e République"/ >

FERRY JULES (1832-1893)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le père de l'école laïque

Libre-penseur et franc-maçon, il a été initié en grande pompe, le 8 juillet 1875, dans la loge La Clémente Amitié, la plus mondaine du Grand Orient de France, et a épousé, la même année, la protestante Eugénie Risler. Néanmoins, il ne conçoit pas sa politique scolaire comme un combat anticlérical, à la différence de Paul Bert, qui lui succédera au ministère. L'article 7 de son projet de loi déposé le 15 mars 1879, interdisant aux membres des congrégations religieuses non autorisées d'enseigner, provoque un tollé parmi les congrégations (notamment les Jésuites), ainsi que dans l'Église et dans l'opposition conservatrice. Voté par une majorité de députés, cet article est rejeté par le Sénat, l'ancien président du Conseil Jules Simon ayant refusé, au nom de la liberté religieuse, de le valider. Le président du Conseil, Charles de Freycinet, est alors contraint de contourner cette fronde parlementaire en promulguant deux décrets, le 29 mars 1880, le premier procédant à la dispersion de l'ordre des Jésuites et le second invitant les autres congrégations non autorisées à se mettre en règle dans un délai de trois mois. Devenu président du Conseil le 23 septembre 1880 et conservant pour lui le portefeuille de l'Instruction publique, Jules Ferry fait promulguer d'autres lois majeures, notamment celle du 21 décembre 1880 sur l'enseignement secondaire des jeunes filles, celle du 29 juillet 1881 sur la laïcisation des cimetières, ainsi que les grandes lois libérales sur les réunions (30 juin 1881) et sur la presse (29 juillet 1881).

Mais son grand projet d'un service public d'enseignement primaire gratuit, obligatoire et laïque, qui avait été déposé en janvier 1880, rencontre l'opposition farouche du Sénat. La loi instaurant la gratuité est promulguée le 16 juin 1881, mais l'obligation et la laïcité posent problème. Il faudra attendre le renouvellement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  FERRY JULES (1832-1893)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les doctrines impérialistes de la colonisation »  : […] Un tournant est pris vers 1873. La dépression économique l'explique dans une certaine mesure. Mais il a des causes plus profondes, car il correspond à une transformation dans la nature des échanges internationaux et dans la structure du capitalisme. Un nouveau colonialisme apparaît, plus systématique, qui met en avant la notion d'Empire. À la fin du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_16899

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Première période d'expansion »  : […] C'est dans la première période qu'apparaissent les conditions nouvelles évoquées ci-dessus. Les républicains opportunistes qui sont au pouvoir depuis 1879, liés pour quelques-uns aux milieux d'affaires, considèrent que la politique coloniale permet d'at. teindre un double objectif : répondre à des impératifs économiques et affirmer la puissance française sans provoquer de conflits avec l'Allemagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_16899

GÉNÉRALISATION DE L'INSTRUCTION

  • Écrit par 
  • Claude LELIÈVRE
  •  • 921 mots

La généralisation de l'instruction, en France comme ailleurs, a été promue pour des raisons différentes, voire concurrentes, à partir du xviii e  siècle. Et la nature de cette instruction à généraliser est l'objet d'un débat récurrent. S'agit-il avant tout de la participation au développement technico-économique telle que l'envisage la théorie néo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generalisation-de-l-instruction/#i_16899

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La construction de la laïcité française »  : […] Le conflit prend une tournure dramatique avec la défaite de 1871. Les deux France paraissent irréconciliables, alors que le pays a un besoin urgent d'unité nationale. La République a été proclamée mais le camp clérical tente de restaurer la monarchie. Il échoue. C'est la « République des républicains ». Le catholicisme ne joue plus le rôle qui lui est dévolu depuis le début de siècle. Va-t-il êtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_16899

NARJOUX FÉLIX (1833-1891)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 372 mots

Les « palais scolaires » édifiés par la Ville de Paris — trois cents écoles primaires entre 1870 et 1914 — sont de belles bâtisses qui ont prouvé leur qualité, mais leur principal promoteur, s'il n'est pas inconnu des spécialistes, n'a pas encore trouvé le biographe qu'il mérite. Félix Narjoux a pourtant figuré parmi ces hommes sans lesquels l'œuvre de Jules Ferry n'aurait pas été aussi vite recon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-narjoux/#i_16899

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La crise du 16 mai 1877 et la République des républicains »  : […] Mac-Mahon se trouva en face d'une Chambre à majorité républicaine et d'un Sénat où les conservateurs l'emportaient de peu. Le suffrage universel continuait à renforcer la gauche. Les conservateurs tentèrent un coup d'arrêt avant d'être débordés : le 16 mai 1877, Mac-Mahon renvoya le président du Conseil, Jules Simon, républicain modéré et le remplaça par Broglie. Mis en minorité par 363 voix répub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_16899

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GARRIGUES, « FERRY JULES - (1832-1893) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-ferry/