JÉRÉMIE (env. 650-env. 587 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'alliance rompue

Sous Sédécias, son attitude ne varie pas. Jérusalem vit dans l'illusion que Yahvé interviendra miraculeusement en sa faveur alors que l'ennemi est devant ses portes. Jérémie s'en prend aux prophètes nationalistes qui entretiennent les Judéens dans un optimisme aveugle (Jér. xxvii-xxix) ; pour lui, il n'est de salut possible que dans la soumission au souverain de Babylone. C'est ce qu'il ne cesse de répéter à Sédécias qui vient le consulter secrètement dans la prison où il a été enfermé pendant le siège de Jérusalem (Jér. xxi ; xxxiv ; xxxvii). Son message se fonde sur la certitude qu'Israël a rompu l'alliance qui l'unit à Yahvé ; c'est pourquoi ce dernier a déclenché contre son propre peuple la guerre sainte.

Jérémie sera libéré par les troupes babyloniennes ; il finira malgré lui ses jours en Égypte. C'est là qu'il prononcera ses derniers oracles de malheur (Jér. xliii-xliv). Mais auparavant, tandis que tout semble perdu, il annonce la restauration de Juda (Jér. xxxii) et la conclusion d'une nouvelle alliance entre Dieu et Israël (Jér. xxxi). L'histoire du peuple de Yahvé ne se termine donc pas en 587.

On admet généralement aujourd'hui que Jérémie n'est pas l'auteur du livre des Lamentations, comme la tradition l'a pensé – il s'agit d'une œuvre savante d'origine sacerdotale composée postérieurement à 587 –, ni de l'épître qui porte son nom, qui est une satire contre l'idolâtrie, écrite à l'époque grecque.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JÉRÉMIE (env. 650-env. 587 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ABDIAS LIVRE D'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 225 mots

« Abdias » signifie « serviteur de Yahveh ». Le livre qui porte ce nom (Vision d'Abdias dans la version des Septante, Vision d'Obadyah dans la Bible hébraïque) est celui de l'un des douze « petits » prophètes bibliques et le plus court des livres de l'Ancien Testament (21 versets). Il contient un violent oracle contre Édom (versets 1-15), qui s'élargit ensuite en prophétie à teneur apocalyptique : […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 682 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prophétisme »  : […] Un esprit similaire anime la prédication des deux premiers « prophètes écrivains ». Si celle d'Amos, le Judéen (750 av. J.-C.), n'a pas de lien direct avec le Nord, où cependant il exerça sa prédication rude et populaire, au point que son influence se retrouvera seulement quelques décennies plus tard en Juda chez Isaïe et Michée ; celle d' Osée, en revanche, est profondément enracinée dans les tra […] Lire la suite

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 100 mots

Dans le chapitre « L'Ancien Testament »  : […] Chén , c'est d'abord une autre façon de désigner JHVH, le Dieu vivant, Seigneur d'Israël, dans les bonnes dispositions qui sont les siennes à l'égard des hommes ; c'est aussi, par extension, le rapport nouveau qu'il crée entre lui et les hommes en les appelant, en les interpellant incessamment par les messagers de sa Parole (Ps., XXXI, 17 ; XXXIII, 22). Et comme la grâce ne saurait être ni attend […] Lire la suite

LAMENTATIONS LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 363 mots

Dans le canon juif des Écritures, le livre des Lamentations est classé parmi les Écrits ( Ketubim ) et apparaît, sous le nom de Eykab (« Comment », premier mot du livre) ou de Qinot (« Complaintes »), comme le quatrième des Cinq Rouleaux ( Megillot ). Dans la version des Septante ( Thrênoi , « Chants de plainte ») et dans la Vulgate ( Lamentationes ), il vient à la suite du livre de Jérémie : c' […] Lire la suite

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 177 mots

Dans le chapitre « Le prophétisme classique »  : […] La tradition biblique accorde à Abraham (Gen., xx ) et à Moïse (Os., xii  ; Deut., xviii ) le titre de prophète (pour la théologie judéo-chrétienne, ils inaugurent la successio prophetica ) et rappelle ainsi le lien qui existe entre le mouvement prophétique et la période qui a précédé l'entrée du peuple de Yahvé en Canaan. Mais c'est sur sa terre qu'Israël verra se développer le prophétisme, d'a […] Lire la suite

RÉCHABITES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 209 mots

Groupe d'extrémistes réactionnaires qui, dans l'Israël ancien, de Jéhu à Jérémie, représentèrent, dans la pratique, l'idéal de la prédication prophétique la plus intransigeante. On les connaît surtout par Jérémie ( xxxv ) qui, pour leur fidélité au yahvisme, les cite en exemple aux Judéens, lesquels n'avaient pas suivi les préceptes de leur Dieu, lorsque, sous Joakim, Nabuchodonosor envahit la Pal […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert MARTIN-ACHARD, « JÉRÉMIE (env. 650-env. 587 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeremie/