THOMAS JESS (1927-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après un siècle d'omniprésence allemande et scandinave, Jess Thomas restera dans l'histoire du chant wagnérien comme le premier Heldentenor américain à s'être imposé à Bayreuth.

Jess Floyd Thomas naît à Hot Springs (Dakota du Sud), le 4 août 1927, et reçoit une formation de psychologue à l'université du Nebraska et à celle de Stanford (Californie). Puis il se consacre au chant, qu'il étudie avec Otto Schulman, et débute en 1957 à l'Opéra de San Francisco dans le rôle du Majordome (Le Chevalier à la rose de Richard Strauss). En 1958, il vient en Europe pour travailler avec Emmy Seiberlich et entre dans la troupe de l'Opéra de Karlsruhe, où il restera jusqu'en 1961. Dès 1960, il est invité à l'Opéra de Stuttgart. Un an plus tard, il débute à Bayreuth dans le rôle-titre de Parsifal sous la direction de Hans Knappertsbusch. Il y chante ensuite Lohengrin, Walther von Stolzing (Les Maîtres chanteurs de Nuremberg), Tannhäuser et Siegfried jusqu'en 1969, puis, en 1976, pour le centenaire de la création de la Tétralogie. Toujours en 1961, il est invité à la Deutsche Oper de Berlin (Radamès dans la production d'Aïda réalisée par Wieland Wagner). Il fait ses débuts au Metropolitan Opera de New York en 1962 (Walther von Stolzing) et y chante régulièrement au cours des douze saisons suivantes (quatre-vingt-dix-sept représentations autour de quinze rôles). En 1963, il débute à l'Opéra de Munich (l'Empereur dans La Femme sans ombre de Richard Strauss), dont il deviendra Kammersänger. L'année suivante, il chante pour la première fois à l'Opéra de Vienne (l'Empereur) et au festival de Salzbourg (Bacchus dans Ariane à Naxos de Richard Strauss). Il participe à l'inauguration de la nouvelle salle du Met au Lincoln Center en 1966 (création d'Antony and [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « THOMAS JESS - (1927-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jess-thomas/