BARTH KARL (1886-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'humanité de Dieu

Le prophète de la crise, du non à l'humanisme libéral, est devenu peu à peu, sans se renier, mais insistant sur d'autres aspects, le dogmaticien du oui de Dieu en Jésus-Christ à la création, à l'engagement dans le monde, à la culture, à l'art. Le siècle envers lequel Karl Barth manifeste étrangement la sympathie la plus profonde se trouve être le xviiie siècle, qui se déroule de Leibniz à Mozart et s'accomplit dans l'optimisme concret de Hegel. Commentant son œuvre passée, Barth écrit en 1956 : « On ne saurait le nier, la théologie évangélique s'était affaissée dans la religion. Elle était devenue anthropocentrique et, en ce sens, humaniste. L'homme ici était démesurément grandi au préjudice de Dieu. Mais, si excellentes qu'aient été nos intentions critiques, les choses ont été dites tout de même d'une manière un peu dure et inhumaine, en partie aussi d'une façon hérétique... Car la divinité, comme telle, a aussi le caractère d'une humanité. En Jésus-Christ, tel que la Bible en témoigne, il n'est pas question d'un Dieu abstrait, c'est-à-dire séparé de l'homme dans sa divinité, éloigné et étranger, qui ne serait donc pas humain, mais en quelque sorte inhumain. » L'œuvre de Barth est ainsi à la fois théologiquement antilibérale, antihumaniste et christologiquement profondément libre et humaine. Citons ici seulement sa grande Histoire de la théologie protestante au XIXe siècle, avec sa préhistoire au xviiie, qui contient des études, encore plus sympathiques que critiques, sur Rousseau, Lessing, Kant, Hegel, Schleiermacher, Strauss et Feuerbach. Essentiellement dogmaticien, Barth est aussi un remarquable historien des idées, un exégète inventif, un pamphlétaire redoutable, et un prédicateur jamais ennuyeux. Son œuvre est systématiquement ordonnée et polyphoniquement accomplie.

Karl Barth a abordé presque tous les grands thèmes théologiques. Les attaques contre lui peuvent se schématiser ainsi :

1. On a critiqué, chez le jeune Barth, le caractère vertical, transcendantaliste, actualiste, existentialiste, événementiel de sa pensée. Prophète inlassable de la liberté de Dieu, il n'aurait pas assez fondé la permanence des institutions, le caractère normatif des textes bibliques, la validité de l'ontologie. Ce sont là des critiques venant des milieux orthodoxes et fondamentalistes de l'Église.

2. En sens inverse, on a reproché au Barth de la maturité d'avoir une réponse théologique à tous les problèmes, de ne pas tenir suffisamment compte des difficultés de la critique historique, de la conceptualité philosophique, ni du contexte culturel. Ce second Barth risquerait de voir le monde à partir de Dieu, en oubliant que nous ne disposons jamais que d'un point de vue limité sur Dieu, à partir de l'homme. Ces critiques contre le caractère global et la majesté du système barthien ne sont pas sans rappeler les critiques que les jeunes hégéliens adressaient, au milieu du xixe siècle, au système de Hegel. Insistant sur la nécessité d'une nouvelle herméneutique, ces critiques viennent des milieux qui sont davantage en contact avec la modernité du monde.

Le caractère opposé des attaques s'explique en partie par l'évolution de l'œuvre de Barth, qui a commencé par une destruction radicale des prétentions humanistes et libérales, avant de s'épanouir comme une réaffirmation aussi radicale de la valeur, de la liberté et de l'humanité que Dieu donne à l'homme en Jésus-Christ. Même aux yeux de ceux qui redoutent le système barthien, l'œuvre de Barth demeure l'événement théologique majeur du xxe siècle.

Après la mort de Barth, son œuvre a connu un bref purgatoire. Comme ce fut le cas pour le système de Hegel après la mort de celui-ci, en 1831, le système barthien a été à la fois contesté et dépecé après la date marquante de 1968. Les exégètes et leurs analyses de détail ont repris alors la prédominance sur les dogmaticiens et leurs constructions d'ensemble. L'Église a été contestée pour l'autoritarisme de ses affirmations. La culture et la politique se sont fortement sécularisées, dans l'oubli du grand prophétisme biblique qui avait été, pendant un demi-siècle, autant celui de Karl Barth que, par exemple, de son grand frère, semblable et opposé, Paul Claudel. Il y eut alors séparation entre les barthiens de droite, tentés par le conservatisme doctrinal, et les barthiens de gauche, qui valorisaient, à l'excès sans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BARTH KARL (1886-1968)  » est également traité dans :

