SIMPSON GEORGE GAYLORD (1902-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paléontologue américain, George Gaylord Simpson est connu avant tout pour être l'un des trois contributeurs majeurs, avec Theodosius Dobzhansky et Ernst Mayr, de l'élaboration de la théorie synthétique de l'évolution.

Né à Chicago en 1902, Simpson grandit et étudie à Denver (Colorado). Il en part en 1924 pour faire sa thèse à Yale ; il est aussi formé sur le terrain par le grand mammalogiste W. D. Matthew. Après un stage en Europe, il publie deux monographies qui renouvellent les connaissances sur l'histoire des mammifères pendant l'Ère secondaire. Entré en 1927 à l'American Museum de New York comme assistant-conservateur, il y dirige, à partir de 1944, le département de géologie et paléontologie ; il enseigne aussi à l'université Columbia. Les collections très riches du grand muséum lui permettent d'achever en 1945 une classification des mammifères qui fera autorité pendant plus d'un demi-siècle.

À la suite de deux missions en Patagonie (1930, 1933), il étudie les mammifères d'Amérique du Sud. Il s'y intéressera durant toute sa vie, élargissant ses contributions à la biogéographie. Son premier livre destiné au grand public est son journal de Patagonie, Attending Marvels (1934), et ses deux derniers seront une autobiographie pleine d'humour et une histoire de la faune sud-américaine, Splendid Isolation (1980). Au début de sa carrière, Simpson décrit d'innombrables fossiles, fait de la phylogénie et de la stratigraphie. Puis il publie des travaux plus théoriques, sur les méthodes quantitatives en zoologie, sur la taxonomie et la classification, ainsi que plusieurs livres sur ce qui constitue son centre d'intérêt majeur, l'évolution. L'immense connaissance de première main qu'il avait des mammifères fossiles a conféré à ses ouvrages une très grande autorité. L'ouvrage de Simpson intitulé Tempo and Mode in Evolution (trad. franç., Rythme et modalités de l'évolution, 1950), publié en 1944, est le premier de ce type, car il intègre pour la première fois paléontologie, génétique des populations et systématique. De 1959 à 1970, Simpson est professeur à Harvard, puis il se retire à Tucson, en Arizona, où il décédera le 6 octobre 1984.

Le nombre et l'étendue des contributions scientifiques de Simpson, qui vont de la géologie de terrain et de la paléontologie à la philosophie et à l'histoire des sciences, le placent parmi les plus grands savants du xxe siècle. Ses réflexions philosophiques sur l'évolution dans son ensemble et la place de l'homme dans la nature restent encore pertinentes de nos jours.

—  Marc GODINOT, Universalis

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, directeur du laboratoire d'évolution des primates au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification


Autres références

«  SIMPSON GEORGE GAYLORD (1902-1984)  » est également traité dans :

TEMPO AND MODE IN EVOLUTION (G. G. Simpson)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 154 mots

Le paléontologue américain George Gaylord Simpson (1902-1984) publie, en 1944, Tempo and Mode in Evolution, un ouvrage sur les rythmes et modalités de l'évolution qui marque l'intégration de la paléontologie dans la théorie synthétique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tempo-and-mode-in-evolution/#i_46284

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme au XXe siècle  »  : […] La systématique qui s'est construite autour de la théorie synthétique de l'évolution (ou néodarwinisme) des années 1930-1940 s'est non seulement grandement accommodée du dualisme « somme des modifications » et « indications de descendance » mais elle a même privilégié la somme des modifications. Tel est le paradoxe d'une systématique qui s'est pourtant toujours référée à Darwin. On peut être sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_46284

ESPÈCE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GAYON
  •  • 4 762 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pluralité des définitions contemporaines de l'espèce »  : […] Étant donné l'impact des travaux de Darwin sur la théorie de l'évolution moderne, on pouvait s'attendre à ce que la question de la définition de l'espèce disparaisse avec lui. Or c'est tout le contraire qui s'est produit. Le xx e  siècle a vu fleurir une multitude de définitions, surtout lors de l'émergence et du développement de la théorie synthétique de l'évolution (du nom de l'ouvrage de Julia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espece-biologie/#i_46284

GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

  • Écrit par 
  • Claudine COHEN
  •  • 1 934 mots

Dans le chapitre « Du néodarwinisme à la théorie des équilibres ponctués »  : […] Né à Brooklyn en 1941, Gould fut l'élève du grand paléontologue américain George Gaylord Simpson, un des pionniers du néodarwinisme qui avait introduit les concepts de la nouvelle synthèse en paléontologie et mené une réflexion approfondie sur « le rythme et les modalités » de la macro-évolution ( Tempo and Modes of Evolution , New York, 1944), et sous la direction duquel il soutint en 1967, à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-jay-gould/#i_46284

Pour citer l’article

Marc GODINOT, « SIMPSON GEORGE GAYLORD - (1902-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-gaylord-simpson/