BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déclaration de l'Église confessante d'Allemagne contre le nazisme et contre l'emprise qu'il voulait exercer sur le protestantisme allemand. L'arrivée au pouvoir de Hitler, en janvier 1933, déchira ce dernier. Le 25 avril 1933, une « Église évangélique de la nation allemande » est créée qui entend regrouper les « chrétiens allemands » partisans du national-socialisme et réaliser dans l'Église protestante la maxime hitlérienne : « Un seul peuple, un seul Reich, un seul Führer ». Le succès de ce regroupement est foudroyant ; aux élections ecclésiastiques de juillet 1933, ses listes obtiennent plus de 75 p. 100 des suffrages. L'opposition chrétienne à ce néo-paganisme se rassemble autour de Niemöller, de Vogel, de Niesel, ainsi que de Karl Barth et de sa revue Theologische Existenz heute, qui devient ainsi l'organe de l'« Église confessante », nom que prend l'opposition ecclésiale aux prétentions des « chrétiens allemands ». Dans des synodes et des assemblées pastorales, l'Église confessante dénonce ceux-ci comme hérétiques et définit la foi en l'opposant au racisme et à l'impérialisme de l'idéologie officielle.

Martin Niemoller

Martin Niemoller

Photographie

Le pasteur allemand Martin Niemöller (1892-1984), un des principaux représentants de l'Église confessante, expression de l'opposition protestante au nazisme. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le 31 mai 1934, le synode clandestin de l'Église confessante se réunit à Barmen (Wuppertal). Il discute et publie le texte qui sera appelé Confession de foi de Barmen. Cette déclaration se réfère constamment à l'Écriture sainte, en tire comme conséquence la nécessité de la résistance spirituelle au nazisme et invite les croyants à se joindre à l'Église confessante. Elle comporte six points : le rejet de toute manifestation providentielle (qui s'incarnerait dans le Führer) à côté de Jésus-Christ, l'unique Parole de Dieu adressée aux hommes ; le rejet de la distinction entre sacré et profane, toute la vie des hommes appartenant à Dieu seul ; l'affirmation de la liberté de l'Église à l'égard des pouvoirs et idéologies, celle-ci devant obéissance à son seul Seigneur exclusivement ; le rejet du Führerprinzip (au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)  » est également traité dans :

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 107 mots

Dans le chapitre « L'existence théologique d'aujourd'hui »  : […] À partir de l'arrivée de Hitler au pouvoir en janvier 1933, Barth est engagé dans le conflit entre l'exclusivité christologique, biblique, de la Révélation et la prétention nazie d'exprimer par le mouvement de l'histoire une autre providence divine. En juillet 1933, il publie le pamphlet qui va donner naissance à l' Église confessante allemande : « Là où l'on comprend que Jésus-Christ, et lui seul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-barth/#i_4081

NIEMÖLLER MARTIN (1892-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 458 mots
  •  • 1 média

Pasteur protestant allemand, Martin Niemöller fait la Première Guerre mondiale comme commandant de sous-marin. Administrateur de la mission intérieure du land de Münster-Westphalie de 1924 à 1930, il devient pasteur de la paroisse de Berlin-Dahlem. Lors de l'arrivée au pouvoir de Hitler, il ajoute une note à son livre, Du sous-marin à la chaire ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-niemoller/#i_4081

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-de-foi-de-barmen/