Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FOURIER JOSEPH (1768-1830)

Œuvre physique

L'importance de la théorie de la chaleur découle aussi de sa partie purement physique, et plus précisément du mode de détermination des équations du mouvement de la chaleur. Fourier a su sortir du bourbier ontologique relatif au « feu » et fonde sa théorie sur cette unique hypothèse que la chaleur ne se communique qu'entre particules contiguës, de la plus chaude vers la plus froide. À cet axiome, il ajoute la loi de Newton : la vitesse de l'échange est proportionnelle à la différence des températures. De là, il définit trois paramètres : la chaleur spécifique, la conductibilité extérieure et la conductibilité intérieure. Il les suppose constants. Poisson, Duhamel et Lamé lèveront ces restrictions. Sa méthode a été imitée avec succès en électromagnétisme par Ohm et Kirchhoff et, pour l'étude de la convection, par lord Rayleigh. Il appliqua sa théorie à l'étude des températures de la Terre et il développa une théorie de la chaleur rayonnante. La théorie de la chaleur a souvent été associée à une première phase du positivisme, et cela dès Auguste Comte ; mais on peut se demander, à la lumière de sa situation face à la science laplacienne et de la nature de la théorie de la chaleur rayonnante, si elle mérite bien cette place.

Enfin, Fourier participa aux travaux sur les fondements de la statique qui occupèrent aussi, vers 1798, Lagrange et Prony, puis plus tard Poinsot. Il énonça le principe des travaux virtuels et proposa une démonstration qui repose uniquement sur le principe du levier.

— Louis CHARBONNEAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de mathématiques à l'université du Québec, Montréal

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • REMARQUES GÉNÉRALES SUR LES TEMPÉRATURES DU GLOBE TERRRESTRE ET DES ESPACES PLANÉTAIRES (M. Fourier)

    • Écrit par Jean-Louis DUFRESNE
    • 988 mots
    • 1 média

    L’article intitulé « Remarques générales sur les températures du globe terrestre et des espaces planétaires » du mathématicien et physicien français Joseph Fourier (1768-1830) est reconnu comme étant la première publication scientifique à expliciter ce qu’on appelle aujourd’hui l’effet...

  • THÉORIE ANALYTIQUE DE LA CHALEUR (J. Fourier)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 318 mots
    • 1 média

    Joseph Fourier (1768-1830) a entrepris son étude de la propagation de la chaleur dès 1804 alors qu'il occupait le poste de préfet de l'Isère après avoir brièvement enseigné à l’École polytechnique puis suivi le corps expéditionnaire français en Égypte et y avoir été nommé administrateur civil...

  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par Pascal RICHET
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    Un des effets les plus notables du problème cosmologique soulevé par Buffon fut d’inciter Joseph Fourier (1768-1830) à élaborer sa célèbre théorie de la propagation de la chaleur, dans laquelle il introduisit une distinction fondamentale entre les capacités qu’avait une substance de conduire...
  • CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

    • Écrit par Pierre MOUNIER-KUHN
    • 725 mots

    1623 L'astronome allemand Wilhelm Schickard invente une « horloge à calcul ». Mais celle-ci disparaît dans un incendie et Schickard ne poursuit pas ce projet qui n'aura donc aucune influence historique.

    1637 René Descartes, dans le Discours de la méthode, définit la méthode rationnelle...

  • CAUSALITÉ

    • Écrit par Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN
    • 12 987 mots
    • 3 médias
    ...leur mode essentiel de production » (Cours de philosophie positive, 28e leçon). Cette critique de l'idée de cause va trouver dans les travaux de Joseph Fourier sur La Théorie analytique de la chaleur (1822) une caution essentielle. Le grand physicien observe, en effet : « Les causes primordiales...
  • CHANGEMENT ANTHROPIQUE DU CLIMAT

    • Écrit par Jean-Louis DUFRESNE, Céline GUIVARCH
    • 8 203 mots
    • 7 médias
    Au début du xixe siècle, Joseph Fourier (1768-1830) établit que la température de la surface de la Terre dépend, d’une part, de la quantité de rayonnement solaire absorbé et, d’autre part, de la façon dont la Terre se refroidit en émettant du rayonnement infrarouge vers l’espace. Il mentionne que...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi