BERNHARD THOMAS (1931-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Des arbres à abattre, de Thomas Bernhard

Des arbres à abattre, de Thomas Bernhard
Crédits : Natalia Kabanow

photographie

Élisabeth II,de Thomas Bernhard

Élisabeth II,de Thomas Bernhard
Crédits : G. Hartung/ AKG

photographie


Autrichien unique en son genre, Thomas Bernhard se rattache pourtant à toute une grande tradition par laquelle ce pays a profondément marqué les lettres allemandes et la culture européenne en général, de Musil à Wittgenstein et de Karl Kraus à Schönberg : perversion de la « nature » et « nature » de l'artifice, cruauté feutrée et violente des rapports entre les êtres, destruction méthodique alliée à un étonnant vouloir-vivre, le tout incarné dans un art combinatoire et « musical » où se rejoignent la vie et la mort.

Une identité problématique

La biographie, dans le cas de Bernhard, n'est pas sans intérêt pour l'appréciation d'une œuvre qui tourne tout entière autour d'une quête d'identité, d'une confrontation aux origines. Celles de Bernhard (qui porte le nom du premier mari de sa grand-mère maternelle !) sont, comme on dit, « naturelles ». Divers travaux suggèrent qu'il est le produit d'un viol, ou tout au moins d'un acte fugitif. Le père, un jeune menuisier du pays des lacs salzbourgeois, d'où est originaire la famille maternelle de Bernhard, ne reconnaît pas l'enfant, qui voit le jour aux Pays-Bas, dans une maternité religieuse pour filles perdues, le 9 février 1931. Sa mère, qui travaille très dur dans ce pays comme servante, pour gagner sa vie et celle de sa famille, est obligée de le mettre en nourrice. Elle gardera rancune toute sa vie à l'amant d'un jour qui s'est empressé de l'abandonner et de fuir en Allemagne. Le jeune Thomas, qui plus est, présente une ressemblance physique frappante avec le père définitivement disparu, et qu'il ne connaîtra jamais. De retour en Autriche avec son fils, Herta Freumbichler, fille nourricière d'un écrivain anarchisant et sans succès, épouse un garçon coiffeur, Emil Fabjan, et donne à Thomas un demi-frère et une demi-sœur.

Thomas Bernhard cependant est d'abord élevé par ses grands-parents maternels. En 1938, il retrouve sa mère et son « tuteur », qui se sont installés de l'autre côté de la frontière, dans la bourgade bavaroise de Traunstein. Difficultés de l'adolescence, embrigadement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, maître de conférences de littérature allemande à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BERNHARD THOMAS (1931-1989)  » est également traité dans :

CORRECTIONS, Thomas Bernhard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude PORCELL
  •  • 861 mots

Le roman de Thomas Bernhard (1931-1989), Corrections (1975) est une œuvre qui aspire constamment à une « mise en ordre », mais que l'on ne sait paradoxalement comment aborder. Corrections fait suite à trois romans, mais aussi à cinq pièces de théâtre : Une fête pour Boris (1970), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrections/#i_81067

DÉJEUNER CHEZ WITTGENSTEIN (T. Bernhard)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 936 mots

Le grand écrivain et auteur dramatique autrichien Thomas Bernhard (1931-1989) n'est jamais allé chercher très loin son inspiration. On peut dire qu'une large partie de son œuvre est autobiographique, en clair dans ses récits, d'une manière à peine voilée dans ses pièces. S'il n'y figure pas à visage découvert – le genre en exclut pratiquement l'hypot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dejeuner-chez-wittgenstein/#i_81067

MES PRIX LITTÉRAIRES (T. Bernhard)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 969 mots

Avec Mes Prix littéraires, paru en Autriche pour le vingtième anniversaire de sa mort et traduit en France un an plus tard (trad. D. Mirsky, Gallimard, 2010), Thomas Bernhard, l'enfant terrible des lettres autrichiennes, lance un énorme pavé posthume dans la mare de l'industrie littéraire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mes-prix-litteraires-t-bernhard/#i_81067

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_81067

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le lieu de la question »  : […] Le refus du « bel animal » et d'une dramaturgie du conflit (événementiellement, fabulairement limitée) remonte à la fin du xix e  siècle : Peer Gynt d'Ibsen, en s'appuyant sur le genre limite de la féerie, puis Le Chemin de Damas de Strindberg, en s'en détachant, reprennent l'expérience du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-les-ecritures-contemporaines/#i_81067

LAMARCHE-VADEL BERNARD (1949-2000)

  • Écrit par 
  • Christian GATTINONI
  •  • 773 mots

Bernard Lamarche-Vadel, collectionneur français d'art contemporain, châtelain d'Ille-et-Vilaine, fils de vétérinaire, né en 1949, est également critique et écrivain. Fait peu banal, il a toujours gardé le nom de la femme qu'il a rencontrée à dix-neuf ans, Gaëtane Vadel. Sa vie tout entière est organisée, maîtrisée, planifiée, réorientée pour faire œuvre littéraire des passions du critique et du co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-lamarche-vadel/#i_81067

DES ARBRES À ABATTRE (mise en scène K. Lupa)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 876 mots
  •  • 1 média

Au cœur de sa création théâtrale, amorcée à la fin des années 1970, Krystian Lupa, metteur en scène, plasticien et pédagogue polonais, entretient une relation avec l’auteur et dramaturge autrichien Thomas Bernhard (1931-1989), en qui il reconnaît depuis longtemps « un frère d’armes ». Une rencontre qui a commencé en 1992 au Stary Teatr de Cracovie avec une adaptation du roman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-arbres-a-abattre/#i_81067

MARLEAU DENIS (1954- )

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 304 mots

Né à Québec en 1954, directeur depuis 1982 de la Compagnie Ubu qu'il a fondée et avec laquelle il a créé vingt spectacles, Denis Marleau pratique aussi bien le montage de textes que l'adaptation d'écrits non théâtraux et la mise en scène d'œuvres dramatiques. Les montages sont réalisés surtout dans les années 1980. Le jeune metteur en scène se sent alors très proche des dadaïstes, Tzara ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-marleau/#i_81067

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude PORCELL, « BERNHARD THOMAS - (1931-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-bernhard/