LE NOM et UN JOUR EN ÉTÉ (mises en scène)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Claude Régy est le metteur en scène à qui nous devons le plus de révélations en France d'auteurs dramatiques étrangers. En 1999, c'est le Norvégien Jon Fosse qu'il nous fait connaître en montant Quelqu'un va venir. L'auteur, né en 1959, a déjà publié une quinzaine de romans, d'essais et de recueils de poésie. Il ne s'est mis à écrire pour le théâtre qu'à partir de 1994. Aujourd'hui, L'Arche lui a déjà consacré trois volumes : soit sept pièces, où des metteurs en scène commencent à puiser. En 2002, deux d'entre elles, Le Nom et Un jour en été ont été créées à Paris, l'une au Théâtre de la Tempête par Christian Colin, l'autre au Théâtre de la Bastille par Jacques Lassalle.

Du théâtre de Jon Fosse, on dit volontiers qu'il est « minimaliste ». Faut-il entendre par là sécheresse et pauvreté des moyens d'expression ? ou bien acceptation de son sort et repli sur soi ? Il est vrai que si l'on s'en tient au premier degré, on s'ennuiera un peu au spectacle du Nom. Mais une oreille sensible perçoit la densité des silences, les mots qui manquent ou se répètent. Alors on se rabat sur les à-peu-près de généralités assez plates par tous ressassées. Jon Fosse dépersonnalise ses personnages en ne leur attribuant pas de nom, à peu d'exceptions près. Ils sont la Fille, le Garçon, la Mère, la Sœur, ce qui les rend emblématiques de la place que leur assigne la société. Ils n'en existent pas moins sur scène. Quand on lit la pièce, on peut constater la grande place qu'y tiennent les didascalies, par lesquelles l'auteur invite ses interprètes à donner au corps – gestes, contenances – tout son pouvoir d'expression.

Dans Le Nom, Beate (Eline Holbo-Wendelbo), toute jeune, revient avec le Garçon (Thomas Blanchard), son compagnon, dans sa modeste maison natale, isolée au bord du fjord. Elle est enceinte. La Mère (Christine Murillo) ne s'en montre ni surprise ni choquée, pas plus que le Père (Rémy Carpentier). Tous deux semblent ne se soucier de rien d'autre que de leur fatigue, de leurs maux et du train-train quotidien. Ils ne portent pas attention au Garçon, ne lui ont même pas demandé son nom. Ni rejeté, ni accepté, celui-ci se tient à l'écart, le nez plongé dans un livre. Harcelé par Beate qui s'inquiète qu'ils n'aient pas encore trouvé un nom pour l'enfant à naître, il s'anime enfin. Une discussion s'engage, des noms sont proposés, critiqués, rejetés. Oubliée la morosité du milieu familial. Le Garçon imagine les enfants à naître « encore dans leurs âmes », qui se parlent entre eux « dans leur propre langage d'anges/ Et ils se demandent où ils vont atterrir/ car ce n'est pas eux qui le décident ». Le Garçon, comme inspiré : « Et tous les enfants sont impatients de découvrir/ à quoi ressembleront leurs parents ». L'enfant à naître ne portera-t-il pas finalement le nom de Bjarne, amour de jeunesse de Beate ? Jon Fosse se montre ici capable d'autre chose que d'un tableau à la pointe sèche. Christian Colin sert l'auteur avec un sens très juste du porte-à-faux des relations ; une atmosphère est créée à partir de l'aridité des échanges traversée de brusques flambées de lyrisme.

Un jour en été est un exemple parfait de théâtre intimiste. Le niveau social et intellectuel d'Asle et de ses amis les situe dans le milieu de la bonne bourgeoisie. Lui et sa jeune femme ne supportaient plus la ville. Ils ont choisi d'habiter une belle grande vieille maison sur une colline, près du fjord. Asle passe tout le jour sur son canot. Un jour d'été, il n'est pas revenu.

