KOONS JEFF (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'artiste américain Jeff Koons est né en 1955 à York, en Pennsylvanie. Après avoir étudié l'art et le design au Maryland Institute College of Art de Baltimore et à la School of the Art Institute de Chicago, il s'installe à New York en 1976. Participant activement à la vie de la scène artistique et musicale, il travaille comme courtier en matières premières à Wall Street pour financer ses œuvres. En 1980, il se lie à la mouvance « Neo-Geo » (Peter Halley, Ashley Bickerton, Meyer Vaisman). En 1990, dans le cadre de la biennale de Venise, Koons réalise Made in Heaven, en collaboration avec la star italienne du porno Ilona Staller (la Cicciolina), qui deviendra son épouse. Son œuvre, qui utilise l'objet, la sculpture ou la photographie, est une tentative, qui se revendique comme postmoderne, pour abolir la distinction entre grand art et art populaire.

Symptomatique de l'art des années 1980, l'œuvre de Jeff Koons s'inscrit à la perfection dans la situation idéologique et esthétique issue du pop art américain. « Mon message, remarque l'artiste, a été accompagné par une évolution sociale disant que les enfants de la classe moyenne blanche ont utilisé l'art de la même façon que d'autres groupes ethniques utilisent le basket-ball en tant qu'expression de leur mobilité sociale. » Dès le départ, cette œuvre utilise les emblèmes et les fétiches de la vie quotidienne américaine (art ménager, sport, publicité, jouets...) afin de leur fournir une manière de plus-value artistique, les faisant passer, dans la perspective du ready-made, d'un statut de simple objet de consommation à celui d'objet d'art (voir la série The New, 1980, qui met en scène des aspirateurs flambant neufs, ou Equilibrium, 1985, qui utilise des ballons de basket flottant dans des aquariums).

À partir de 1986 (Luxury and Degradation), Koons opère sur – et avec – ces objets un certain nombre de translations et de transpositions (visuelles et matériologiques) qui éloignent ces œuvres de l'univers strictement duchampien. En transformant de simples objets de la vie courante (train électrique, seau à glace, lapin gonflable, service en cristal, bibelots kitsch...) en sculptures d'acier inoxydable poli, l'artiste abolit l'opposition traditionnelle de l'art et de l'artisanat qui régit, depuis la Renaissance, la pensée esthétique dominante. Cette démarche atteint son comble avec un Saint Jean-Baptiste en porcelaine tenant affectueusement dans ses bras une croix dorée, un cochon et un pingouin, ou dans ce Michael Jackson affublé d'un singe (Michael Jackson and Bubbles), ou encore dans Buster Keaton à cheval sur un âne (1988). Il ne faut en effet pas voir dans cette attitude une quelconque marque de cynisme. Jeff Koons considère que son utilisation de matériaux traditionnels comme la porcelaine ou le bois est une manière de « pénétrer la conscience populaire et de communiquer avec les gens ». Il tient à ce que le spectateur soit dans un rapport familier avec l'imagerie qu'il utilise. Ici, nulle moquerie, mais un désir de réconcilier l'art avec son public, voire de déculpabiliser ce dernier. La série Banality (1988) traite, selon Koons, « de la communication avec la classe bourgeoise ». « Je voulais, précise-t-il, leur enlever leur culpabilité et leur honte au sujet de la banalité qui les motive et à laquelle ils répondent.[...] Je voulais leur enlever leur culpabilité et leur honte, afin qu'ils puissent comprendre ce qui les motive et ce à quoi ils réagissent... »

De 1990 à 1992, Jeff Koons réalise une série de travaux (Made in Heaven) en collaboration avec la Cicciolina. Ces œuvres, qui utilisent les matériaux les plus variés (de la photographie au verre, de la sérigraphie sur toile au marbre, du bois polychrome au plastique), abolissent les frontières du public et du privé, dans la mesure où l'artiste s'est mis lui-même en scène avec sa femme dans des positions très intimes (Kāmasūtra, série en verre, 1991), plaçant le spectateur aux limites de l'art et de la morale. L'entreprise de Jeff Koons se veut éminemment polémique. L'artiste remarque en effet que le « modernisme est subjectif », qu'il l'utilise « comme métaphore pour la sexualité sans amour – une sorte de masturbation ». Ainsi à propos de la jeune femme étreignant la Pink Panther de 1988, Jeff Koons déclare : [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification

Autres références

«  KOONS JEFF (1955- )  » est également traité dans :

SONNABEND ILEANA (1914-2007)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 959 mots

Ileana Schapiro est née le 28 octobre 1914 à Bucarest dans une famille roumaine très aisée. Le parcours de celle dont le nom fut étroitement lié à la diffusion du pop art croise celui d'un des plus grands galeristes new-yorkais, le Triestin Leo Castelli, alors employé des assurances en mission en Roumanie. Elle est âgée de dix-sept ans et l'épouse l'année suivante en 1932 et, en guise d'alliance, […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La beauté injuriée »  : […] « Un soir, j'ai assis la beauté sur mes genoux. – Et je l'ai trouvée amère. – Et je l'ai injuriée. » Cette phrase d'Arthur Rimbaud (1854-1891), dans Une saison en enfer en 1873, pourrait constituer le manifeste de la modernité en matière de beauté. Le changement de paradigme, qui fait « découvrir » le champ de la sensibilité esthétique et considérer l'art du point de vue de cette sensibilité, im […] Lire la suite

HYPERRÉALISME

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Une réalité excessive »  : […] L'art hyperréaliste réclamait l'attention du public en direction d'un monde hyperréaliste : monde de matières lavables, de Formica et d'inox, de sacs en plastique, de sachets de sucre et de papiers transparents (Schonzeit), de débits de fast-food , de banques (Estes), de vitrines, voitures et miroirs (Eddy) d'enseignes en néons (Cottingham), de carrosseries brillantes, de pierres tombales alignées […] Lire la suite

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les développements du pop art »  : […] Malgré la tendance de la critique formaliste à en minimiser la portée, et même si ses artistes, plutôt individualistes, n'ont jamais publié de manifeste, ce qui leur aurait peut-être assuré le respect des « avant-gardes », le pop art a fortement influencé les générations suivantes ou, du moins, a rendu leur travail possible. L'art conceptuel, le land art et le body art des années soixante-dix, au […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La statuaire retrouvée »  : […] À l’opposé de cette échelle colossale, la représentation en ronde-bosse du corps, dans un esprit très figuratif, suscite à nouveau l’intérêt du public et peut créer le scandale par la crudité de son langage. La Nona Ora ou Le Pape terrassé par un météorite (1999) a ainsi pu choquer, tout comme la représentation d’Adolf Hitler à genoux en train de prier ( Him , 2001) – deux œuvres dues au sculpt […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « KOONS JEFF (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeff-koons/