LINDON JÉRÔME (1925-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 9 juin 1925, à Paris, dans une famille de la haute bourgeoisie juive, apparentée aux Dreyfus et aux Citroën, Jérôme Lindon voit son adolescence perturbée par la Seconde Guerre mondiale. À dix-sept ans, affilié au mouvement de résistance Combat, il rejoint un maquis du Tarn, est décoré pour faits d'armes, puis intègre les troupes françaises d'occupation en Allemagne. De cette guerre, Jérôme Lindon conservera l'empreinte toute sa vie. Ayant commencé l'apprentissage de l'hébreu au maquis, il envisage, un moment, à la Libération, de se lancer avec un ami dans une nouvelle traduction de l'Ancien Testament : de ce projet ambitieux reste une trace, la traduction du Livre de Jonas qu'il publie à 343 exemplaires aux éditions de Minuit en 1955, un texte capital qui est aussi une réflexion sur le „bon usage de la trahison“, pour reprendre le titre de la Préface de Pierre Vidal-Naquet à La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe (Minuit, 1977).

Jérôme Lindon dirige les éditions de Minuit à partir de 1948. Il publie des auteurs dont aucun autre éditeur ne voulait, ces „refusés-Gallimard“ qui avaient pour nom Bataille, Blanchot, Klossowski, jusqu'à ce jour de 1951 où, en lisant un manuscrit, Molloy de Samuel Beckett, il a enfin la chance de pouvoir publier l'intégralité d'une œuvre, de rencontrer celui qui allait être le „premier“ auteur Minuit et l'auteur-phare de sa maison. Suivront Alain Robbe-Grillet (1953), Michel Butor (1954), Robert Pinget (1956), Claude Simon (1957), Marguerite Duras (1958), et, passagèrement, Nathalie Sarraute (1957). Ces auteurs sont rassemblés, en 1957, sous la bannière du nouveau roman, l'année même où Jérôme Lindon se lance dans la dénonciation de la torture pratiquée par l'armée française lors de la guerre d'Algérie. Il publie Moderato Cantabile de Marguerite Duras en janvier 1958 ; La Question d'Henri Alleg, le mois suivant : si Jérôme Lindon n'a pas fondé les éditions de Minuit, nées dans la Résistance en 1942, il les re-fonde en 1958 en promouvant un modèle éditorial à deux branches où la littérature pure coexiste avec des textes politiques engagés. Ayant l'idée de réunir, en septembre 1960, les signatures des auteurs du nouveau roman au bas du manifeste des intellectuels contre la guerre d'Algérie, le „Droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie“ dit „Manifeste des 121“, Jérôme Lindon déclasse définitivement le modèle sartrien de la „littérature engagée“ qui domine les lettres françaises depuis 1945. Qu'est-ce qu'un auteur-Minuit ? Un écrivain préoccupé de son art doublé d'un citoyen concerné par son époque, et non pas, comme le pensait Sartre, un homme qui traite, à travers sa littérature, des problèmes de son temps.

„Littérature oblige“, ce pourrait somme toute être la devise de Jérôme Lindon qui s'est toujours senti tenu de défendre la liberté, la sienne en tant qu'éditeur et celle des autres, au nom des écrivains qu'il avait la „chance“ de publier. L'année même où Samuel Beckett obtient le prix Nobel de littérature, en 1969 donc, Jérôme Lindon se lance dans le combat politique en faveur des Palestiniens en publiant Pour les Fidayine de Jacques Vergès, une ligne politique jamais remise en question comme l'atteste la présence à son catalogue des poèmes de Mahmoud Darwish ou de La Revue d'études palestiniennes que les éditions de Minuit publient depuis 1981. On aurait tort de voir dans ses derniers grands combats – le prix unique du livre en 1981, ou la défense du droit d'auteur – un repli frileux sur des enjeux corporatistes. Jérôme Lindon défendait ainsi ce „droit à la création“, qu'il s'était toujours efforcé de soutenir dans le cadre de sa maison d'édition.

Au milieu des années 1960, enthousiasmé par Monique Wittig (1964) et Tony Duvert (1967), mais déçu par l'absence de postérité du nouveau roman, il ouvre sa maison aux sciences humaines : à la collection Arguments que dirigeait Kostas Axelos depuis 1960 s'ajoutent Le Sens commun de Pierre Bourdieu, en 1965, et la collection Critique, confiée à Jean Piel à partir de 1967. Cette orientation va faire des éditions de Minuit le seul éditeur de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., université de Caen

Classification

Autres références

«  LINDON JÉRÔME (1925-2001)  » est également traité dans :

L'INQUISITOIRE, Robert Pinget - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 819 mots

Robert Pinget (1919-1997) écrit L'Inquisitoire le temps d'un été, en se privant de sommeil, à la suite d'un pari avec Jérôme Lindon, son éditeur : produire un texte de 500 pages en quelques mois. Ce roman, qui obtient le prix des critiques en 1963, est une de ses œuvres majeures. […] Lire la suite

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « collection d'écrivains », une époque »  : […] Plutôt que de groupe ou d'école, Jean Ricardou préfère parler, à propos des nouveaux romanciers, d'une « collection d'écrivains », mus par une même ambition, mais de tempérament et de style fort dissemblables. Il a pourtant contribué au premier chef à l'« illusion de club » qu'il souhaitait dénoncer : son ouvrage Le Nouveau Roman (1973), qui met au jour les recettes plutôt que l'inspiration des n […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Romans ludiques »  : […] Toutes ces entreprises narratives supposent une confiance retrouvée dans le récit. Après les perturbations dont il fut l'objet, l'époque contemporaine renarrativise le roman. Elle témoigne même d'une fascination nostalgique envers les grandes œuvres romanesques du patrimoine – celles de Conrad, Stevenson, Verne mais aussi de Balzac, salué par Michon, ou de Dickens, salué par Belletto. Nul ne prét […] Lire la suite

SIMON CLAUDE (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 3 152 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Description fragmentaire d’un désastre »  : […] En 1945, Claude Simon fait son entrée en littérature avec Le   Tricheur , un roman encore très influencé par Faulkner et l’existentialisme. Il publie ensuite La   Corde raide (1947), un texte très sombre marqué par le suicide de sa jeune épouse en octobre 1944. Ce n’est pas un roman mais une « méditation autobiographique » dont les premières lignes font écho au début de À   la   recherche du temp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne SIMONIN, « LINDON JÉRÔME - (1925-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-lindon/