L'ÉCOLE DES FEMMES, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une subversion religieuse, morale et littéraire

Le décor et le contexte de L'École des femmes sont à la fois parfaitement conventionnels et radicalement contemporains : « la scène est dans une place de ville », autrement dit dans le lieu carrefour de la comédie, et dans la ville des années 1660, Paris, capitale de la galanterie et dans le même temps dominée par la puissance patrimoniale. C'est ainsi que l'opposition topique de la comédie (les vieux contre les jeunes) prend un sens tout à fait contemporain : les jeunes gens, dont la galanterie et l'amour sont naturels, ne peuvent qu'affronter le monde des vieux où rien n'est véritablement aimable, où tout est contrainte – en particulier l'éducation –, réclusion et obligation ; un monde sans liberté pour les femmes, sans jeu et surtout sans plaisir : « Le mariage, Agnès, n'est pas un badinage./ À d'austères devoirs le rang de femme engage,/ Et vous n'y montez pas, à ce que je prétends,/ Pour être libertine et prendre du bon temps. »

Une question majeure se pose alors : faut-il instruire les femmes, ou faut-il les éduquer à obéir et à admettre que « du côté de la barbe est toute la puissance » ? faut-il tenir compte de leur nature, autrement dit de leur aptitude au plaisir, ou bien faut-il s'appuyer sur la morale des pères et sur la religion pour les tenir dans leurs devoirs de femmes bientôt mariées ?

La grande scène (III, 2) où Arnolphe lit à Agnès Les Maximes du mariage ou les devoirs de la femme mariée, avec son exercice journalier devient un enjeu idéologique intéressant, lorsqu'on sait qu'un comédien, par définition excommunié et réputé amoral par sa fonction et par sa vie, serine une parodie de directives spirituelles et morales – si courantes à l'époque – pour les rendre ridicules. Quel peut donc bien être « l'exercice journalier » des devoirs d'une femme mariée ? Que peut être le « péché mortel » dont Arnolphe menace Agnès, dès lors qu'il devient un instrument, au service d'un faux père, vieux garçon de quarante-deux ans, et vrai tyran domestique ? Enfin, que sont ces « chaudières bouillantes/ Où l'on plonge à jamais les femmes mal vivantes », sinon des reprises de sermons dits par des « bonnes âmes » qui ne cessent de comparer, à l'endroit des femmes, le mariage au couvent, et de les assujettir au nom de la religion ? On comprend que le scandale religieux, moral et littéraire advienne.

Sur le plan littéraire, Molière lie la farce et la comédie sérieuse, le quiproquo et la question matrimoniale ; sur le plan stratégique, il prend place dans l'horizon théâtral du temps, et s'oppose de fait au théâtre officiel, c'est-à-dire aux Grands Comédiens de l'Hôtel de Bourgogne ; sur le plan moral, il soutient le naturel contre la morale frelatée et archaïque des « pères » ; enfin, sur le plan religieux, il entame sa longue lutte libertine contre la religion, ce que la « vieille cour » d'Anne d'Autriche remarque immédiatement. Se fondant sur le fait que la « jeune cour » de Louis XIV, depuis 1661, ne fait que croître, que les mœurs y sont plus ouvertes, enfin que Louis veut gouverner par lui-même, Molière fait ici à la fois œuvre de courtisan et de jeune auteur.

La pièce donne immédiatement lieu à des libelles, à des réponses et à des pièces jouées par les deux troupes, celle de Molière et celle des Grands Comédiens. La querelle de L'École des femmes peut donc commencer. Dans ce dossier, on notera particulièrement La Critique de « L'École des femmes » (1er juin 1663), composée par Molière en réponse à la critique de la pièce par le journaliste littéraire Donneau de Visé dans les Nouvelles nouvelles (9 février 1663). La violence de la querelle est extrême. Les arguments ad hominem (contre Molière et Madeleine Béjart) sont secondés par des arguments politiques (Molière s'attaque aux mœurs de la cour, donc à la reine mère, donc au roi), esthétiques (il mélange les genres, plagie, est obscène), enfin par des arguments moraux (il attaque les maris et la morale matrimoniale) et religieux (il se moque des représentations de l'enfer). Cette première grande querelle porte ainsi, en elle-même, toutes les composantes de ce qui sera, de 1664 à 1669), « l'affaire Tartuffe ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 113 mots

L'École des femmes, de Molière. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'École des femmes » »  : […] Un an plus tard, en juin 1661, Molière créait L'École des maris . Sur deux points, cette pièce apportait des nouveautés importantes. Si, par certains traits, elle s'en tenait aux traditions de la farce, elle était écrite en trois actes, ce qui contrevenait aux lois du genre. On devine sans peine l'origine de cette nouveauté : la commedia dell'arte des Italiens était en trois actes ; c'est à elle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 novembre 2017 France. Annonce de mesures de lutte contre les violences faites aux femmes.

Il propose de mettre en usage un questionnement systématique des femmes par les professionnels de santé, de permettre le dépôt de plainte à l’hôpital, de promouvoir l’égalité entre les sexes à l’école et de prévenir l’accès des collégiens à la pornographie. Emmanuel Macron proclame la lutte contre les inégalités entre les hommes et les femmes grande cause nationale du quinquennat. […] Lire la suite

4-25 avril 2009 Pakistan. Fort regain de violence

Le 25, au moins douze enfants sont tués par l'explosion d'une bombe devant une école primaire de filles à Luqman Banda, dans la vallée de Swat. Dans cette région, des écoles de filles ont déjà été prises pour cible, depuis la fin de 2008, par les islamistes qui considèrent l'éducation des femmes comme contraire à l'islam.  […] Lire la suite

8-17 décembre 2003 France. Publication du rapport Stasi sur les signes religieux à l'école

Le 17, au cours d'une allocution solennelle, Jacques Chirac évoque les « valeurs de tolérance et de respect de l'autre » propres à la France et le « danger [de la] discrimination », et déclare qu'« une loi est, évidemment, nécessaire », dès la rentrée de septembre, pour interdire les signes « ostensibles » à l'école, au nom d'un « sursaut républicain » qui doit aussi concerner les « droits des femmes » et leur « égalité avec les hommes ». […] Lire la suite

3-25 octobre 1989 France. Polémique autour du port du foulard à l'école

Le 22, une manifestation intégriste est organisée à Paris : environ six cents musulmans défilent à l'appel de deux organisations minoritaires pour défendre le port du voile à l'école. Cependant, la plupart des responsables politiques interviennent sur le sujet, exprimant souvent, au sein d'un même parti, des opinions opposées. Le débat dans le pays s'élargit à celui du droit des femmes et à la question de l'immigration en France. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian BIET, « L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-moliere/