LASERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les principales applications des lasers

Éclairage, alignement, guidage et applications grand public

La lumière laser, émise en faisceau quasi parallèle, se prête, mieux que toute autre, à toutes les transformations optiques. Elle peut être focalisée sur un objet ou un échantillon pour y créer un éclairement intense. En impulsions courtes, elle fige sur place les mouvements et les événements les plus rapides, y compris, au laboratoire, certaines réactions chimiques dont la rapidité interdisait jusqu'à présent l'analyse. Mais on peut aussi éclairer des objets lointains. Les militaires utilisent cette propriété pour désigner une cible lointaine à l'attention du tir terrestre ou aérien. De même, des missiles ou des bombes se dirigent ainsi automatiquement vers l'objet désigné (cf. missiles). On peut aussi asservir un engin à se déplacer le long d'un faisceau laser : un missile antichar sera ainsi guidé comme par un fil vers sa cible, une machine de forage creusera en ligne droite malgré les irrégularités de la roche. Mais d'autres utilisations sont très simples : au laboratoire, à l'usine, sur les chantiers, des dizaines de milliers de lasers He-Ne, et, de plus en plus, à semiconducteur, sont vendus pour le réglage ou l'alignement. Très simples également dans leur principe sont les lecteurs de codes-barres, où un mince faisceau laser (He-Ne ou semiconducteur), réfléchi par des miroirs tournants multiples, balaye le volume traversé par les objets à identifier, tandis qu'un détecteur analyse le signal retour pour y repérer un code. Plus d'une centaine de milliers de petits lasers sont destinés chaque année à ces usages. Enfin, dernière application importante : les lasers He-Ne et à semiconducteurs constituent la source rouge pour la composition des images couleurs en imprimerie.

Mais c'est dans deux autres secteurs très proches du grand public que le marché du laser a véritablement explosé : les imprimantes laser, qui utilisent des lasers semiconducteurs d'une fraction de watt, et les lecteurs/graveurs de disques compacts (CD et DVD). Dans les lecteurs, le faisceau d'un laser semiconducteur d'environ 1 mW, coûtant moins d'un euro, est focalisé sur le disque en rotation, dont le pouvoir de réflexion en chaque point est codé en fonction du signal à restituer (son, image, message informatique). Dans les graveurs, l'enregistrement utilise un laser plus puissant qui va soit « marquer » le disque par un échauffement déformant sa surface, soit y provoquer une réaction chimique, altérations locales qui modifieront ensuite, à la lecture, ses propriétés réfléchissantes. La plupart des ordinateurs personnels contenant un ou deux lecteurs/graveurs, on peut estimer que plusieurs centaines de millions de tels lasers sont vendus annuellement pour équiper ces appareils.

Soudure, marquage et usinage des matériaux

Dans les applications qui précèdent, l'état de surface de l'objet visé n'est pas modifié drastiquement par le flux laser, et l'on peut parler d'éclairement. Il n'en est plus de même lorsqu'on concentre suffisamment le faisceau lumineux. Dans ce cas, même un laser de puissance modeste peut créer localement des températures très élevées.

Focalisés sur des aires du même ordre, des lasers plus puissants permettent d'atteindre des températures auxquelles aucun matériau, même réfractaire, ne résiste. Généralement, l'usinage laser offre des avantages multiples :

– Le laser ne s'use pas, comme le feraient des outils coupants, et n'a pas besoin d'être re-réglé au cours d'une opération.

– L'apport d'énergie, très intense mais très localisé, provoque la fusion (voire la volatilisation) très rapidement, sans que la chaleur ait le temps de se propager notablement. On réduit ainsi fortement les dommages collatéraux : déformation, corrosion, recristallisation, qui pénalisent la soudure au chalumeau ou à l'arc, et une pièce coupée ou soudée au laser peut souvent être utilisée sans remise en forme, ni ré-usinage. De même, on peut souder ensemble des pièces d'épaisseurs très différentes, comme, par exemple, les engrenages et les bagues constituant les trains de pignons dans les boîtes de vitesses.

– Le faisceau n'exerce aucun effort sur les pièces à usiner, qu'il n'y a donc plus lieu de fixer.

– Le faisceau laser peut être acheminé rapidement, par un ensemble de miroirs mobiles, même dans des endroits peu accessibles (intérieurs de caissons).

– Enfin, avantage décisif sur un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Interactions atome-lumière et pompage optique

Interactions atome-lumière et pompage optique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Laser solide Nd-YAG et laser à gaz hélium-néon

Laser solide Nd-YAG et laser à gaz hélium-néon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Laser semiconducteur

Laser semiconducteur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lasers : caractéristiques

Lasers : caractéristiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine, université de Paris-XI, service d'explorations fonctionnelles cardio-vasculaires et respiratoires, hôpital de Bicêtre
  • : ingénieur, École polytechnique, docteur ès sciences

Classification

Autres références

«  LASERS  » est également traité dans :

HISTOIRE DE LA TECHNIQUE DU LASER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain ORSZAG
  •  • 699 mots

1900 Max Planck suggère que l'échange d'énergie entre les ondes et la matière est discontinu et se fait par « grains » de rayonnement : les quanta d'énergie.1913 Niels Bohr introduit la notion de niveaux d'énergie des atomes pour rendre compte de l'émission de quant […] Lire la suite

