MAÎTRES CHANTEURS ou MEISTERSINGER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Confréries citadines de poètes compositeurs (en allemand Meistersinger) en général artisans de profession, les maîtres chanteurs appartiennent à la bourgeoisie et cultivent encore, au xve et au xvie siècle, la tradition de chant monodique des Minnesänger du xiiie et du xive siècle. Héritiers eux-mêmes des troubadours et des trouvères français, les Minnesänger étaient parvenus, après une première période d'imitation assez servile, à un style plus personnel avec Walther von der Vogelweide (1170 env.-1230), Wolfram von Eschenbach (1170 env.-1230), enfin Witzlaw von Rügen (1268 env.-1325) et Heinrich von Meissen dit Frauenlob (1250 env.-1318), soi-disant fondateur de la plus ancienne école bourgeoise de chant. La mort de Frauenlob marque le déclin des Minnesänger ; les maîtres chanteurs leur succèdent. Groupés en confréries dès le xive siècle, ils s'organisent au xve en véritables corporations au sein d'écoles de chant. La hiérarchie des membres est très rigide (apprentis, chanteurs, poètes, maîtres), et une censure très étroite est exercée par des juges élus (rimes, versification, grammaire, forme musicale, diction, thèmes traités). Cela à une époque où, à la suite de Conrad Paumann (1410-1473), l'Allemagne s'est engagée à son tour dans la voie polyphonique et instrumentale (orgue surtout). Des corporations de maîtres chanteurs existent alors à Nuremberg, Ulm, Mayence, Breslau, Iglau, illustrées par les noms de Michael Behaim (1416-1474), longtemps en service princier, de Conrad Regenbogen (après 1500), et à Nuremberg de H. Rosenplüt, de Hans Folz (mort en 1514 env.) et surtout de Hans Sachs (1494-1576), que Wagner devait traiter non sans raison avec une indulgente exception dans son opéra Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg (Die Meistersinger von Nürnberg, 1868). Les maîtres chanteurs se survivront jusqu'en 1839 à Ulm, et jusqu'en 1875 à Menningen.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAÎTRES CHANTEURS ou MEISTERSINGER  » est également traité dans :

CONCERT

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 2 858 mots

Dans le chapitre « Le concert par association d'auditeurs »  : […] Dans tout ce qui précède, il n'est à aucun moment question d'ouvrir à des inconnus, sur simple appel d'annonce, une salle de concert ni pour le public de payer sa place pour venir écouter de la musique. Selon le cas, le public est le fidèle de l'assemblée ou l'invité du prince (voire du maître de maison). De même, le musicien est un fonctionnaire travaillant à forfait, ou un salarié occasionnel, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concert/#i_11059

KONRAD VON WÜRZBURG (1230 env.-1287)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 589 mots

Écrivain le plus marquant de la seconde moitié du xiii e siècle, Konrad von Würzburg a laissé une œuvre considérable. Nous sommes peu renseignés sur sa vie, que seuls les noms de ses mécènes permettent de retracer à peu près. Konrad vit le jour à Wurzbourg vers 1230 ; ce n'est pas un aristocrate et il est appelé Meister ( magister ), ce qui prouve qu'il a fait de bonnes études. Il connaît le lat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-von-wurzburg/#i_11059

SACHS HANS (1494-1576)

  • Écrit par 
  • Hélène FEYDY
  •  • 686 mots

Cordonnier poète, célèbre maître chanteur, Hans Sachs fut un des écrivains les plus productifs de l'époque de la Réforme. Né et mort à Nuremberg, il y passa la plus grande partie de sa vie. Fils d'un tailleur, il commence par fréquenter l'école latine jusqu'à quinze ans, avant d'être mis en apprentissage chez un cordonnier. Au cours de son « tour d'Allemagne » comme compagnon de 1511 à 1516, il en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-sachs/#i_11059

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « MAÎTRES CHANTEURS ou MEISTERSINGER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitres-chanteurs-meistersinger/