LIAISONS CHIMIQUESLiaisons biochimiques faibles

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Morphogenèse des macromolécules et de leurs associations

Les macromolécules biologiques sont des polymères à la structure originale. Deux classes particulièrement importantes sont les acides nucléiques, dont la structure est associée à leur rôle de matrice du patrimoine héréditaire, et les protéines, qui sont les objets de l'expression de ce patrimoine et les effecteurs de la vie cellulaire.

Les protéines sont constituées par un enchaînement linéaire d'acides aminés unis par une liaison covalente, la liaison amide, appelée dans ce cas liaison peptidique. Ce sont donc des polypeptides. Il existe vingt acides aminés naturels, et la structure primaire d'une protéine est réalisée par la disposition séquentielle des différents acides aminés. En conséquence de cette organisation séquentielle, la forme géométrique de la protéine varie. Il existe pourtant certaines caractéristiques qu'on retrouve dans un grand nombre de protéines et qu'on regroupe sous le nom générique de structure secondaire. Il s'agit de structures hélicoïdales (hélice α), stabilisées grâce à la contribution de liaisons hydrogène régulièrement réparties entre atomes d'oxygène et d'azote de deux liaisons peptidiques, de structures presque planes (feuillets β), résultant elles aussi d'un arrangement stabilisé par des liaisons hydrogène particulières, mais aussi des liaisons de Van der Waals entre les résidus variables des acides aminés, et enfin de tournants β qui utilisent une géométrie particulière de certains acides aminés leur permettant un arrangement régulier grâce à la contribution de diverses liaisons faibles. La forme finale de la protéine, que l'on associe généralement à sa fonction dans la vie cellulaire, est sa structure tertiaire. Elle résulte de la combinaison de sections organisées suivant les divers types de structure secondaire (dont la contribution varie le plus souvent entre 10 et 90 p. 100 du total des acides aminés) et d'acides aminés arrangés dans l'espace de manière à constituer un maximum d'interactions faibles, le plus souvent en exposant à la surface de la protéine des acides aminés permettant de nombreuses liaisons avec l'eau, et, au contraire, formant un grand nombre de liaisons de Van der Waals vers l'intérieur.

Rôle des liaisons dans la structure des protéines

Dessin : Rôle des liaisons dans la structure des protéines

Rôle des liaisons faibles dans la structure des protéines : en haut, hélice a d'une chaîne polypeptidique ; en bas, feuillet plissé ß antiparallèle. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

On distingue de même pour les acides nucléiques une structure primaire (enchaînement avec répétition de quatre nucléotides) et une structure secondaire dont le type le plus connu est la fameuse hélice d'ADN dont le modèle a été proposé en 1953 pour expliquer le mécanisme de la reproduction du patrimoine héréditaire.

L'un des problèmes majeurs de la biologie moléculaire est de proposer des mécanismes permettant de rendre compte de la morphogenèse des macromolécules. Deux hypothèses, qui ne sont pas exclusives, peuvent être avancées. Ou bien c'est au cours de la biosynthèse de ces molécules qu'elles prennent leur forme définitive, ou bien, par la seule présence des interactions entre la molécule et le solvant, la macromolécule s'organise dans l'espace. Bien qu'on sache aujourd'hui que la première hypothèse est plus proche de ce qui se passe in vivo, de nombreuses expériences faites sur des molécules purifiées et isolées ont montré que la machinerie biosynthétique n'est pas nécessaire à la genèse de la forme finale, dans la plupart des cas. Il est possible, en effet, de « dénaturer », en les transformant en une « pelote statistique », les protéines ou les acides nucléiques (en changeant de solvant ou en élevant la température) et d'étudier, à partir de cette forme plus ou moins aléatoire, les conditions du retour à la forme primitive.

Ainsi, plonger la double hélice d'ADN dans la formamide, au lieu de l'eau contenant des ions appropriés, conduit à la disparition de sa forme géométrique. Le retour aux conditions initiales permet ensuite, par un processus lent, de retrouver la double hélice de départ. Dans tous les cas, on remarque que l'eau a un rôle majeur dans la morphogenèse et, plus exactement (contrairement à l'idée répandue mais fausse que l'entropie est associée au désordre), que c'est une augmentation d'entropie qui est le plus souvent associée à la genèse de la forme des macromolécules biologiques. Ce sont des interactions faibles qui déterminent alors la stabilité énergétique de l'état final, le plus souvent en exposant les groupements polaires (capables d'interagir avec l'eau) à la surface et les groupements hydrophobes à l'intérieur. A [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Structure de l'eau

Structure de l'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécule d'eau

Molécule d'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Interactions dans les systèmes biologiques

