LÈPRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traitement

Pendant des siècles, le seul médicament de la lèpre a été l'huile de chaulmoogra, extraite des graines de plantes des régions tropicales appartenant à la famille des Flacourtiacées. Ce produit était doué d'une certaine action, insuffisante toutefois pour enrayer l'évolution maligne.

Les sulfones, essayées pour la première fois en 1941 aux États-Unis, ont marqué par leur efficacité une étape considérable dans la thérapeutique de la lèpre, dont elles ont transformé le pronostic. Les composés substitués furent bientôt remplacés par la sulfone mère, la diaminodiphénylsulfone (DDS), qui en représente la fraction active. D'emploi facile, peu toxique à doses modérées, de prix modique, elle est utilisée dans le monde entier, et reste encore le médicament de base de la lèpre. D'autres produits très efficaces sont venus élargir l'éventail thérapeutique : une diphénylthio-urée, des sulfamides-retard, une riminophénazine (qui a en plus une activité antilépreuse sûre une activité anti-inflammatoire appréciable permettant de réduire les complications réactionnelles). Enfin, les antibiotiques antituberculeux (Rifampicine éthionamide) ont fait preuve d'activité antilépreuse. On peut les associer avec un sulfone (Dapsone) et un autre antibiotique (la Clofazimine) : c'est la polychimiothérapie (P.C.T.). Fournie gratuitement aux pays intéressés par l'intermédiaire de l'O.M.S., la P.C.T. a permis d'obtenir des résultats spectaculaires dans la réduction de la charge de la morbidité.

La durée du traitement spécifique varie de 6 mois à 2 ans suivant les différentes maladies. La polychimiothérapie est efficace (rechute inférieure à 0,1 p. 100) et bien tolérée ; les lésions cutanées et muqueuses régressent ou s'effacent, les lésions oculaires se stabilisent, les bacilles dégénèrent puis disparaissent progressivement. Les lésions nerveuses, plus rarement améliorées, peuvent bénéficier de la physiothérapie. Mais il reste les infirmités irréversibles ; une fois installées, elles nécessitent le recou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÈPRE  » est également traité dans :

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 467 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Actinomycètes pathogènes »  : […] Peu de maladies des plantes sont provoquées par les Actinomycètes. Notons une gale de la pomme de terre ( potato scab ) causée par Streptomyces scabies et une gale de la patate douce ( S. ipomoeae ). Des Streptomyces peuvent aussi s'attaquer à la betterave à sucre et à de jeunes plants de pommiers et d'érabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinomycetes/#i_7344

CONVIT JACINTO (1913-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 461 mots

Le scientifique et médecin vénézuélien Jacinto Convit a été considéré comme un héros national pour ses recherches visant à la fabrication d’un vaccin contre la lèpre, une maladie infectieuse qui provoque des atteintes de la peau susceptibles d’entraîner une défiguration. Il avait aussi l’image du médecin des pauvres : il n’a jamais, dit-on, fait payer un patient pour ses services. Jacinto Convit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacinto-convit/#i_7344

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « En Europe »  : […] Dans l'Europe des xvi e et xviii e  siècles se trouvent ainsi en présence maladies anciennes et maladies nouvelles. La grande épidémie reste celle de peste. Sans doute les témoins ont-ils tendance à définir ainsi chaque mortalité infectieuse exceptionnelle, et toutes les épidémies ne sont-elles p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_7344

MYCOBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO, 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 4 318 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Génomique comparative  »  : […] La détermination de la séquence complète du génome de Mycobacterium leprae , qui a été publiée en février 2001 (S. T. Cole et al, « Massive Gene decay in the leprosy bacillus 2001 », in Nature , n o  409, pp. 1007-1011, 2001), devrait permettre d'y voir un peu plus clair dans les propriétés de ce proche parent du bacille de la tu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycobacteries/#i_7344

SULFAMIDES ET SULFONES

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 1 491 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sulfones »  : […] Les sulfones ont des propriétés biologiques et thérapeutiques assez comparables à celles des sulfamides. Cependant, leur champ d'application s'est spécialisé dans deux domaines thérapeutiques précis : – Le domaine des mycobactéries, et notamment le traitement de la lèpre. Le produit le plus connu pour cette application est la 4,4′-diaminodiphényl sulfone, ou dapsone, dont l'efficacité, bien établ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfamides-et-sulfones/#i_7344

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole BOURCART, « LÈPRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepre/