LIEBKNECHT KARL (1871-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Leipzig, Karl Liebknecht est le fils d'un des fondateurs du Parti social-démocrate allemand, Wilhelm Liebknecht. Bachelier à dix-neuf ans, docteur en droit et en sciences politiques en 1897, il ouvre un cabinet d'avocat à Berlin avec son frère Theodor. C'est à cette époque qu'il commence à militer dans le parti socialiste.

Élu au conseil municipal de Berlin en 1901, Liebknecht se fait surtout l'avocat des militants socialistes poursuivis par le régime impérial. Il met l'accent sur l'action antimilitariste du parti et la lie à la nécessité de l'éducation et de l'organisation politique de la jeunesse. Malgré les réticences de la direction du parti et en dépit de la législation allemande qui interdit l'agitation politique parmi les jeunes, le mouvement Association des jeunes travailleurs d'Allemagne se constitue avec comme organe Jeune Garde (Junge Garde, et c'est à l'intention de la jeune organisation que Liebknecht rédige et publie, en 1907 à Leipzig, le rapport Militarismus und Antimilitarismus. Il y formule le fameux mot d'ordre : « L'ennemi principal est dans notre propre pays. »

Militant infatigable, il est porté en 1907 à la présidence de la Fédération internationale de la jeunesse socialiste. La même année, le tribunal du Reich le condamne à un an et demi de forteresse pour haute trahison. Il reste emprisonné à Glatz jusqu'au 1er juin 1909, ce qui n'empêche pas qu'il soit réélu au conseil municipal de Berlin, puis à la Chambre des députés de Prusse. Libéré, Liebknecht reprend ses activités d'avocat et de propagandiste ; ses interventions aux congrès du parti insistent sur l'importance de la jeunesse dans la lutte politique. En 1912, il est élu député au Reichstag et, dès lors, accentue sa dénonciation de la guerre qui vient : en 1913, il fait une tournée de conférences en Europe ; au congrès d'Iéna (sept. 1913), il prône la grève politique de masse co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIEBKNECHT KARL (1871-1919)  » est également traité dans :

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du mot à la réalité »  : […] D'obédience sociale-démocrate, la I re  Internationale (1864-1876), première organisation politique du mouvement ouvrier, revendique la conquête du pouvoir politique. La classe ouvrière se dote pour la première fois de structures de masse nationales, révolutionnaires car fortement influencées par le marxisme. Elle devient ainsi un acteur politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_41541

SPARTAKISME

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 1 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Constitution du mouvement »  : […] Au sens strict, on serait tenté de dater de 1916 la naissance du spartakisme. Le 20 septembre paraît le premier numéro du journal intitulé Spartakus (douze numéros jusqu'en octobre 1918), mais dès le 27 janvier de la même année la douzième des Politische Briefe (« Lettres politiques ») éditées par le « groupe Internationale » ou groupe Liebknecht […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spartakisme/#i_41541

ZETKIN CLARA (1857-1933)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 733 mots

Née à Wiederau dans une famille d'instituteurs polonais, Clara Eisner (devenue, après son mariage, Clara Zetkin) est élève au collège d'enseignement pour jeunes filles de Leipzig, où elle subit l'influence du féministe August Schmidt. Dès cette époque, elle établit des contacts avec le Parti social-démocrate allemand qui vient de se constituer, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clara-zetkin/#i_41541

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « LIEBKNECHT KARL - (1871-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-liebknecht/