HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste britannique, Hicks a mené de front des activités de professeur (à l'université de Manchester jusqu'en 1946, puis, à partir de 1952, au All Souls College à Oxford) et la rédaction de nombreux ouvrages de qualité.

Dès 1932, il publie La Théorie des salaires (Theory of Wages), où il développe sa conception des « inventions induites » ; selon lui, les entrepreneurs sont peu enclins à consacrer des efforts à la recherche d'améliorations techniques et d'innovations dans une conjoncture caractérisée par un taux de chômage élevé. Il dégage les implications fâcheuses de cette situation.

Bien que se classant parmi les tenants de l'école néo-classique, il remet en cause le modèle d'équilibre général de Walras, et ses recherches sur ce problème lui permettent d'écrire, dans Value and Capital (1939), qu'« il s'agit en l'occurrence de l'effondrement de la presque totalité de l'équilibre général ». Toutefois, loin de renier l'ensemble des principes posés par les classiques, il procède à un approfondissement de leurs enseignements.

Hicks a porté ses recherches sur des problèmes très variés. Après avoir abordé la question des salaires et les divers aspects de l'équilibre économique, il se consacre à l'analyse : du cycle des affaires (A Contribution to the Theory of the Trade Cycle, 1950) ; de l'utilité et de la demande (A Revision of Demand Theory, 1956) ; de la croissance (Capital and Growth, 1965) ; de la monnaie (Critical Essays in Monetary Theory, 1967) ; et, dans son livre le plus récent, du capital (Capital and Time, 1973).

Dans A Contribution to the Theory of the Trade Cycle, il reprend le modèle élaboré par Samuelson, qu'il affine en y introduisant plusieurs conceptions, en particulier sur le rôle que joue le plein-emploi dans la limitation des fluctuations économiques. Il met l'accent sur les incidences des tensions inflationnistes sur le déroulement des cycles économiques.

Il est également l'auteur, avec A. Hansen, d'un schéma devenu d'usage courant sous le nom de modèle IS-LM, qui exprime l'articulation entre le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)  » est également traité dans :

M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 236 mots
  •  • 1 média

Dès sa parution en 1936, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes fait l'objet de lectures plurielles dont le but est de modéliser les traits essentiels de l'ouvrage et d'engager une comparais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-keynes-et-les-classiques-proposition-d-une-interpretation/#i_15438

VALEUR ET CAPITAL, John Richard Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 362 mots

Valeur et capital est sans doute l'un des ouvrages d'économie mathématique les plus connus du xxe siècle. Après un demi-siècle de domination dans le monde anglo-saxon de la méthodologie marshallienne, centrée sur l'analyse d'équilibre partiel, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-et-capital/#i_15438

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et ajustements macroéconomiques »  : […] Les principales fonctions de comportement sont, d'une manière ou d'une autre, influencées par les anticipations. Ainsi la consommation des ménages dépend moins de leur revenu courant que du revenu « normal » anticipé pendant un certain horizon temporel (revenu « permanent »), voire du revenu moyen anticipé pendant la durée de vie (théorie du « cyc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_15438

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faiblesses et retour en force du cadre néoclassique »  : […] Malgré un succès réel au début du xx e  siècle, la théorie néoclassique souffre de deux faiblesses. Premièrement, si elle démontre de façon très rigoureuse sur le plan mathématique l'existence d'un équilibre, elle est incapable de décrire le mécanisme dynamique qui permet de l'atteindre. Walras imagine un « commissaire-priseur » , personnage hypoth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_15438

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Le keynésianisme de la synthèse »  : […] L'école de la synthèse regroupe deux grands courants. D'une part, les recherches qui, à partir de la publication de l'article de John Hicks intitulé « Mr. Keynes and the Classics » (1937), ont formalisé la Théorie générale dans des modèles de type IS/LM/DG/OG. D'autre part, les travaux de « l'école du déséquilibre », encore appelée « théorie des é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_15438

ENTREPRISE - Financement

  • Écrit par 
  • Michel ALBOUY, 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 7 607 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Financement intermédié ou désintermédié »  : […] Le financement est indirect ou intermédié lorsque les institutions financières servent d'intermédiaires entre les agents à besoin de financement et les agents à capacité de financement. Il est direct ou désintermédié lorsque agents à besoin de financement et agents à recherche de financement se rencontrent « directement » sur le marché. Selon la pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-financement/#i_15438

LES FONDEMENTS DE L'ANALYSE ÉCONOMIQUE, Paul Anthony Samuelson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « Les mathématiques de l'économie »  : […] L'apport le plus durable de Samuelson réside dans l'usage systématique de la formalisation en économie théorique, usage qui dépasse largement celui que propose John Hicks dans Valeur et capital . Samuelson critique la typologie de la stabilité proposée par Hicks et pose les bases rigoureuses d'une analyse de stabilité. Il propose également la premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fondements-de-l-analyse-economique/#i_15438

LIQUIDITÉ MONÉTAIRE

  • Écrit par 
  • André CHAÎNEAU
  •  • 3 563 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Préférence pour la liquidité monétaire selon John Maynard Keynes »  : […] La monnaie est demandée pour elle-même, en raison de la liberté qu'elle donne. Keynes distingue une demande d'encaisses de transaction M 1 et une demande d'encaisses oisives M 2 correspondant à des motifs de précaution et de spéculation. M 1 existe parce que la monnaie est un actif de paiement, M 2 parce qu'elle est un actif de placement, une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidite-monetaire/#i_15438

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à ses disciples la loi d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_15438

PRINCIPLES OF ECONOMICS, Carl Menger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 189 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondements de l'approche autrichienne »  : […] L'ouvrage de Menger a ouvert la voie à l'analyse autrichienne de la production et du capital. Il est, en effet, impossible de bien comprendre les travaux d'Eugen von Böhm-Bawerk sur la théorie du capital et de l'intérêt ou ceux de Friedrich von Hayek sur les fluctuations économiques sans faire référence à l'analyse de la production proposée par Men […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principles-of-economics/#i_15438

Pour citer l’article

Christine BARTHET, « HICKS JOHN RICHARD - (1904-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-richard-hicks/