GOLAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région du sud-ouest de la Syrie, le Golan est un pays de collines (altitude de 500 à 1 000 m) qui s'étend au sud du mont Hermon et domine de 400 à 500 mètres le fossé du Jourdain à l'ouest ; il est limité au sud par les profondes gorges du Yarmouk. Il s'oppose aux riches plaines basaltiques du Hauran, qu'il surplombe à l'est : ses étendues caillouteuses (coulées volcaniques fraîches) limitent les possibilités agricoles malgré un climat rendu favorable par ses précipitations (de 500 à 700 mm par an). Longtemps resté purement pastoral, le Golan a été reconquis à la vie sédentaire à la fin du xixe siècle. Son importance est stratégique ; du fait de sa situation au carrefour de quatre pays (Syrie, Liban, Israël et Jordanie), il contrôle la route d'Israël en Syrie (château de Bāniyās) ; aussi fut-il très convoité au cours des siècles : occupé par Hérode, par les Francs, colonisé au xixe siècle par les Tcherkesses au service du gouvernement ottoman, le Golan a été, en grande partie, conquis par les Israéliens lors de la guerre israélo-arabe de juin 1967. L'occupation israélienne entraîna l'exode de la presque totalité de ses habitants arabes. Sa capitale, Qunaitra (ou Qneitra), conquise par les Israéliens en 1967 au prix d'une âpre bataille, puis détruite par l'armée israélienne en 1974, lors de son évacuation, a été restituée depuis lors à la Syrie.

Guerre de Six Jours, 1967

Guerre de Six Jours, 1967

vidéo

Le 10 juin 1967, la troisième guerre israélo-arabe, appelée guerre de Six Jours en raison de sa durée, s'achève par une victoire foudroyante de l'armée israélienne et la déconfiture totale des pays arabes. Les gains territoriaux d'Israël sont considérables : au sud, Gaza et la péninsule... 

Crédits : National Archives

Afficher

Le Golan a été le théâtre de violents combats pendant la guerre d'octobre 1973 et a connu ensuite une guerre larvée jusqu'au 31 mai 1974, date de l'accord de « dégagement » signé à Genève entre les Syriens et les Israéliens. Depuis cet accord, la Force des Nations unies chargée d'observer le dégagement (F.N.U.O.D.) est stationnée sur une zone tampon démilitarisée ; elle compte encore un millier d’hommes en 2008. Après 1974, l’État hébreu est resté maître de 1 200 kilomètres carrés, qu’il a annexés en 1981. Les différentes étapes de négociations, multilatérales ou bilatérales, depuis la Conférence de Madrid de 1991, n’ont pas [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  GOLAN  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 721 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Les guerres avec les pays arabes »  : […] Damas. Le conflit se double d'ailleurs d'un conflit territorial, dans la mesure où Israël a décidé d'annexer purement et simplement le Golan (déc. 1981). Le front syrien est resté calme depuis lors, mais la Syrie, qui n'a jamais cessé de revendiquer la restitution du Golan, s'introduit au Liban et déstabilise la frontière nord d'Israël […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_31437

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 722 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'intifada, soulèvement de Cisjordanie et de Gaza »  : […] Est) quelque 90 000 personnes en Cisjordanie en 1993, 4 500 dans la bande de Gaza et 12 000 dans le Golan. Depuis Camp David (1978), refusé par les maires palestiniens (pro-O.L.P.) élus en 1976, des « ligues de village » sont suscitées par les autorités israéliennes en 1981, comme responsables de l'« autonomie palestinienne » pratiquée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite-palestinienne/#i_31437

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 145 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Est-Ouest »  : […] Sa participation aux premières négociations – durant lesquelles la délégation syrienne adopte une position rigide – est l'occasion d'y affirmer la prééminence de la question du Golan, faisant de la restauration de la souveraineté formelle de la Syrie sur ce territoire une condition sine qua non à toute perspective d'accord avec Israël […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_31437

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « GOLAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/golan/