LIBÉRATION, France (1944-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le choix démocratique (1945-1946)

Partis

En dépit des espoirs caressés par leurs chefs, le temps des mouvements de résistance est passé, celui des forces politiques légitimes revient. Le Mouvement de libération nationale (M.L.N.), issu de la résistance non communiste, et le Front national (F.N.) sont satellisés. Le parti le plus tôt reconstitué et de loin le plus puissant est le P.C. Fort de plusieurs millions de sympathisants (et plus de 500 000 adhérents revendiqués en 1945), il anime une nébuleuse d'organisations, dont le F.N., et contrôle une grande partie de la C.G.T. S'il n'a pas rompu avec la tactique de débordement adoptée durant la clandestinité, il accepte peu à peu de mettre son activisme en conformité avec sa participation au gouvernement. Pour préserver et élargir les positions conquises à la Libération, le P.C. rend prioritaire la stratégie de large front électoral. Elle est servie par le F.N. qui intègre des modérés, radicaux ou catholiques, et propose la fusion au M.L.N. À la fin de janvier 1945, la majorité du congrès du M.L.N. fait échouer le projet. Tiraillée entre les proches de la S.F.I.O. et les partisans de l'autonomie, elle opte finalement pour sa transformation en un parti charnière hétérogène, l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (U.D.S.R.). La S.F.I.O., qui est l'un des piliers du nouveau pouvoir, a une attitude ambivalente. D'abord sévère vis-à-vis de ses cadres qui n'ont pas donné de gages résistants, elle se montre plus conciliante ensuite pour conserver des positions électorales. Face au P.C. dont elle refuse la main tendue, elle tend à camper sur des positions « de gauche ». Son congrès de novembre 1944 refuse l'option du travaillisme à la française et l'ouverture vers des résistants venus des mouvements. Il pâtit vite dans l'opinion de la contradiction entre un discours radical et une pratique qui ne l'est pas. Se voulant lui aussi révolutionnaire, un nouveau parti, le Mouvement républicain populaire (M.R.P.) se constitue en novembre 1944 à partir de la mouvance résistante démocrate-chrétienne et de syndicalistes chrét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Omaha Beach, 7 juin 1944

Omaha Beach, 7 juin 1944
Crédits : Wall/ MPI /Getty Images

photographie

Le général Leclerc à Paris, 25 août 1944

Le général Leclerc à Paris, 25 août 1944
Crédits : National Archives, Washington, D.C.

photographie

Charles de Gaulle, 26 août 1944

Charles de Gaulle, 26 août 1944
Crédits : Ralph Morse/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Combats pour la libération de Paris, 1944

Combats pour la libération de Paris, 1944
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LIBÉRATION, France (1944-1946)  » est également traité dans :

BILLOTTE PIERRE (1906-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 855 mots
  •  • 3 médias

Né à Paris le 8 mars 1906, Pierre Billotte, saint-cyrien à vingt ans, suit un parcours militaire classique. Lieutenant en 1930, élève de l'École supérieure de guerre de 1934 à 1936, le commandant Billotte est blessé pendant la campagne de France et fait prisonnier. Évadé d'Allemagne par l'U.R.S.S., avec cent quatre-vingt-cinq autres Français, il connaît les geôles soviétiques avant de devenir le r […] Lire la suite

BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 673 mots

Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance du général de Gaulle à partir du 26 juillet 1940, son « ami et compagnon de toutes les heures » et un de ses truch […] Lire la suite

BUCKMASTER MAURICE (1902-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 898 mots
  •  • 1 média

De 1941 à 1945, le colonel Buckmaster est entré dans l'histoire et la légende de la Résistance française et des services secrets britanniques ; il fut, en effet, chef de la section française du Special Operations Executive (S.O.E.) qui devait « mettre l'Europe en feu » à la demande de Winston Churchill. Créé sur décision du cabinet de guerre en août 1940, sous la responsabilité du ministère de la […] Lire la suite

CHOLTITZ DIETRICH VON (1894-1966)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 211 mots
  •  • 2 médias

Né à Schloss Wiese en Silésie, Dietrich von Choltitz sert comme officier dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Au cours de la seconde, il se révèle excellent chef de corps, parfaitement discipliné et sans pitié. Il participe aux campagnes de Pologne et de France et est remarqué par Hitler lors de la prise d'Amsterdam. C'est à von Choltitz qu'est confié l'écrasement de la vil […] Lire la suite

COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 694 mots
  •  • 5 médias

La première séance du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), créé le 3 juin 1943, eut lieu le 4 juin à Alger, sous la coprésidence du général de Gaulle , représentant les Français de Londres, et du général Giraud , représentant ceux d'Alger. Il comportait cinq membres : général Catroux, général Georges, Massigli, Monnet, Philip. Le 7, il sera complété avec Abadie, Couve de Murville et […] Lire la suite

