LÈPRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Clinique et diagnostic

La lèpre est une maladie chronique de très longue durée. L'incubation dure plusieurs années, et la première lésion, toujours bénigne, passe souvent inaperçue. Selon son évolution ultérieure, la maladie se classe en trois formes principales ; les formes tuberculoïde (T) et indéterminée (I), dites bénignes, dans lesquelles l'organisme du malade possède une certaine résistance vis-à-vis de l'infection, et dont les lésions sont de ce fait paucibacillaires ; la forme lépromateuse (L), dite maligne, dans laquelle l'organisme n'oppose aucune résistance à l'envahissement bacillaire.

La lèpre affecte principalement la peau (macules des formes T et I) et les nerfs périphériques, et ce dans les trois formes. Le malade de forme lépromateuse avancée présente, en outre, une atteinte des muqueuses nasales, bucco-pharyngées et laryngées, du système oculaire (pouvant aboutir à la cécité), ainsi que de certains organes internes (foie, rein). L'évolution de la maladie est souvent entrecoupée d'épisodes aigus, appelés « réactions », dus en grande partie à des phénomènes d'hypersensibilité. Fréquentes surtout dans la forme L, ces réactions sont des facteurs d'aggravation entraînant parfois la mort. Mais la maladie est très rarement mortelle par elle-même.

Les lésions cutanées de la lèpre ont les aspects les plus variés, pouvant être très discrètes, ou au contraire accentuées, allant jusqu'à des altérations monstrueuses, comme le faciès léonin. Mais leur caractère essentiel est de présenter, toujours dans les formes bénignes, et souvent dans la forme maligne, des troubles plus ou moins marqués de la sensibilité. Les lésions nerveuses sont toujours des névrites des nerfs périphériques, avec le plus souvent hypertrophie des troncs nerveux. Elles déterminent : l'insensibilité des extrémités (symptôme très important), avec pour conséquence de fréquentes brûlures et blessures suivies de surinfections ; des paralysies avec atrophies musculaires entraînant des déformations ; des troubles trophiques responsables d'ulcères, maux perforants et destructions osseuses, toutes causes pouvant aboutir à des mutilations qui nécessiteront la pose de dispositifs orthopédiques. La perte de sensibilité n'empêche d'ailleurs pas l'existence de sévères douleurs.

Le diagnostic de la lèpre, le plus souvent aisé à condition qu'on y pense chez tout sujet ayant séjourné en pays d'endémie, est parfois fort délicat, et relève de la compétence du spécialiste. Il sera fondé sur un examen clinique minutieux, complété par l'examen bactériologique des lésions cutanées (biopsie d'un petit fragment de peau prélevé au bistouri, écrasé sur lames et coloré) et de la muqueuse nasale. Les examens histopathologiques de biopsies sont souvent utiles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÈPRE  » est également traité dans :

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Actinomycètes pathogènes »  : […] Peu de maladies des plantes sont provoquées par les Actinomycètes. Notons une gale de la pomme de terre ( potato scab ) causée par Streptomyces scabies et une gale de la patate douce ( S. ipomoeae ). Des Streptomyces peuvent aussi s'attaquer à la betterave à sucre et à de jeunes plants de pommiers et d'érables à sucre. De plus, Nocardia vaccinii est la cause d'une gale des myrtilliers. De nomb […] Lire la suite

CONVIT JACINTO (1913-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 461 mots

Le scientifique et médecin vénézuélien Jacinto Convit a été considéré comme un héros national pour ses recherches visant à la fabrication d’un vaccin contre la lèpre, une maladie infectieuse qui provoque des atteintes de la peau susceptibles d’entraîner une défiguration. Il avait aussi l’image du médecin des pauvres : il n’a jamais, dit-on, fait payer un patient pour ses services. Jacinto Convit […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « En Europe »  : […] Dans l'Europe des xvi e et xviii e  siècles se trouvent ainsi en présence maladies anciennes et maladies nouvelles. La grande épidémie reste celle de peste. Sans doute les témoins ont-ils tendance à définir ainsi chaque mortalité infectieuse exceptionnelle, et toutes les épidémies ne sont-elles pas de peste. Les ravages de celle-ci sont d'ailleurs très variables, suivant les lieux, les époques. L […] Lire la suite

MYCOBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO, 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 4 319 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Génomique comparative  »  : […] La détermination de la séquence complète du génome de Mycobacterium leprae , qui a été publiée en février 2001 (S. T. Cole et al, « Massive Gene decay in the leprosy bacillus 2001 », in Nature , n o  409, pp. 1007-1011, 2001), devrait permettre d'y voir un peu plus clair dans les propriétés de ce proche parent du bacille de la tuberculose, Mycobacterium tuberculosis . D'abord, son génome séquencé […] Lire la suite

SULFAMIDES ET SULFONES

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 1 492 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sulfones »  : […] Les sulfones ont des propriétés biologiques et thérapeutiques assez comparables à celles des sulfamides. Cependant, leur champ d'application s'est spécialisé dans deux domaines thérapeutiques précis : – Le domaine des mycobactéries, et notamment le traitement de la lèpre. Le produit le plus connu pour cette application est la 4,4′-diaminodiphényl sulfone, ou dapsone, dont l'efficacité, bien établ […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-30 septembre 1986 France. Attentats terroristes à Paris et renforcement des mesures de sécurité

Jacques Chirac, qui présidait une réunion du Conseil de sécurité intérieure, se rend sur les lieux de l'attentat, puis fait une déclaration à l'hôtel Matignon, dans laquelle il se déclare prêt à engager « une véritable guerre » contre cette « lèpre qu'est le terrorisme ». Tandis que parmi les responsables politiques, l'union nationale se fait autour du pouvoir face à la menace terroriste, le gouvernement, selon la presse, hésite encore entre une politique de fermeté et la possibilité d'une négociation souterraine. […] Lire la suite

10-29 janvier 1985 France. Confirmation de la rigueur économique

Le 16, au cours d'un entretien sur Antenne 2, François Mitterrand met l'accent sur la persévérance et réaffirme sa volonté de lutter contre « la lèpre du chômage ». Le 29, Pierre Bérégovoy annonce une diminution de 3 p. 100 des impôts sur le revenu de tous les contribuables en 1986 et un remboursement anticipé de l'emprunt obligatoire de juin 1983, dont l'échéance était fixée à juin 1986. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BOURCART, « LÈPRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lepre/