LETTRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une poétique de la création

L'année 1956 marque une rupture dans les créations de ces artistes et chercheurs, qui se tournent vers le versant imaginaire de l'art, en pensant que tout ou presque a été tenté dans le réel. Dans l'art « infinitésimal » (terme inspiré des mathématiques de Leibniz) ou « imaginaire », l'objet proposé est pré-texte à une notation qui permet d'imaginer des sphères mentales infinies selon les vœux de l'auteur initial de l'œuvre. « La découverte du domaine infinitésimal de l'art décuple les pouvoirs des expressions en douant celles-ci d'inédits terrains à explorer » (Isou). Cet élargissement s'avère vite insuffisant puisque dès 1960, Isou explore les dimensions temporelles en créant la « structure supertemporelle », un cadre vierge où les membres autrefois passifs du public sont invités à participer pratiquement à l'œuvre, pendant une durée donnée ou illimitée – c'est-à-dire « jusqu'à la nuit des temps ». Ces manifestations marquent d'autant plus leur époque qu'elles sont contemporaines de l'art conceptuel et du happening, désormais reconnus sur la scène internationale.

Le mouvement lettriste fait alterner des périodes d'intense activité artistique (écrits théoriques, manifestations dans les musées ou dans les galeries...) et des moments d'action « sur le terrain » qui prennent leur source dans un écrit commencé en 1949 et à travers lequel Isou redéfinit les secteurs actifs et révolutionnaires de la population. Il s'agit de l'Économie nucléaire ou Soulèvement de la jeunesse qui oppose à un noyau dur d'« internes » une masse d'électrons plus flexibles et très ambitieux, gravitant autour de ce noyau – les « externes ». Les premiers sont des « assis-possédants » qui accomplissent des activités sclérosées pour maintenir à leur service le circuit économique auquel ils participent ; les seconds sont plutôt jeunes – au moins d'esprit – ouverts à toutes les inventions, mais sans aucun bien personnel, ce qui nourrit leur révolte. Une lutte entre ces deux masses peut se solder soit par la « créativité pure » – d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : enseignante à l'université de Paris-VII et à l'École nationale supérieure Louis-Lumière, écrivaine

Classification


Autres références

«  LETTRISME  » est également traité dans :

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le courant lettriste »  : […] Un mouvement artistique pluridisciplinaire voit le jour en France dès l’après-guerre : le lettrisme, pratiqué essentiellement par Isidore Isou et Maurice Lemaître (mais auquel ont aussi appartenu Gabriel Pomerand, Gil J. Wolman, Guy Debord, Roland Sabatier ou Frédérique Devaux), qui anticipe nettement sur le cinéma structurel américain et l’ Expanded Cinema ou « cinéma élargi ». Les lettristes s […] Lire la suite

DUFRÊNE FRANÇOIS (1930-1982)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 895 mots

« Anarchiste discipliné », comme l'a surnommé Bernard Heidsieck, François Dufrêne fut « le premier au monde, en tant que poète », en 1953, à utiliser le magnétophone comme « stylo vocal » pour enregistrer directement des poèmes phonétiques : les « crirythmes ». La spontanéité d'improvisation de ces cris, de ces bruits de gorge et de langue, y atteint le point culminant du paroxysme. En tant qu'art […] Lire la suite

ILIAZD (1894-1975)

  • Écrit par 
  • Régis GAYRAUD
  •  • 949 mots

Iliazd, de son vrai nom Ilia Mikhaïlovitch Zdanevitch, connu comme éditeur de bibliophilie, mais aussi comme poète et critique d'art, est né le 21 mars 1894 à Tiflis, dans une famille mixte polonaise et géorgienne de russification récente. Ces origines complexes et son enfance à Tiflis, cité cosmopolite où se mêlaient l'Orient et l'Occident, expliquent peut-être son adhésion à une conception total […] Lire la suite

ISOU ISIDORE GOLDSTEIN dit ISIDORE (1925-2007)

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX
  •  • 1 027 mots

Jean Isidore Isou Goldstein, dit Isidore Isou, est né à Botosani (Roumanie) en janvier 1925. Dans Agrégation d'un Nom et d'un Messie (1947), il retrace son initiation spirituelle à travers les livres et l'évocation de différents maîtres. Ces années d'apprentissage le conduiront, écrit-il, à découvrir la poésie lettriste en 1943. Après avoir traversé le « rideau de fer », il arrive à Paris en aoû […] Lire la suite

LEMAÎTRE MAURICE (1926-2018)

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX
  •  • 805 mots

Moïse Maurice Bismuth, dit Maurice Lemaître, naît le 23 avril 1926 à Paris. Après des études aux Arts et métiers, il fréquente le milieu anarchiste. En 1949, alors qu'il écrit pour Le Libertaire , il rencontre Isidore Isou. Lemaître est séduit par les idées politiques et la fougue créatrice du jeune Roumain. Il va aussitôt l'aider financièrement à publier ses écrits, tout en préfaçant des livres q […] Lire la suite

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'initiative aux mots »  : […] Ce propos célèbre inaugure une des tendances les plus marquantes de la « révolution du langage poétique » (Julia Kristeva) : son émancipation vis-à-vis de ses fonctions expressive et représentative. La poésie participe ainsi d'un mouvement plus général qui porte l'art moderne, en Occident, à rompre avec la mimesis pour exploiter et explorer les ressources de son propre langage. Et de fait, la plu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédérique DEVAUX, « LETTRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettrisme/