NIELSEN CARL (1865-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré l'importance de son œuvre, Carl Nielsen commence seulement à figurer parmi les grands noms de la musique européenne. Être scandinave est déjà un handicap qui se double, dans le cas de Nielsen, d'une ambiguïté : le Danemark, son pays d'origine, est perçu par les Latins comme la partie avancée de l'Allemagne vers la Baltique, alors que les Norvégiens, les Suédois et les Finlandais suspectent les Danois d'être les plus Latins des Nordiques... Cette ambiguïté rejaillit sur la musique de Nielsen.

En outre, la partie de son œuvre la plus importante pour les critiques – ses symphonies – a souffert et souffre encore de leur coloration mahlérienne ; et l'intérêt porté à cet autre géant du Nord qu'est Sibelius n'a pas facilité la tâche de ceux qui ont voulu redonner au compositeur danois la position charnière qu'il est en droit d'occuper tant par son origine que par son œuvre.

L'activité créatrice de Nielsen est contemporaine de celle de Sibelius : ils naissent tous deux en 1865, et la dernière œuvre orchestrale de Nielsen date de 1928, deux ans après que Sibelius a cessé de composer. Mais si tous deux laissent à la postérité un message essentiel à travers un cycle de symphonies très personnelles, le parallèle s'arrête presque là. Nielsen est un compositeur nationaliste ; il a en particulier écrit de très nombreuses œuvres vocales en danois, dont certaines étaient destinées directement à développer le chant choral dans son pays. Il est, par tempérament, beaucoup moins isolé du monde germanique ; il comprend Wagner, même s'il refuse l'idée du leitmotiv, qu'il trouve simpliste, et il compose deux opéras – fait quasi exceptionnel pour un Scandinave ; son goût passionné pour Mozart s'exprime dans son Quintette à vent, op. 43, de 1922, et dans le Concerto pour clarinette op. 57, de 1928 ; il écrit beaucoup de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître en lettres modernes et linguistique générale, chargé de cours à la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence, producteur à Radio-France, directeur antenne musique, Radio France Internationale

Classification


Autres références

«  NIELSEN CARL (1865-1931)  » est également traité dans :

STENHAMMAR WILHELM (1871-1927)

  • Écrit par 
  • Michel VINCENT
  •  • 756 mots

Né et mort à Stockholm, Wilhelm Stenhammar est considéré à juste titre comme l'un des pères de la musique suédoise contemporaine. Disparu trop tôt (il s'éteint à l'âge de 56 ans d'une hémorragie cérébrale), Stenhammar a marqué la vie musicale de son pays tout autant par ses activités d'interprète et de chef d'orchestre que par ses talents de compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-stenhammar/#i_89143

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel VINCENT, « NIELSEN CARL - (1865-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-nielsen/