PINGET ROBERT (1919-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Une fois venu le moment de la rédaction, c'est en toute conscience que je déclenche le mécanisme ou, si l'on veut, que j'ouvre le robinet du subconscient, disons de la sensation. Ce travail est on ne peut plus volontaire. Une manière presque d'écriture automatique en pleine conscience, c'est-à-dire avec filtrage immédiat des possibles, de ce qui pourrait être développé, et dont je m'efforce de développer une minime partie malgré mon dégoût de tout développement, et du roman en particulier. » Aux côtés de ses grands romans (Passacaille et L'Apocryphe, notamment), Robert Pinget a su donner place à ce qu'on pourrait appeler de « petites » formes, davantage à même de garantir cet espace du possible dont il parle dans ses « Pseudo-principes d'esthétique ». La fiction s'y donne alors comme passage, entrevision, fable suscitée au plus près de l'écriture. Ce qui, outre son goût pour l'écriture théâtrale, le rend proche de Beckett, dont il partage l'humour grinçant.

De l'écriture polyphonique à l'aphorisme

Né en 1919 à Genève où il fait ses études de droit, Robert Pinget abandonne une voie toute tracée pour suivre à Paris sa vocation artistique. Après trois années d'atelier et une exposition à Saint-Germain-des-Prés, il opte définitivement pour la littérature.

En dépit de tout ce qu'on a pu écrire contre le terrorisme stérilisant des avant-gardes des années 1950, « l'école » du Nouveau Roman aura donné à Robert Pinget une rigueur certaine. Il n'est que de comparer ses premières tentatives littéraires, pleines de fantaisie, de désinvolture, de naïveté, de parodie (de Entre Fantoine et Agapa, 1951, à Graal flibuste, 1956) aux textes portant véritablement l'estampille des éditions de Minuit pour voir la différence. Le Fiston (1959), Clope au dossier (1961), Quelqu'un (prix Femina 1965) se caractérisent par la complexité de la composition. Le roman avance pour ainsi dire à reculons, l'exposé revenant à chaque instant sur lui-même pour introduire une variante, une hypothèse, un décalage temporel qui remettent en question l'ensemble du récit. Le comble de la virtuosité technique est atteint dans L'Inquisitoire (1962), l'œuvre phare de Pinget : le domestique sur la sellette improvise à mesure, sous la pression d'une voix énigmatique, une histoire labyrinthique d'une extraordinaire complexité, mêlant plusieurs centaines de personnages et de noms de lieux où l'interlocuteur perd le fil.

Les romans qui accompagnent la période « dure » du Nouveau Roman (Passacaille, 1969, Cette Voix, 1975, L'Apocryphe, 1980) rivalisent avec la musique : composition presque abstraite, en forme de fugue, d'une intense poésie, rythmée par les saisons, les commérages, les deuils, les citations liturgiques. Plus de narrateur clairement identifiable, cette fois, mais une polyphonie de voix narratives se faisant concurrence, alternant sentences, clichés, allusions mythologiques ou anecdotes triviales. La mise en scène de l'écriture et de l'oralité, l'épurement du matériau narratif au profit du symbole, l'ambition métaphysique clairement affichée appellent le commentaire et la collaboration du lecteur.

Les derniers textes de Robert Pinget (Monsieur Songe, 1982, et ses quatre « carnets » ; Théo, ou le Temps neuf, 1991) illustrent à leur façon le repli du Nouveau Roman sur l'autobiographie fictive. Monsieur Songe est un vieil écrivain raté, un double pâlot de Pinget qui aurait affronté sans succès l'expérience de la création. Le narrateur de Théo aspire à l'innocence enfantine, au non-savoir, pour exprimer la vérité qui le possède. Il ne s'agit plus de graver dans la pierre une sentence magistrale, mais de tracer sur une ardoise d'écolier une fugitive épitaphe. Cette apparente simplicité qui a conquis à l'écrivain un nouveau public, est en réalité retorse. Monsieur Songe est un composé de Ménalque, l'élégiaque berger virgilien et du sarcastique Monsieur Teste. Pinget retrouve la voie de l'aphorisme, la forme brève, la syntaxe rompue cultivée à l'époque classique. La contradiction logique, l'esprit d'indécision du sujet narrateur, si irritantes pour l'esprit cartésien, prend sa source dans les Confessions de saint Augustin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française contemporaine à l'université François-Rabelais, Tours (Tours)
  • : professeur à l'université de Londres, department of French, Birkbeck College (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  PINGET ROBERT (1919-1997)  » est également traité dans :

L'INQUISITOIRE, Robert Pinget - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 819 mots

Robert Pinget (1919-1997) écrit L'Inquisitoire le temps d'un été, en se privant de sommeil, à la suite d'un pari avec Jérôme Lindon, son éditeur : produire un texte de 500 pages en quelques mois. Ce roman, qui obtient le prix des critiques en 1963, est une de ses œuvres majeures. […] Lire la suite

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ébauche d'un bilan »  : […] Une réflexion théorique à laquelle s'associa un temps la revue Tel quel (fondée en 1960), avec des articles de Philippe Sollers ou Jean Ricardou, a mis l'accent sur cette autonomie. Mais la fermeté des positions, soutenue par un désir de propagande, a nui plus d'une fois à l'équité des points de vue. Une œuvre n'est-elle pas toujours, pour un écrivain digne de ce nom, l'« aventure d'une écriture  […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude LIÉBER, Madeleine RENOUARD, « PINGET ROBERT - (1919-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-pinget/