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le baptême des enfants »  : […] L'une des difficultés majeures auxquelles se heurte la théologie contemporaine, du « premier sacrement de la foi » vient de la distorsion qui existe entre sa théorie générale, élaborée, comme dans le Nouveau Testament et chez les Pères, en fonction des adultes qui se convertissent à Jésus-Christ et adhèrent librement à lui par la foi, et la pratique générale qui est celle, massive depuis des sièc […] Lire la suite

BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Déclaration de l'Église confessante d'Allemagne contre le nazisme et contre l'emprise qu'il voulait exercer sur le protestantisme allemand. L'arrivée au pouvoir de Hitler, en janvier 1933, déchira ce dernier. Le 25 avril 1933, une « Église évangélique de la nation allemande » est créée qui entend regrouper les « chrétiens allemands » partisans du national-socialisme et réaliser dans l'Église prote […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée calviniste »  : […] La théologie du xix e  siècle, celle d'un Alexandre Vinet, d'un Charles Secrétan, n'était pas calviniste. Elle était surtout dominée par les problèmes de la liberté. Il faut arriver au début du xx e  siècle pour voir un renouveau dans la pensée calviniste. En France, ce renouveau est dû aux ouvrages d'Auguste Lecerf, dont l'influence a été considérable, mais aussi aux travaux d'Émile Doumergue, qu […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Un Dieu trop humain ? »  : […] Même si l'on conteste l'interprétation que propose Heidegger du destin de la métaphysique occidentale, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur la théologie traditionnelle, considérée comme théologie métaphysicienne, à la lumière de ce qu'il dit sur l'essence cachée de la métaphysique comme onto-théo-logie. La métaphysique grecque n'est pas devenue onto-théo-logique du fait de son assomption par […] Lire la suite

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 308 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Orient et Occident »  : […] En Orient, Origène a fait de l'«  apocatastase » la certitude du salut universel : tous, même les démons, seront restaurés dans leur plénitude originelle après s'être purifiés dans les « éons » infernaux et avoir compris que seul Dieu, et non le mal, peut rassasier leur soif d'infini. Condamné comme doctrine par le concile de Constantinople en 543, surtout parce qu'il ouvre la porte à une concep […] Lire la suite

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « Marx critique de Feuerbach »  : […] Feuerbach, contrairement aux philosophes des Lumières ne mène pas une critique antireligieuse sommaire. La religion est constitutive de l'humanité, elle lui offre comme l'image inversée de ce qu'elle rêve d'être et, en ce sens, elle est une étape nécessaire de son évolution. Nourri de lectures de saint Augustin et Luther, Feuerbach témoigne d'une réelle sensibilité aux phénomènes religieux et à la […] Lire la suite

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Feuerbach et Marx »  : […] Dans ses Thèses sur Feuerbach (1845), Karl Marx procède à une critique de l'humanisme feuerbachien qui sera déterminante pour l'évolution ultérieure de sa pensée. Il s'en prend d'abord au caractère statique de la dialectique feuerbachienne. À quoi bon proclamer la primauté de l'être sur le penser si l'on s'en tient à la seule perception sensible pour la fonder ? L'attitude contemplative ne saisi […] Lire la suite

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « La théologie contemporaine »  : […] En fait, la prédestination est redevenue un thème majeur sous trois influences : la redécouverte, de Kierkegaard à Nietzsche, du fait que la foi, si elle doit être foi, ne saurait se confondre avec la bonne volonté, ce nom moderne de la vertu ; la réflexion sur l'histoire du peuple de Dieu ; la compréhension de Dieu comme personne élective, libre et aimante. La Dogmatique de Karl Barth consacre u […] Lire la suite

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] Des théologies privilégiant des engagements sociaux et éthiques, donnent l'impression d'une mosaïque de tendances. Elles possèdent une sensibilité commune qui s'inspire de leur origine, le christianisme social ; elles se soucient de promouvoir la confrontation avec la culture moderne et l'engagement, au nom du Christ, dans des combats sociaux, et même politiques dans certains cas. La plupart des f […] Lire la suite

Pour citer l’article

André DUMAS, « BARTH KARL - (1886-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-barth/