SIMON JULES (1814-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé et docteur en philosophie, Jules Simon est élu député en 1848. Il refuse de prêter serment à Napoléon III. Opposant à l'Empire, il est élu au Corps législatif en 1863 ; le 4 septembre 1870, il devient membre du gouvernement de la Défense nationale ; ministre de Thiers, il démissionne en mai 1871 par opposition à la droite monarchiste. Sénateur inamovible à partir de 1875 et républicain modéré, il est appelé par Mac-Mahon à la succession de Dufaure à la présidence du Conseil en décembre 1875. Le clergé, par la voix de Mgr Dupanloup, fait preuve d'hostilité à son égard, à la suite de son action en faveur d'un enseignement primaire obligatoire. Mac-Mahon croit pouvoir, en lui confiant la présidence du Conseil, dissocier les républicains modérés des partisans de Gambetta. D'une vive intelligence, lui seul sait mettre en valeur les deux orientations possibles d'une même profession de foi : « Je suis, vous le savez, profondément républicain et profondément conservateur », dit-il, en se présentant tour à tour à la Chambre et au Sénat, après le choix de Mac-Mahon. Jules Simon entre dans l'histoire à l'occasion de la journée du 16 mai 1877. La Chambre vient d'abroger une loi confiant aux jurys le jugement des délits de presse au profit des instances correctionnelles. Le 16 mai, le président de la République écrit au chef du gouvernement pour lui rappeler l'orientation dualiste de la République. « Si je ne suis pas responsable, comme vous, devant le Parlement, j'ai une responsabilité devant la France. » Il est reproché, en fait, au gouvernement, de ne pas partager les orientations du président de la République qui « à lui seul, était un pouvoir public indépendant ». Jules Simon démissionne. Après l'avis conforme du Sénat et la dissolution de la Chambre, c'est une active campagne électorale qui confirmera, après le succès des républicains, la soumission de Mac-Mahon et l'irresponsabilité présidentielle face à la responsabilité solidaire et individuelle des ministres. Par la suite, cet anticlérical épris de liberté individuelle se signale par son opposition à Jules Ferry en 1880, partagée par le Sénat qui ne laissa pas passer l'article 7 par lequel le gouvernement voulait interdire l'enseignement aux congrégations non autorisées. Il est élu à l'Académie française en 1875 et il laisse des Souvenirs.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  SIMON JULES (1814-1896)  » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 081 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Pierre de Coubertin et son œuvre »  : […] Tous les quatre ans, le nom de Pierre de Coubertin revient sous le feu des projecteurs. On se réfère à son exemple, on cite, en la lui attribuant imperturbablement, la phrase qui n'est pas sienne, « l'important, c'est de participer » (citation qui, en outre, déforme la phrase exacte : « L'important, c'est moins de gagner que de prendre part », prononcée par l'évêque de Pennsylvanie lors de son se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques/#i_22780

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le baccalauréat en deux parties »  : […] En 1874, Jules Simon, disciple pas toujours fidèle ni même toujours honnête de Victor Cousin, mais soucieux lui aussi de ne pas laisser sacrifier les humanités sur l'autel de la « modernité », crée une année proprement philosophique en répartissant les épreuves du baccalauréat sur deux années séparées. La philosophie prit alors vraiment le sens, qui était celui de Cousin, d'une étude centrale, ve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_22780

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 536 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Coubertin entre en lice »  : […] Émile Zola, dont on connaît l'amour pour la bicyclette, apporta lui aussi sa pierre, à la fin du xix e  siècle : « Le corps, comme aux meilleurs temps du mysticisme, est singulièrement en déchéance chez nous. Il y a hypertrophie du cerveau, les nerfs se développent au détriment des muscles et ces derniers, affaiblis et fiévreux, ne soutiennent plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-histoire/#i_22780

Pour citer l’article

Armel MARIN, « SIMON JULES - (1814-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-simon/