FUGGER LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Puissance d'argent représentative du capitalisme du xvie siècle, les banquiers Fugger, citoyens d'Augsbourg, ville d'Empire située dans l'actuelle Bavière, définissent une dynastie et un type d'exploitation familial ; ils ont connu un destin dont les différents aspects justifient leur place dans l'histoire européenne. Grands collectionneurs de livres, de curiosités, de pièces d'orfèvrerie, amateurs de produits exotiques, de tapisseries, de pierres précieuses, ils unissent, au gré de leur tempérament, le sens de l'investissement durable, le goût du décor indispensable au crédit, l'appétit de vivre qu'illustrent cuisines, salles à manger, carrosses, équipages et livrées. Entourés d'une clientèle d'artistes et d'écrivains, ils traduisent les aspirations d'une classe sociale, celle des grands bourgeois de l'humanisme et de la Renaissance.

Enserré dans la trame complexe où s'enchevêtrent questions financières, politiques, commerciales et culturelles, d'une durée relativement brève, réalisant un destin et créant une légende, le « siècle des Fugger » s'intègre de façon intime à la mythologie allemande et à l'histoire de l'Europe du xvie siècle.

Les origines

Arrivé à Augsbourg en 1367, en qualité de tisserand, l'aïeul, Jean, originaire de Graben, localité voisine, acquiert le droit de cité et ouvre un commerce de fils, laines et tissus. L'un de ses enfants, Jacob, dit Jacob l'Ancien, développe son affaire et, quand il meurt, en 1469, laisse un commerce florissant de laines, cotons, futaines, soieries, épices et drogues. Trois de ses fils, Ulrich, Georges et Pierre, lui succèdent ; deux autres, Marc et Jacob, se destinent à l'Église ; à la mort de Pierre, en 1473, Jacob abandonne les ordres et prend l'affaire en main : il sera Jacob le Riche, illustrant la branche des Fugger au Lys (von der Gilge). N'ayant pas d'enfant, il associe ses neveux, Ulrich II et Jérôme, fils d'Ul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Strasbourg

Classification


Autres références

«  FUGGER LES  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La puissance des villes et l'évolution économique et financière »  : […] L'essentiel de la richesse, sinon de la puissance, demeure dans les villes : celles du Sud, avec Augsbourg et les Fugger, issues du trafic avec l'Italie, pénétrées des influences d'outre-monts, Nuremberg, patrie de Dürer, de Fischer, de Hans Sachs, de Martin Behaim ; celles du Nord, Hambourg, Lübeck, Stettin, Dantzig, cités de la Hanse dont la prospérité est menacée par des facteurs politiques – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-du-xvie-et-du-xviie-s/#i_10318

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 222 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Renaissance, association des sciences antiques aux découvertes »  : […] L' émergence de l'étude scientifique de la nature à la Renaissance est étroitement liée à l'essor politique et à la croissance économique de l'Europe, mouvement amplifié par la première globalisation du commerce international. Malgré les guerres et les conflits religieux, les conditions deviennent favorables à la multiplication des lieux de recherche (comme les universités), et à la circulation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_10318

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges LIVET, « FUGGER LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fugger/