LASER, en bref

  • Écrit par 
  • Paolo BRENNI
  •  • 216 mots

La possible existence de l'émission stimulée (ou induite) de radiations électromagnétiques, qui est le phénomène fondamental permettant le fonctionnement du laser (light amplification by stimulated emission of radiation, signifiant amplification de lumière par émission stimulée de rayonnement), est avancée par Albert Einstein en 1917. Mai […] Lire la suite

AÉRODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Jean DÉLERY, 
  • Jean-Pierre VEUILLOT
  •  • 7 225 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Métrologie et moyens de qualification des écoulements »  : […] La mesure des forces exercées sur une maquette est effectuée au moyen de „balances“ : ensemble de capteurs qui mesurent les efforts subis par le véhicule testé via des dynamomètres. Ces balances ont des architectures très variées en fonction du véhicule testé ; les plus petites ne font que quelques centimètres cubes de volume et peuvent être installées dans la maquette elle-même. La cartographie […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie aérienne

  • Écrit par 
  • Roger AGACHE
  •  • 5 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers des méthodes et des techniques nouvelles »  : […] L'utilisation d'autres vecteurs que l'avion commence à donner une nouvelle dimension à la recherche : la télédétection par ballon, par ballon-sonde, et surtout par satellite. Sur les clichés pris de l'espace, on distingue nettement certaines structures archéologiques, les centuriations antiques par exemple. Toutefois, pour le moment, ces images ne sont pas aussi bonnes que celles des couvertures […] Lire la suite

ASHKIN ARTHUR (1922-2020)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 269 mots
  •  • 1 média

Le physicien américain Arthur Ashkin a reçu le prix Nobel de physique en 2018 pour ses « inventions révolutionnaires dans le domaine de la physique des lasers ». Né le 2 septembre 1922 à New York, au sein d’une famille d’origine juive ukrainienne, Ashkin a passé sa jeunesse dans le quartier de Brooklyn, à New York. Son père, Isadore Aschkinase, émigré aux États-Unis en 1909, naturalisé et ayant a […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les lasers à atomes »  : […] Dans les atomes, il est impossible de discerner des particules identiques. Cette indiscernabilité fait que l'on classe les particules en bosons ou en fermions. Les fermions peuvent être considérés comme « individualistes » alors que les bosons s'apparentent plutôt aux « moutons de Panurge ». Les bosons ont ainsi tendance à s'accumuler dans l'état fondamental du système, c'est la condensation de B […] Lire la suite

BASSOV NIKOLAÏ GENNADIEVITCH (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 351 mots

Né le 14 décembre 1922 à Usman (Russie), Nikolaï Gennadievitch Basov est le fils d'un professeur à l'institut forestier de Voronezh. Il participe à la Seconde Guerre mondiale comme assistant médical sur le front ukrainien avant de suivre les cours de l'institut de physique de l'ingénieur de Moscou. En 1950, il rejoint l'institut de physique Lebedev de l'Académie soviétique des sciences à Moscou, o […] Lire la suite

BOSE-EINSTEIN CONDENSATION DE

  • Écrit par 
  • Elisabeth GIACOBINO
  •  • 2 756 mots

Dans le chapitre « Le refroidissement des atomes par laser »  : […] Les lasers permettent de geler sur place les atomes d'un gaz et de les amener à des températures très basses, à quelques millionièmes de kelvin au-dessus du zéro absolu, tout en maintenant une certaine distance entre eux, ce qui leur évite d'interagir. À la température ambiante, les atomes parcourent dans tous les sens la cellule qui les contient avec des vitesses de plusieurs centaines de mètres […] Lire la suite

CHU STEVEN (1948- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 509 mots
  •  • 1 média

Le physicien américain Steven Chu est né le 28 février 1948 à Saint Louis (Missouri). Après des études à l'université de Rochester, puis à l'université de Californie à Berkeley, il soutient sa thèse de doctorat en 1976 sur l'observation de la violation de la parité dans les transitions atomiques, une des preuves expérimentales de la théorie unifiant les interactions électromagnétiques et faibles. […] Lire la suite

COHEN-TANNOUDJI CLAUDE (1933- )

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON
  •  • 764 mots

Prix Nobel de physique 1997, professeur au Collège de France où il occupe la chaire de physique atomique et moléculaire de 1973 à 2004 après avoir exercé à la faculté des sciences de Paris, mais aussi membre de l'Académie des sciences (1981) et médaille d'or du C.N.R.S. (1996), Claude Cohen-Tannoudji épouse avec évidence sa double vocation de chercheur et d'enseignant. Son nom est associé au déve […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-23 avril 1985 C.E.E. Proposition par la France du projet Eurêka pour le développement de la technologie en Europe

Ces propositions, regroupées sous le nom de projet Eurêka, ont pour but d'organiser en Europe des activités civiles de recherche et de développement : optronique, matériaux nouveaux, grands ordinateurs, lasers, intelligence artificielle, microélectronique, etc., et d'envisager une réponse européenne commune à la proposition américaine de participation aux recherches sur l'I. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves LECARPENTIER, Alain ORSZAG, « LASERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lasers/