Entre automne et été, la construction de la pièce joue sur le flash-back. Coexistent sur scène la femme d'Asle au jour du drame (Marianne Basler) et la femme âgée qu'elle est devenue (Marie-Paule Trystram). Au début, en un long monologue, celle-ci raconte : « Il était là/et soudain il a disparu. » Et l'on assiste à leur dernière entrevue : la jeune femme paraît, suivie d'Asle, tandis que la femme âgée quitte lentement la scène ; elles s'ignorent l'une l'autre. La jeune femme inquiète presse son mari de s'expliquer : « Quelque chose ne va pas ? – Non, non, il n'y a rien – Tu ne vas pas bien ? – Si – Quelque chose te tracasse ? – Non. » Et puis, comme seule explication : « Mais c'est ce calme ici/ c'est si tranquille/ que je perds ma tranquillité. » Jean-Damien Barbin est si présent qu'on n'oubliera jamais cet homme secret, comme envoûté par le maléfique appel du fjord lui promettant le calme de l'éternité. De nouvea [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, critique dramatique de Regards et des revues Europe, Théâtre/Public, auteur d'essais sur le théâtre

Classification

Les derniers événements

3-30 juin 2021 Canada. Nouvelles découvertes de sépultures sur des sites de pensionnats autochtones.

Le 30, il annonce que le drapeau de la tour de la Paix, à Ottawa, sera mis en berne le lendemain, jour de la fête nationale du pays. La célébration de la fête du Canada a été annulée dans de nombreuses villes du pays. Le 30 également, la Première nation de Lower Kootenay annonce la découverte des restes humains de cent quatre-vingt-deux individus non identifiés sur un site proche d’un ancien pensionnat autochtone, à Cranbrook (Colombie-Britannique). […] Lire la suite

16 octobre - 2 novembre 2020 France. Assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty.

Au cours des jours précédents, Samuel Paty avait été pris à partie par un parent d’élève, après avoir montré des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours d’éducation civique consacré à la liberté d’expression. Cette mise en cause avait été largement relayée sur les réseaux sociaux. Le parent d’élève avait déposé plainte pour « diffusion d’images pornographiques » et Samuel Paty avait fait de même, pour « diffamation publique ». […] Lire la suite

13 septembre 2017 Canada. Présentation du nouveau drapeau de la ville de Montréal.

Le jour du dixième anniversaire de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, le maire de Montréal Denis Coderre dévoile le nouveau drapeau de la ville. Aux lys, rose, chardon et trèfle qui figurent sur l’étendard, symbolisant les « peuples fondateurs » de la ville – France, Angleterre, Écosse et Irlande –, a été ajouté le pin blanc, arbre indigène du Canada, qui représente les peuples autochtones. […] Lire la suite

19-20 décembre 2012 France – Algérie. Visite officielle du président François Hollande en Algérie

Le 20, à Alger, devant les parlementaires réunis au palais des Nations, il déclare: « Pendant cent trente-deux ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal, ce système a un nom, c'est la colonisation, et je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien. » Cette déclaration ne diffère pas radicalement de celles qui ont été faites par les présidents Jacques Chirac en 2003 et Nicolas Sarkozy en 2007 lors de leur visite en Algérie. […] Lire la suite

15-26 août 2012 Japon – Chine. Regain de tension au sujet de la souveraineté sur un archipel inhabité

Le 15, jour anniversaire de la reddition du Japon en 1945, les autorités japonaises arrêtent brièvement quatorze militants nationalistes chinois venus de Hong Kong, qui tentaient de débarquer dans l'archipel inhabité des Senkaku, en mer de Chine orientale, dont la Chine, comme Taïwan, revendique la possession sous le nom de Diaoyu. Le Japon a annexé les Senkaku en 1895, à l'issue de la première guerre sino-japonaise. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymonde TEMKINE, « LE NOM et UN JOUR EN ÉTÉ (mises en scène) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-nom-et-un-jour-en-ete/