FRANCKEN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Importante dynastie de peintres anversois des xvie et xviie siècles.

Frans I (1542-1616) et Ambrosius I le Vieux (1544-1618) appartiennent à l'école de Frans Floris et représentent à Anvers à la fin du xvie siècle le même courant conservateur et académique de grande peinture religieuse que Frans Pourbus I et Otto Van Veen (Venius), mais avec plus de raideur grinçante et moins de convenance formelle.

Ambrosius devint franc-maître à Anvers en 1573 et fut influencé par Maarten De Vos ; c'est peut-être, dans ce groupe, la plus forte personnalité par son sens des éclairages impressionnants et son jeu de couleurs froides, aigres et criantes (tons bleus, jaunes, lie de vin dans le goût des maniéristes), tandis que ses grandes figures ont encore une grâce et une sveltesse maniéristes et s'imposent par une mise en scène monumentale. On peut l'étudier commodément au musée d'Anvers, qui rassemble nombre de ses retables d'autel, peints sur bois et toujours de grandes dimensions où se détachent particulièrement La Multiplication des pains (1598), La Cène (signée AF), le Martyre de saint Georges.

Frans I, lui aussi formé dans l'atelier de Floris, devint franc-maître à Anvers en 1567 (ou en 1569). On le confond souvent avec son fils Frans II (et au détriment de ce dernier). En dehors de grandes peintures religieuses, souvent difficiles à séparer de celles de ses autres frères (ainsi un Jésus parmi les docteurs, de 1587, à la cathédrale d'Anvers), Frans I a laissé quelques rares tableaux de cabinet (par exemple, un Portement de croix de 1597, jadis à Dresde) qui annoncent par le goût des petites figures agiles la manière minutieuse de son fils Frans Francken II. De son atelier proviennent aussi des Montée au calvaire (Glasgow, Baltimore) et des Festin de Balthazar (Poitiers, Rouen, Besançon) grouillant de personnages, av [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  FRANCKEN LES  » est également traité dans :

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 018 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’objet magnifié »  : […] Au xviie siècle, la représentation s’uniformise encore dans le sens d’un assortiment esthétique pluriel manifesté sur les nombreux tableaux – tous très ressemblants – des « cabinets d’amateur » réalisés par les Francken aux Pays-Bas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabinet-de-curiosites-wunderkammer/#i_25843

FRANCKEN FRANS II, dit LE JEUNE (1581-1642)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 464 mots
  •  • 1 média

Le plus grand des Francken, Frans II ou le Jeune, fils de Frans I, neveu de Hieronymus et d'Ambrosius I, se partagea entre la grande peinture d'autel et le petit tableau de cabinet (souvent peint sur bois ou sur cuivre). Jusqu'en 1616 au moins, il signe généralement De Jon F. Franck (De Jonge signifie le jeune) pour se distinguer de son père, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-ii-francken/#i_25843

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « FRANCKEN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-francken/