LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de LaclosFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rien ne semblait destiner l'officier d'artillerie Choderlos de Laclos (1741-1803) à la littérature, ni son roman, Les Liaisons dangereuses, paru en 1782, à un tel succès de scandale. Sa formation lui assura une solide culture scientifique et technique ; son expérience, de garnison en garnison, lui permit de côtoyer le libertinage aristocratique plus que de le pratiquer lui-même. Il offre pourtant à l'Ancien Régime finissant l'image la plus cruelle de la crise des valeurs, et à la tradition littéraire du roman libertin un chef-d'œuvre qui semble en épuiser la veine.

Le sous-titre complet du roman, Lettres recueillies dans une société et publiées pour l'instruction de quelques autres, indique la forme adoptée : le roman épistolaire, illustré par Richardson et Rousseau et devenu la forme romanesque dominante dans l'Europe des Lumières. L'épigraphe, « J'ai vu les mœurs de mon temps, et j'ai publié ces lettres », est empruntée quant à elle à la Préface de La Nouvelle Héloïse (1761) de Rousseau. C'est en disciple de Jean-Jacques Rousseau que Laclos entreprend de critiquer les mœurs dépravées de la noblesse de cour pour laquelle la morale religieuse est devenue conformisme et formalisme, tandis que quelques libertins, qui se proclament « roués », c'est-à-dire dignes du supplice de la roue, bafouent l'amour et le mariage. Les « liaisons dangereuses » désignent les mauvaises fréquentations qui menacent les jeunes gens, et les lettres imprudentes qui tombent entre les mains de séducteurs et deviennent des armes contre leurs auteurs. Le texte est si bien agencé en machine infernale qu'il finit par apparaître comme une peinture complaisante des conduites de séduction. Les Liaisons dangereuses ont pu être lues comme une apologie de cette maîtrise du mensonge qu'est le libertinage, qui mime le langage de l'amou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos  » est également traité dans :

FREARS STEPHEN (1941- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 161 mots

Dans le chapitre « La période américaine »  : […] Son souci de maîtrise apparaît plus nettement dès que le cinéaste s'expatrie aux États-Unis. Les Liaisons dangereuses (1988) ouvre brillamment cette période. Avec l'adaptation du roman de Choderlos de Laclos, Frears confère au film en costumes une férocité qui n'est pas seulement celle de la marquise de Merteuil, mais d'une mise en scène qui déploie sa somptuosité visuelle à travers un découpage […] Lire la suite

LACLOS CHODERLOS DE (1741-1803)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 1 822 mots

Dans le chapitre « Une œuvre test »  : […] Les Liaisons sont un chef-d'œuvre énigmatique. Qu'a voulu démontrer l'auteur ? Il porte un masque, et il nous dit d'entrée qu'il porte un masque, pour que nous ne sachions plus, en définitive, s'il porte un masque : un « Avertissement » prévient : « Ce n'est qu'un roman », et la préface qui le double garantit que ce recueil de lettres est authentique. Ce dédoublement caractérisera l'art de Laclos […] Lire la suite

QUARTETT (H. Müller)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 933 mots

« Période / Un salon d'avant la Révolution française / Un bunker d'après la troisième guerre mondiale. » Ces didascalies ouvrent le texte de Quartett , donnant son cadre et son ton à cette pièce de Heiner Müller qui réunit, pour une ultime rencontre, le couple imaginé par Choderlos de Laclos dans Les Liaisons dangereuses  : Madame de Merteuil et Valmont. La Marquise et le Vicomte ont vieilli. Il […] Lire la suite

VADIM ROGER (1928-2000)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 664 mots

Lorsqu'il rencontre, en 1950, une jeune actrice débutante qui va devenir aussi célèbre dans le monde que le général de Gaulle, Roger Vladimir Plemiannikov, né à Paris le 26 janvier 1928 d'un père russe et d'une mère française, a suivi, après une enfance et une adolescence en Haute-Savoie, les cours de Charles Dullin, joué dans quelques pièces, fréquenté la bohème germanopratine du Tabou, de Boris […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DELON, « LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/