HALDANE JOHN BURDON SANDERSON (1892-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de John Burdon Sanderson Haldane reste principalement associé au développement de la génétique des populations, des années 1920 à 1940, au côté de Ronald Fisher et Sewall Wright.

Haldane appartient à une famille aristocrate et intellectuelle écossaise, qui compte plusieurs biologistes dont son propre père John Scott Haldane. Lors de la Première Guerre mondiale, il s'engage dans la Garde noire écossaise et est blessé deux fois. Après la guerre, il achève ses études à Oxford, obtient un poste à l'université de Cambridge puis à l'University College où il fait l'essentiel de sa carrière.

Haldane développe une théorie mathématique rendant compte de la composition génétique des populations. Il s'agissait d'unifier les résultats obtenus par la génétique mendélienne avec la théorie de l'évolution darwinienne afin d'expliquer les mécanismes de la sélection et de l'adaptation. Dans les années 1930, la plupart des biologistes adhérait à la théorie de l'évolution, mais doutait que des mutations apparues au hasard puissent être à l'origine de l'adaptation. Les travaux de Fisher, de Wright et de Haldane contribuent à démontrer que la sélection naturelle est bien la principale cause de l'évolution, et permettent à d'autres biologistes – Theodosius Dobzhansky, Julian Huxley, Ernst Mayr et George Gaylord Simpson – de formuler la théorie synthétique de l'évolution dans une série de publications parues de 1937 à 1944. On considère que le développement des théories mathématiques de la génétique des populations est un élément majeur, qui marque la résurrection du darwinisme.

On ne saurait résumer l'œuvre de Haldane à la seule génétique car il s'est intéressé à de nombreux champs de la biologie, comme la physiologie ou la biochimie : il contribue ainsi à la formulation d'une th [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de l'environnement, historienne des sciences et de l'environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  HALDANE JOHN BURDON SANDERSON (1892-1964)  » est également traité dans :

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De la crise du transformisme à la théorie synthétique »  : […] Au début du xx e  siècle, plusieurs théories matérialistes (néo-darwinisme, néo-lamarckisme, orthogenèse, qui conçoit l'évolution des lignées « en ligne droite », et mutationnisme) sont en concurrence pour expliquer les mécanismes de l'évolution, mais chacune semble porter des coups fatals aux autres. Seule l'émergence de nouveaux modes de pensée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_55092

TEMPO AND MODE IN EVOLUTION (G. G. Simpson)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 154 mots

Le paléontologue américain George Gaylord Simpson (1902-1984) publie, en 1944, Tempo and Mode in Evolution , un ouvrage sur les rythmes et modalités de l'évolution qui marque l'intégration de la paléontologie dans la théorie synthétique (ou néo-darwinienne) de l'évolution. Cette synthèse évolutionniste, qui ajoute les données nouvelles de la généti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tempo-and-mode-in-evolution/#i_55092

Pour citer l’article

Valérie CHANSIGAUD, « HALDANE JOHN BURDON SANDERSON - (1892-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-burdon-sanderson-haldane/