, l’influente Organisation nationale des moudjahidine, qui représente les anciens combattants de la guerre d’indépendance, est le premier organisme officiel à réagir au rapport Stora, auquel il reproche d’avoir « occulté les crimes coloniaux » perpétrés par la France et « d’écarter toute possibilité d’excuses » de la […] Lire la suite

7-22 décembre 2020 France. Tension autour de la reprise d'une usine métallurgique en Nouvelle-Calédonie.

À partir du 7, des affrontements éclatent entre les forces de l’ordre et les défenseurs d’une solution locale à la reprise de l’usine hydrométallurgique du Sud, à la suite du retrait annoncé du groupe brésilien Vale NC. Des barrages sont dressés sur les routes et des sites miniers sont bloqués. La mobilisation est menée par le collectif Usine du  […] Lire la suite

4-9 octobre 2020 Mali – France – Suisse. Libération d'otages par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans.

Le 4, la junte au pouvoir depuis le putsch d’août libère environ deux cents prisonniers djihadistes, dont plusieurs cadres responsables d’attentats meurtriers dans la région. Le 8, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), lié à Al-Qaida, libère la travailleuse humanitaire française Sophie Pétronin, enlevée à Gao en décembre 2016, ainsi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie GUILLON, « LIBÉRATION, France (1944-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liberation-france/