Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BIENNALE DE VENISE

Fondée en 1895, la biennale de Venise est la plus ancienne institution artistique de caractère international. À l'origine, elle est l'expression de la participation de la cité des Doges à la commémoration du jubilé du mariage de Umberto Ier et de Marguerite de Savoie. Dans un souci populaire et culturel, Venise décida alors de créer « une exposition artistique nationale et biennale » qui se tiendrait dans le jardin public, mais il s'avéra finalement comme une nécessité que la manifestation fût portée au niveau international et réunît tout ce que l'Italie possédait comme artistes reconnus à l'étranger. L'institution d'une telle opération est à inscrire dans le contexte plus général de l'éclosion en Europe d'événements similaires dans la seconde moitié du xixe siècle, tels que la fondation du Salon des Indépendants en France en 1884, la création des XX à Bruxelles la même année, celle de la Sécession à Munich en 1892, ainsi que toutes les expositions universelles qui ont participé à la circulation des idées. Une organisation tout à fait exemplaire fut mise au point dès la première exposition. Un secrétaire général, un comité de patronage et un jury prirent en charge la gestion de l'opération, et les règles qui furent alors arrêtées pour gouverner la biennale apparurent comme un modèle de logistique destiné à la mise en œuvre de grandes expositions. Un système de pavillons nationaux fut très tôt établi, dont la programmation fut confiée à des commissaires propres à chaque pays. Tout d'abord choisis dans les rangs mêmes des artistes, c'est parmi les responsables des institutions qu'ils sont aujourd'hui volontiers désignés. L'originalité de la biennale de Venise — qu'elle a tenu à préserver jusqu'à ce jour —, c'est l'attribution de prix dispensés en espèces sonnantes et trébuchantes, qui viennent récompenser les prestations jugées les meilleures par le jury. Une disposition qui n'a connu que de très rares exceptions, un débat s'étant instauré particulièrement à ce sujet au lendemain de la biennale de 1968, en plein courant réformateur. Si de très nombreux artistes primés sont restés dans l'ombre, quelques-uns ont heureusement vu leur talent ratifié par l'histoire, surtout depuis les années 1950 : Georges Braque en 1948, Matisse en 1950, Marino Marini en 1954, Giacometti en 1962, Rauschenberg en 1964, Daniel Buren en 1986, Jasper Johns en 1990, Antoni Tàpies en 1993, Ronald B. Kitaj, Gary Hill en 1995, Louise Bourgeois en 1999, Richard Serra en 2001, Annette Messager en 2005. L'absence de grands noms dans la première moitié du siècle est la conséquence d'un parti pris en faveur des artistes italiens qui va à l'encontre de la volonté déclarée de faire une manifestation ouverte sur l'extérieur. De 1895 à 1914, les onze premières biennales furent dévolues pour l'essentiel à la célébration de l'art européen, et elles servirent bien plus à l'éducation des artistes italiens eux-mêmes qu'à celle du grand public. La biennale se présentait comme une sorte de grand salon international où l'on pouvait découvrir surtout les grands mouvements de l'histoire récente ; des expositions personnelles y étaient consacrées à certains artistes de renommée mondiale, comme Rodin en 1901 ou Gustav Klimt en 1910.

Dans l'entre-deux-guerres, le régime fasciste transforma la biennale en une succursale du ministère de la Culture populaire ; son statut, fixé par une loi de décembre 1928, signée par Victor-Emmanuel III et Mussolini, institua l'exposition en une agence autonome, au fonctionnement plus efficace que par le passé. À cette époque, alors que l'éventail international de la biennale se resserra quelque peu du fait du regain du nationalisme italien, Giuseppe Volpi di Misurata,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

    • Écrit par Raymonde MOULIN, Alain QUEMIN
    • 6 249 mots
    • 2 médias
    Des différentes manifestations, les biennales sont les plus anciennes puisque la première, celle de Venise, date de 1895. Créée en 1955, la Documenta de Kassel (quadriennale) rivalise avec elle. D'autres biennales comme celles de São Paulo et de La Havane ont vu le jour respectivement en 1975 et en...
  • COOP HIMMELB(L)AU

    • Écrit par Francis RAMBERT
    • 870 mots

    Aventure collective et grande figure de l'architecture expérimentale fondée sur le principe de la recherche, l'agence Coop Himmelb(l)au voit le jour en 1968. Créée par Wolf Prix, architecte viennois, Helmut Swiezinsky, architecte d'origine polonaise, et Michaël Hölzer, architecte autrichien, qui...

  • ENWEZOR OKWUI (1963-2019)

    • Écrit par Universalis
    • 679 mots

    Poète, critique d’art, historien de l’art et conservateur, le Nigérian Okwui Enwezor a contribué à attirer l’attention du monde occidental sur l’art africain.

    Okwui Enwezor naît en 1963 à Calabar et grandit à Enugu, dans l’est du Nigeria. Au début des années 1980, il s’installe aux États-Unis...

  • SCARPA CARLO (1906-1978)

    • Écrit par Luciana MIOTTO MURET
    • 808 mots

    L'architecte Carlo Scarpa est né à Venise. En 1926, il obtient à l'Académie des beaux-arts de Venise le diplôme de professeur de dessin d'architecture. Scarpa appartient à la génération qui se forme entre les deux guerres, quand l'architecture passe des décadences du dernier style Liberty à...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi