ECHENOZ JEAN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean Echenoz est né le 26 décembre 1947 à Orange. C'est en 1979 qu'il fait son entrée dans le paysage littéraire avec Le Méridien de Greenwich. Publiée aux éditions de Minuit au moment où la littérature française est traversée par de nombreux débats sur la fin des avant-gardes et du nouveau roman, son œuvre est saluée de manière diverse. Romancier des années 1980 pour Pierre Lepape (Le Monde, 24 mars 1990), écrivain déconcertant pour d'autres, Jean Echenoz devra attendre pour être vraiment reconnu, alors que son œuvre obtient un rapide succès.

Son nom qui est aussi, « hasard objectif », celui d'un des personnages de Locus Solus de Raymond Roussel – rencontre qu'il fit très jeune, comme celle d'Alfred Jarry – marque d'emblée son œuvre du sceau de la « parodie », d'autant que ses trois romans suivants : Cherokee qui obtient le prix Médicis en 1983, L'Équipée malaise (1987) et Lac (1989) relèvent, selon les propres termes de leur auteur, d'« hommages » rendus à des genres dits « mineurs ». Contemporain du mouvement de retour à la fiction, Jean Echenoz a su d'emblée imposer un univers atypique qui participe de formes narratives alors peu pratiquées dans le cadre de la littérature générale. Ainsi Cherokee relève-t-il du roman policier (Éric Ambler), L'Équipée malaise, du roman d'aventures (Stevenson, Conrad) et Lac du roman d'espionnage.

Loin de parodier ces genres, Echenoz se réapproprie plutôt, dans cette trilogie, des logiques narratives et des imaginaires qui nous sont familiers, tout en leur faisant subir un certain nombre d'opérations de déconstruction qui en dévient la trajectoire. Parallèlement, il soumet la narration à un subtil dérèglement, qui place à égale distance l'objectivité du nouveau roman et les conventions du conformisme romanesque. Le narrateur n'est souvent ici que le spectateur ironique de ses créatures, considérant toutes leurs dérives avec distance. Familier du jazz (Charlie Parker, Thelonious Monk), Jean Echenoz introduit enfin de fécondes dissonances dans son récit, tant au niveau syntaxique que prosodique et sémantique.

Jean Echenoz va poursuivre son exploration de l'époque avec Les Grandes Blondes (1995), Un an (1997), qui forme diptyque avec Je m'en vais, ce dernier roman étant couronné par le prix Goncourt en 1999. Nous trois (1992) puis Envoyée spéciale (2016) et Vie de Gérard Fulmard (2020) renoueront, au fil de l’œuvre, avec les variations sur les genres que l’auteur affectionne.

S'il y a héritage chez Echenoz, il se trouve davantage dans certaines attitudes face à l'écriture romanesque que dans une volonté délibérée de caricaturer des formes. Chaque roman se présente ainsi comme une enquête qui, après de multiples rebondissements, débouche sur une issue catastrophique. Une enquête policière où le texte ne tarde pas à prendre à contre-pied le lecteur, à la façon d'une variation sur un thème de jazz. Si Echenoz, dans la tradition valéryenne, refuse la psychologie, il n'en trouve pas moins ses antihéros dans le réel. Sans domicile fixe, flics ratés, espions, seconds rôles, picaros promus à vivre des histoires navrantes, tous composent une troupe souvent carnavalesque. Le roman n'est plus alors que l'entrecroisement de leurs histoires minuscules, provoquant les effets les plus inattendus. En proie à leur désespérance ou à leur cynisme, ils sont le jouet d'un monde de violence où la manipulation, voire la prédation sociale est la règle. Ils habitent leurs histoires en simples locataires, s'inventent des lignes de fuite. Ce monde où la passion amoureuse se termine souvent de façon malheureuse ne peut trouver alors d'autre rédemption que dans l'humour le plus grinçant.

La banlieue, les quartiers populaires des villes, l'univers nocturne des cités suburbaines confèrent à ces romans leur tonalité propre. C'est moins le monde du roman policier américain que le « polar » français du cinéma des années 1950-1970 qui est revisité. Mais Jean Echenoz sait élargir constamment ce vagabondage à la dimension de la planète entière, de la Malaisie au Pôle (Je m'en vais) comme pour nous offrir une version postmoderne des Voyages extraordinaires de Jules Verne. Aussi a-t-il souvent déclaré écrire des « romans géographiques, comme d'autres écrivent des romans historiques ».