CORSE

  • Écrit par 
  • Christian AMBROSI, 
  • Gilbert GIANNONI, 
  • Janine RENUCCI, 
  • André RONDEAU
  •  • 8 396 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'assimilation »  : […] Bonaparte, devenu Premier consul, maintint la Corse sous un régime d'exception, tout en lui accordant des avantages fiscaux (les arrêtés Miot de Mélito, administrateur général de l'île) ; le général Morand, qui eut tous les pouvoirs jusqu'en 1811, exerça une justice impitoyable. La présence de Napoléon à la tête de l'Empire favorise l'assimilation rapide de la Corse à la France. Désormais, l'histo […] Lire la suite

ÉPURATION (1944-1945)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 141 mots

En France, répression des actes de collaboration avec l'ennemi, en particulier à partir de l'été 1944. Dès le début de 1943, la mise à l'index de tous ceux qui avaient occupé de hautes fonctions dans le gouvernement de Vichy était décidée par les résistants et les gaullistes. En novembre 1943, l'Assemblée consultative d'Alger se prononce pour la condamnation sans appel de Vichy et des vichystes (« […] Lire la suite

F.F.I. (Forces françaises de l'intérieur)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 551 mots
  •  • 3 médias

Nom donné, en février 1944, à l'ensemble des forces de la résistance intérieure française. Placées, en mars, sous l'autorité du général Kœnig, commandant suprême des forces françaises en Grande-Bretagne, les F.F.I. ont un état-major national et un commandement régional, parfois départemental. Le lien entre les forces militaires de la clandestinité et l'organisme politique créé au printemps de 1943 […] Lire la suite

FRENAY HENRI (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 597 mots

« Patriote ardent, au courage exceptionnel, a, dès la première heure, mis son activité totale au service de la Résistance française. Toujours à la pointe du combat, s'est attaché à forger les armes de la délivrance en créant, malgré les pires dangers, une organisation de propagande et de lutte contre l'ennemi, qui a acquis des titres impérissables à la reconnaissance de la Nation. » Cette citation […] Lire la suite

F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Organisation armée de résistance à l'occupation allemande de la France, durant la Seconde Guerre mondiale, les F.T.P., ou Francs-tireurs et partisans , avaient été créés par le Front national, lui-même mouvement de résistance en zone nord à partir de juin 1941 et qui était dominé par le Parti communiste. Ces maquisards conservèrent jusqu'à la fin de la guerre une indépendance de fait, même lorsque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Irak – France. Libération d’otages français en Irak. 26 mars 2020

Les trois Français Antoine Brochon, Julien Dittmar et Alexandre Goodarzy, et l’Irakien Tariq Mattoka, membres de l’ONG française SOS Chrétiens d’Orient, sont libérés. Leur enlèvement à Bagdad en janvier avait été attribué à une milice chiite pro-iranienne, dans le contexte de l’assassinat du général iranien Ghassem Soleimani par les États-Unis, quelques jours plus tôt, dans la capitale irakienne. […] Lire la suite

Iran – France. Libération du chercheur français Roland Marchal. 19-20 mars 2020

libère le chercheur français Roland Marchal, arrêté à Téhéran en juin 2019 avec sa collègue et compagne franco-iranienne Fariba Adelkhah. Roland Marchal rentre en France le lendemain, tandis que Fariba Adelkhah demeure emprisonnée en Iran. Leur procès pour « propagande contre le système » et « collusion […] Lire la suite

Arabie Saoudite. Attaque de deux sites pétroliers. 14-23 septembre 2019

annonce l’envoi dans la région du golfe Persique de renforts militaires défensifs. Le 23, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, signataires européens des accords sur le nucléaire iranien, dénoncent la responsabilité de l’Iran dans l’attaque en Arabie Saoudite et appellent Téhéran à s’engager […] Lire la suite

Italie. Accostage de force du Sea-Watch 3 à Lampedusa. 15 juin - 2 juillet 2019

est arrêtée et assignée à résidence dans le cadre d’une enquête pour aide à l’immigration clandestine et non-respect de l’ordre d’un navire militaire. La France et l’Allemagne lui apportent leur soutien. Le 2 juillet, le tribunal d’Agrigente, ignorant les réquisitions du parquet, ordonne […] Lire la suite

Libye. Offensive sur Tripoli des troupes du maréchal Khalifa Haftar. 4-29 avril 2019

. En février, l’ANL a conquis des positions dans le Fezzan, dans le sud du pays. Le 5, les ministres des Affaires étrangères du G7 réunis en France exhortent les belligérants à cesser les mouvements militaires « qui entravent les perspectives du processus politique mené par les Nations unies […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie GUILLON, « LIBÉRATION, France (1944-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liberation-france/