JEUEthnologie du jeu

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans quelle mesure existe-t-il une ethnologie et une sociologie du jeu ? Quelles sont leurs bases et leurs limites ? Biologistes et psychologues présentent de multiples arguments pour justifier l'hypothèse d'un instinct et d'un besoin de jeu qui meuvent le corps humain avec la même force que les instincts et besoins alimentaires, sexuels et créateurs. Les comportements ludiques de l'homme prennent racine dans son être somatique. Le jeu possède aussi ses aspects moraux et abstraits qui font partie intégrante de l'éthique et de la philosophie. Ethnologues et sociologues abordent cependant le jeu sous un angle tout à fait différent. Les ressorts animaliers, donc corporels et biopsychologiques du jeu, échappent à leurs sphères d'études, et ses traits moraux et philosophiques ne les intéressent que dans la mesure où ils peuvent caractériser la face culturelle d'un ou de plusieurs groupes humains. L'histoire du jeu constitue également un domaine différent de celui des ethnologues et sociologues, bien que les premiers considèrent la mise en valeur d'une vue diachronique comme un principe fondamental de leur méthodologie. En fait, la définition d'une ethnologie et d'une sociologie du jeu correspond à celle de l'ethnologie et de la sociologie mêmes.

L'ethnologue observe et analyse le jeu en tant que création humaine, donc comme un phénomène culturel et non naturel, dans ses particularités ethniques et en rapport avec d'autres éléments des cultures données dont il fait partie. Le social étant un domaine distinct mais intégrant du culturel, l'ethnologue lui prête une attention égale à celle qu'il porte au matériel et au spirituel. Le sociologue, en revanche, centre ses études sur l'aspect social du jeu, qui, sous son objectif, prend une dimension plus étendue que sous celui de l'ethnologue. En effet, le sociologue examine aussi les côtés non traditionnels du jeu, tels qu'ils se développent dans les sociétés industrielles et qu'ils deviennent dépendants [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JEU  » est également traité dans :

JEU - Le jeu dans la société

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 4 893 mots
  •  • 2 médias

À travers ses manifestations diverses, le jeu apparaît en définitive comme une manière de prendre quelque distance à l'égard des déterminations qui, dans la vie sociale courante, fixent l'individu à sa place et le situent dans le monde qui l'entoure. On retrouve ainsi l'un des sens apparemment secondaires du mot, puisque l'on dit d'une pièce qui n'est pas entièrement prise dans un mécanisme qu'ell […] Lire la suite

JEU - Jeu et rationalité

  • Écrit par 
  • Jacques EHRMANN
  •  • 4 828 mots

En tant que facteur de culture, le jeu est primordial. Un des premiers, sinon le premier, à s'en être aperçu et à s'être interrogé sur les fonctions anthropologiques du jeu est le critique hollandais J. Huizinga, dans son livre maintenant classique Homo ludens. Il ne retient pourtant qu'une caractéristique du jeu : son aspect de compétition […] Lire la suite

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

L'importance du jeu a toujours été aperçue par la pédagogie, depuis Platon qui prônait déjà des jeux éducatifs pour les jeunes enfants. Le jeu est passé au premier plan des préoccupations avec les divers mouvements dits d'éducation nouvelle, aux alentours de 1900. Cependant, pour bien juger du rôle pédagogique du jeu enfantin, il est nécessaire d'en connaître exactement la nature, ce qui conduit a […] Lire la suite

JEU (théâtre)

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les règles du jeu »  : […] Si l'on en croit Johan Huizinga, le jeu serait le propre de l'homme. La définition large et abstraite qu'il en donne dans Homo Ludens (1938) témoigne que le jeu théâtral s'inscrit dans cette activité sociale : « une action libre sentie comme fictive et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d'absorber totalement le joueur ; une action dénuée de tout intérêt matériel et de toute u […] Lire la suite

JEU DE L'OIE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 974 mots

Jeu de parcours où l'on déplace des pions en fonction des résultats de deux dés, le jeu de l'oie constitue sans doute l'exemple le plus simple de sa catégorie. Dans sa forme « canonique », le jeu comprend 63 cases disposées en spirale enroulée vers l'intérieur et comportant un certain nombre d'« accidents ». Le but est d'arriver le premier à la dernière case. Le jeu de l'oie ne laisse aucune init […] Lire la suite

DOMINOS, jeu

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 638 mots

Les dominos européens sont de petites plaquettes de matière dure et blanche (os, ivoire, plastique, etc.) dont l'une des faces comporte deux compartiments parfois laissés vierges mais le plus souvent gravés de un à six ocelles (points de dés). Un jeu complet est formé de vingt-huit pièces, qui vont du double-blanc au double-six. La stratégie des dominos européens est assez simple et s'apparente à […] Lire la suite

GO JEU DE

  • Écrit par 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 3 514 mots
  •  • 5 médias

Le jeu de go est sans doute le seul jeu de duel et de réflexion qui, par sa complexité et la richesse de sa tradition, puisse être valablement comparé aux échecs. D'origine chinoise comme ce dernier jeu, il s'est surtout répandu au Japon, où encore aujourd'hui se trouvent les plus grands joueurs, qui sont des professionnels. Le go est l'un des plus anciens jeux connus. Plusieurs légendes chinoises […] Lire la suite

JEUX DE RÔLE

  • Écrit par 
  • Emilie BLOSSEVILLE, 
  • Cécile DELANGHE
  •  • 2 418 mots

Depuis la sortie aux États-Unis du premier jeu de rôle Dungeons & Dragons en 1973, celui-ci n'a cessé de séduire les jeunes avides d'évasion. Reprenant le principe du Wargame , jeu de stratégie créé aux États-Unis en 1912, dans lequel les pions sont remplacés par des personnages empruntés à la littérature fantastique, Donjons et Dragons est entré sur le marché français des jeux de simulation au […] Lire la suite

JEUX DE PIONS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 089 mots
  •  • 4 médias

Les jeux de pions relèvent de la famille des jeux intellectuels, c'est-à-dire qu'ils font appel à la réflexion, si limitée soit-elle, et non à la motricité du corps. Un jeu de pions exige au moins deux joueurs, un « tablier » qui se réduit à un diagramme de jeu (ou « pavage »), des pions et, pour certains de ces jeux, un générateur de hasard (dés, par exemple). Chaque jeu de pions se caractérise p […] Lire la suite

LOTERIES

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 550 mots
  •  • 1 média

Pour la plupart des dictionnaires de la langue française, les loteries sont des jeux de hasard consistant dans le tirage au sort de numéros qui désignent des billets gagnants et donnent droit à des lots, une définition proche de celle du Littré : « Sorte de jeu de hasard où se font des mises pour lesquelles on reçoit des billets portant des numéros. » Une analyse de l'univers assez foisonnant des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Geza de ROHAN-CSERMAK, « JEU - Ethnologie du jeu », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-ethnologie-du-jeu/