Interactions dans les systèmes biologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Interaction entre l'eau et les molécules lipidiques

Interaction entre l'eau et les molécules lipidiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  LIAISONS CHIMIQUES  » est également traité dans :

LIAISONS CHIMIQUES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 602 mots

Le diamant lui doit sa dureté, le caoutchouc son élasticité, et la pâte à choux sa consistance. Cohésions, textures, adhérences, fluidités ou au contraire rigidités en dérivent toutes. Les attractions qui s'exercent entre les atomes, quels que soient ces derniers et quel qu'en soit le nombre, relèvent de l'unique appellation de liaison chimique.La notion de forces s'exerçant entre les grains de ma […] Lire la suite

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 333 mots
  •  • 7 médias

Le problème de la nature de la liaison chimique s'est posé dès que fut entrevue la structure discontinue de la matière. Depuis l'Antiquité, chaque époque s'y est intéressée, proposant des solutions adaptées à ses connaissances. Démocrite munissait les particules de petits crochets afin de leur permettre de se lier entre elles. Le Moyen Âge, abandonnant une description aussi simpliste, introduisit […] Lire la suite

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 326 mots
  •  • 2 médias

Les propriétés chimiques des composés possédant des groupements OH mettent en évidence l'existence d'associations entre les molécules par l'intermédiaire de ces groupements. L'énergie de ces associations est en général beaucoup plus faible que les énergies rencontrées pour les liaisons entre les divers atomes dans les molécules, si bien que les deux molécules associées, tout en étant perturbées, r […] Lire la suite

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 613 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Liaisons chimiques »  : […] Le caractère acide d'une molécule HA repose principalement sur la nature de la liaison chimique entre H et le reste A de la molécule. […] Lire la suite

ADSORPTION

  • Écrit par 
  • Xavier DUVAL
  •  • 4 808 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimisorption »  : […] En chimisorption, les liaisons dans les molécules sont profondément modifiées par suite de la formation de liaisons chimiques avec l'adsorbant. L'objectif des recherches concerne principalement la description des espèces adsorbées et l'étude de leur stabilité, en relation avec leur rôle essentiel d'intermédiaires dans les réactions catalysées par les solides. La chimisorption traduit l'affinité ch […] Lire la suite

AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  • , Universalis
  •  • 3 484 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Propriétés individuelles des acides aminés »  : […] Dans un polypeptide et une protéine, il peut s'établir des liaisons très nombreuses non covalentes, de faible énergie, entre les liaisons peptidiques elles-mêmes et entre les radicaux, qui donnent au polypeptide leur conformation dans l’espace. Ces possibilités d’interactions sont dues aux radicaux R dont les propriétés distinguent nettement les acides aminés les uns des autres en leur conférant […] Lire la suite

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cortège électronique. Modes de liaison »  : […] Le cortège électronique de l'antimoine se compose de 2 électrons K, 8 électrons L, 18 électrons M et 18 électrons N qui constituent le cœur chimiquement inerte de l'atome. La couche externe O, de valence, possède cinq électrons répartis entre un doublet 5 s et 3 électrons non appariés, chacun sur une orbitale 5 p . L'atome d'antimoine est difficile à ioniser. Les antimoniures métalliques ont des […] Lire la suite

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Structure électronique des molécules aromatiques »  : […] Avant d'aborder le problème de la structure des molécules aromatiques elles-mêmes, il est nécessaire de rappeler quelques résultats généraux obtenus par la mécanique ondulatoire dans l'interprétation de la liaison chimique. Dans un atome, les électrons ne peuvent avoir une énergie arbitraire, mais se placent au contraire sur des niveaux atomiques auxquels correspondent des énergies et des foncti […] Lire la suite

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 538 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cortège électronique, modes de liaison »  : […] Le cortège électronique de l'arsenic se compose de deux électrons K, huit électrons L et dix-huit électrons M, qui constituent le cœur chimiquement inerte de l'atome. La couche de valence possède cinq électrons, répartis en un doublet 4 s et trois électrons non appariés, chacun sur une orbitale 4 p (cf. tableau ). Ce cortège électronique offre plusieurs possibilités théoriques de liaison avec d […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 246 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atomes et forces atomiques »  : […] Tous les atomes et molécules neutres, suffisamment éloignés l'un de l'autre, s'attirent avec une force dont l'énergie potentielle varie comme l'inverse de la sixième puissance de la distance mutuelle. Ce sont les forces d'attraction de Van der Waals , responsables de la cohésion des atomes des liquides ou des gaz rares solidifiés, par exemple dans les cristaux moléculaires d'hydrogène solide. Ces […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine DANCHIN, « LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaisons-biochimiques-faibles/