BARTH KARL (1886-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'existence théologique d'aujourd'hui

À partir de l'arrivée de Hitler au pouvoir en janvier 1933, Barth est engagé dans le conflit entre l'exclusivité christologique, biblique, de la Révélation et la prétention nazie d'exprimer par le mouvement de l'histoire une autre providence divine. En juillet 1933, il publie le pamphlet qui va donner naissance à l'Église confessante allemande : « Là où l'on comprend que Jésus-Christ, et lui seul, est conducteur, là est une véritable existence théologique. Là où l'on réclame un conducteur ecclésiastique, au lieu d'être un conducteur dans le service qui nous est commandé, là tout appel à un « Führer » est aussi vain que le cri des prêtres de Baal : « Baal, entends-nous ! » Barth participe de manière centrale à la rédaction de la confession de foi de Barmen (31 mai 1934), qui est le credo de l'Église confessante contre l'hérésie chrétienne allemande. Il refuse le serment au Führer et, en tant que citoyen suisse, est expulsé de son poste de professeur en Allemagne, au printemps 1935. Il s'installe alors définitivement à Bâle, d'où il ne cesse d'encourager les Églises et les peuples européens à la résistance au contre-évangile raciste et nihiliste du nazisme. Cependant, dès la fin de la guerre, en 1945, Barth sera le premier à réclamer des peuples vainqueurs « l'effroi, la sympathie et le respect » envers la catastrophe allemande. « Comment les Allemands peuvent-ils guérir et l'Europe avec eux ? Toutes les réponses que je propose reviennent à ceci, qu'au milieu de toutes les opinions humaines, tant du côté allié que du côté allemand, une présence s'affirme que je nommerai finalement le réalisme chrétien. » Après la guerre, Karl Barth a pris aussi position, avec vigueur et sans partialité, contre l'anticommunisme. Identifier la résistance des Églises chrétiennes contre le nazisme avec leur opposition, pareillement nécessaire prétend-on, au communisme, ce serait, selon Barth, oublier que le communisme pose une véritable question, la justice sociale, tandis que le nazisme se nourrissait d'un mythe faux, la race. Ce serait aussi oublier qu'un athéisme est bien moins dangereux pour la foi chrétienne qu'une hérésie comme le christianisme positif dont les nazis prétendaient se réclamer à leurs débuts. Les textes théologico-politiques les plus importants sont : Justice et justification, Communauté chrétienne et communauté civile, Une voie suisse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BARTH KARL (1886-1968)  » est également traité dans :

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le baptême des enfants »  : […] L'une des difficultés majeures auxquelles se heurte la théologie contemporaine, du « premier sacrement de la foi » vient de la distorsion qui existe entre sa théorie générale, élaborée, comme dans le Nouveau Testament et chez les Pères, en fonction des adultes qui se convertissent à Jésus-Christ et adhèrent librement à lui par la foi, et la pratique générale qui est celle, massive depuis des sièc […] Lire la suite

BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Déclaration de l'Église confessante d'Allemagne contre le nazisme et contre l'emprise qu'il voulait exercer sur le protestantisme allemand. L'arrivée au pouvoir de Hitler, en janvier 1933, déchira ce dernier. Le 25 avril 1933, une « Église évangélique de la nation allemande » est créée qui entend regrouper les « chrétiens allemands » partisans du national-socialisme et réaliser dans l'Église prote […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée calviniste »  : […] La théologie du xix e  siècle, celle d'un Alexandre Vinet, d'un Charles Secrétan, n'était pas calviniste. Elle était surtout dominée par les problèmes de la liberté. Il faut arriver au début du xx e  siècle pour voir un renouveau dans la pensée calviniste. En France, ce renouveau est dû aux ouvrages d'Auguste Lecerf, dont l'influence a été considérable, mais aussi aux travaux d'Émile Doumergue, qu […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Un Dieu trop humain ? »  : […] Même si l'on conteste l'interprétation que propose Heidegger du destin de la métaphysique occidentale, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur la théologie traditionnelle, considérée comme théologie métaphysicienne, à la lumière de ce qu'il dit sur l'essence cachée de la métaphysique comme onto-théo-logie. La métaphysique grecque n'est pas devenue onto-théo-logique du fait de son assomption par […] Lire la suite

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 308 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Orient et Occident »  : […] En Orient, Origène a fait de l'«  apocatastase » la certitude du salut universel : tous, même les démons, seront restaurés dans leur plénitude originelle après s'être purifiés dans les « éons » infernaux et avoir compris que seul Dieu, et non le mal, peut rassasier leur soif d'infini. Condamné comme doctrine par le concile de Constantinople en 543, surtout parce qu'il ouvre la porte à une concep […] Lire la suite

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « Marx critique de Feuerbach »  : […] Feuerbach, contrairement aux philosophes des Lumières ne mène pas une critique antireligieuse sommaire. La religion est constitutive de l'humanité, elle lui offre comme l'image inversée de ce qu'elle rêve d'être et, en ce sens, elle est une étape nécessaire de son évolution. Nourri de lectures de saint Augustin et Luther, Feuerbach témoigne d'une réelle sensibilité aux phénomènes religieux et à la […] Lire la suite

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Feuerbach et Marx »  : […] Dans ses Thèses sur Feuerbach (1845), Karl Marx procède à une critique de l'humanisme feuerbachien qui sera déterminante pour l'évolution ultérieure de sa pensée. Il s'en prend d'abord au caractère statique de la dialectique feuerbachienne. À quoi bon proclamer la primauté de l'être sur le penser si l'on s'en tient à la seule perception sensible pour la fonder ? L'attitude contemplative ne saisi […] Lire la suite

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « La théologie contemporaine »  : […] En fait, la prédestination est redevenue un thème majeur sous trois influences : la redécouverte, de Kierkegaard à Nietzsche, du fait que la foi, si elle doit être foi, ne saurait se confondre avec la bonne volonté, ce nom moderne de la vertu ; la réflexion sur l'histoire du peuple de Dieu ; la compréhension de Dieu comme personne élective, libre et aimante. La Dogmatique de Karl Barth consacre u […] Lire la suite

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et même politiques dans certains cas. La plupart des f […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André DUMAS, « BARTH KARL - (1886-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-barth/