WRIGHT SEWALL (1889-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Généticien américain, qui fut l'un des fondateurs de la génétique des populations.

Né le 21 décembre 1889 à Melrose (Massachusetts), Wright fit ses études au Lombard College à Galesburg dans l'Illinois, puis entra à l'université de cet État, à Urbana. Après avoir obtenu son doctorat en zoologie à Harvard en 1915, il travailla au département de l'Agriculture de 1915 à 1925. Il fut professeur à l'université de Chicago (1926-1954) puis à l'université du Wisconsin, à Madison (1955-1960). Ses premiers travaux ont porté sur les résultats génétiques des hybridations sur le pelage et la couleur des yeux chez le cobaye.

Avec les Britanniques J. B. S. Haldane et R. A. Fisher, Wright fut l'un des scientifiques qui donnèrent une base mathématique à la théorie évolutionniste, utilisant à cet effet les méthodes des statistiques.

Wright est surtout connu pour son concept de « dérive génétique » (effet Sewall Wright), selon lequel, quand de petites populations d'une espèce sont isolées, ceux des individus qui sont porteurs de gènes relativement rares risquent de disparaître sans pouvoir les transmettre. Ces gènes sont alors perdus, ce qui conduit à l'émergence d'une espèce différente, sans que la sélection naturelle soit intervenue dans ce processus.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  WRIGHT SEWALL (1889-1988)  » est également traité dans :

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De la crise du transformisme à la théorie synthétique »  : […] Au début du xx e  siècle, plusieurs théories matérialistes (néo-darwinisme, néo-lamarckisme, orthogenèse, qui conçoit l'évolution des lignées « en ligne droite », et mutationnisme) sont en concurrence pour expliquer les mécanismes de l'évolution, mais chacune semble porter des coups fatals aux autres. Seule l'émergence de nouveaux modes de pensée et de nouvelles pratiques, qui aboutira à la théor […] Lire la suite

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 330 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Étude théorique »  : […] Lorsque l'effectif de la population est limité, le niveau unique d'équilibre d'un gène a est remplacé par le jeu des probabilités avec lesquelles peuvent être réalisées les différentes fréquences. Ainsi que l'a montré Sewall Wright, ces probabilités correspondent sensiblement à la loi de distribution traduite par l'expression suivante : où p et q sont les fréquences relatives des deux classes d […] Lire la suite

ÉQUILIBRES PONCTUÉS THÉORIE DES, biologie

  • Écrit par 
  • Étienne ROUX
  •  • 1 086 mots
  •  • 1 média

La théorie des équilibres ponctués a été énoncée par deux biologistes et paléontologues américains, Niles Eldredge (né en 1943) et Stephen Jay Gould (1941-2002), dans un article publié en 1972 et intitulé « Punctuated equilibria: an alternative to phyletic gradualism (Les équilibres ponctués : une alternative au gradualisme phylétique) ». Ce texte constitue le cinquième chapitre de l’ouvrage coll […] Lire la suite

Pour citer l’article

« WRIGHT SEWALL - (1889-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sewall-wright/