Bien que l'auteur ne professe aucune théorie du roman autre que négative, ces œuvres constamment en quête d'un site susceptible de mettre fin à l'errance, participent d'un « réalisme » flaubertien et renvoient souvent à des éducations sentimentales, à des « équipées » du ratage dont Bouvard et Pécuchet demeure l'archétype. Un long travail de documentation en prépare l'écriture, qui se fait aussi exploration des « lieux communs » et des stéréotypes. Jean Echenoz se nourrit des images véhiculées par la société (Les Grandes Blondes), en inventorie les clichés pour en extraire la dimension mythographique. Le discours scientifique nourrit également l'invention verbale, comme dans Lac ou Je m'en vais, tandis qu'une aventure plus souterraine organise ces histoires : celle des mots et des « paroles gelées » dont le roman n'est plus que le développement thématique.

« Fabriquer des romans », tel est le simple vœu de Jean Echenoz. La singularité de son univers pourrait certes participer des philosophies de l'altérité, des esthétiques de la différence et de l'écriture nomade (Gilles Deleuze), ou encore de la conception d'un sujet ne trouvant à survivre que dans la multiplication d'histoires « pauvres » (Samuel Beckett). Mais avec ce génie de la « reprise » propre aux amateurs de jazz, il a su décaler son univers romanesque vers des traditions littéraires comme la sotie, et plus globalement, vers les récits excentriques chers à Sterne et à Diderot. Ainsi son œuvre invente un art du déplacement qui explore l'imaginaire de notre époque. Ce déplacement peut être réel, comme dans Au piano (2002) qui conduit son protagoniste du parc Monceau à l'Amérique du Sud, en passant par une étrange clinique. Il peut aussi prendre la forme d'une sorte de vertige immobile, comme dans Ravel (2006), variation virtuose qui décèle, dans la biographie du musicien, cette part d'insondable qui fait le fond de l'œuvre de Jean Echenoz. Ce livre est le premier volet d'un triptyque. Suivront Courir (2008, sur Emil Zatopek) et Des éclairs (2010, sur Nikola Tesla). Dans 14 (2012), l’emboîtement de micro-récits qui caractérise la manière de Jean Echenoz conduit à une évocation tranquillement implacable de la Première Guerre mondiale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ECHENOZ JEAN (1947- )  » est également traité dans :

JE M'EN VAIS, Jean Echenoz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 000 mots

Depuis son premier livre, Le Méridien de Greenwich (1979, prix Fénéon), Jean Echenoz (né en 1947) a toujours séduit la critique et le public par la singularité de son entreprise, définie lors de la sortie de son troisième ouvrage, L'Équipée malaise (1986), comme « la subversion du roman par déstabilisation douce » […] Lire la suite

RAVEL (J. Echenoz)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 007 mots

Est-ce une tentative biographique ? N'en est-ce pas une ? Qu'espérer, dans ce domaine si particulier, en cent vingt-huit pages ? Surtout lorsque le sujet étudié n'était pas vraiment extraverti et n'avait pas pour habitude de multiplier les confidences ? Que faire, surtout, depuis que l'ouvrage magistral de Marcel Marnat (Maurice Ravel, Fayard, Paris, 1986) a, semble-t-il, réglé […] Lire la suite

VIE DE GÉRARD FULMARD (J. Echenoz) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 164 mots

Ancien steward licencié pour faute lourde, Gérard Fulmard se trouve embarqué dans une affaire qui le dépasse. Voilà, simplement résumé, Vie de Gérard Fulmard, roman de Jean Echenoz (Éditions de Minuit, 2020). […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Romans ludiques »  : […] Toutes ces entreprises narratives supposent une confiance retrouvée dans le récit. Après les perturbations dont il fut l'objet, l'époque contemporaine renarrativise le roman. Elle témoigne même d'une fascination nostalgique envers les grandes œuvres romanesques du patrimoine – celles de Conrad, Stevenson, Verne mais aussi de Balzac, salué par Michon, ou de Dickens, salué par Belletto. Nul ne prét […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « ECHENOZ JEAN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-echenoz/