Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JÑĀNA

La réflexion philosophique indienne (tant bouddhiste qu'hindoue) est déterminée par un certain nombre de présupposés, parmi lesquels l'idée que le sujet pensant est modifié, dans sa nature même, par le type de connaissance qu'il acquiert au cours de son existence. Ainsi le salut est-il fonction de ce que l'on sait plutôt que de ce que l'on fait. L'action, en effet, est inéluctable : respirer, manger sont déjà des actes (karman) ; à plus forte raison le sont des gestes volontaires tels que prendre, donner, frapper. Mais la relation entre l'acte et ses conséquences métaphysiques est normalement inconnue de l'individu, qui s'en tient aux effets immédiats accessibles à la perception et au raisonnement de simple bon sens.

Il existe cependant un autre type de connaissance (en sanskrit jñāna, qui correspond au grec gnôsis) relevant non plus de l'activité mentale (manas), dont le siège est le cerveau, mais de l'intuition intellectuelle, dont l'organe (buddhi, « l'intelligence ») est situé dans le cœur. Lorsque, grâce à la direction spirituelle du maître (guru) qui l'a initié, le sujet parvient à « voir » avec « l'œil du cœur », la révélation qu'il obtient ainsi (et qui est souvent comparée à une « illumination ») provoque une mutation de son être ; l'équation entre l'« âme » (ātman) et l'absolu (brahman) est alors « réalisée » (de virtuelle qu'elle était, elle devient réelle), et cette réalisation constitue en elle-même le salut, toujours conçu comme une délivrance (mokṣa) des liens de l'existence. Le sujet qui a bénéficié de cette expérience s'élève du monde des phénomènes à celui de l'Essence ; par définition, une telle transformation est irréversible.

On comprend dès lors pourquoi les divers points de vue sur la doctrine traditionnelle (darśanas) sont autant de « systèmes » proposant chacun une voie particulière pour l'acquisition de la connaissance : tel est, en fin de compte, le seul objet de la recherche philosophique en Inde depuis les premières upaniṣhads (vers le ~ xe s.) jusqu'à nos jours.

— Jean VARENNE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Pour citer cet article

Jean VARENNE. JÑĀNA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BUDDHI

    • Écrit par Jean VARENNE
    • 328 mots

    Le terme sanskrit « buddhi » désigne l'intelligence dans la psychologie de l'hindouisme. Selon les données traditionnelles du brahmanisme, l'homme se compose de quatre éléments qui sont autant de modalités de son être propre : le corps, la pensée, l'intelligence, l'âme. Ce dernier...

  • JINISME ou JAÏNISME

    • Écrit par Colette CAILLAT, Marie-Simone RENOU
    • 5 709 mots
    Le chemin de la Délivrance est constitué par trois joyaux : la droite « connaissance » (jñāna), la droite « vue » ou « foi » ( darśana) et la droite « conduite » (cāritra). C'est dans le canon, divisé en quatre grandes sections constituées chacune par un certain nombre de traités,...
  • UPANIṢAD

    • Écrit par Anne-Marie ESNOUL
    • 3 521 mots
    ...l'obtention d'un bien spirituel : la libération (mukti ou mokṣa) hors du courant transmigratoire, du saṃsāra. Cet effort vers la délivrance par la voie du savoir ( jñāna) s'oppose – ou plutôt se superpose – à la voie des actes rituels (karman) qu'avaient prônée les textes antérieurs.

Voir aussi