ZAY JEAN (1904-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean Zay, l’un des plus brillants hommes politiques de la jeune génération de l’entre-deux-guerres, devait mourir à quarante ans, assassiné par la Milice du régime de Vichy.

Issu d’une famille de juifs alsaciens ayant opté pour la France en 1871 et venue s’installer à Orléans, Jean Zay, né le 6 août 1904, est élevé, comme sa sœur, dans la religion protestante, celle de leur mère. Fils de Léon Zay, rédacteur en chef du journal radical Le Progrès du Loiret, il est imprégné, dès sa jeunesse, des valeurs républicaines et, parallèlement aux études de droit qu’il entreprend et qui vont le conduire au métier d’avocat, il se montre très tôt attiré par la politique. Il milite d’abord aux Jeunesses laïques et républicaines qui rassemblent les étudiants de gauche de sa génération, et, tout naturellement, adhère au Parti républicain, radical et radical-socialiste (ou, plus communément, Parti radical) qui, dans les années 1920, fait figure de grand parti de la gauche française. Engagement confirmé en quelque sorte par son entrée en franc-maçonnerie, au Grand Orient de France, en 1926. Toutefois, au sein de cette mouvance traditionnelle de la gauche française, Jean Zay est aussi l’un des représentants de la jeune génération venue à la politique dans les années qui suivent la Première Guerre mondiale et qui ne se satisfait pas des positions d’une formation politique née au début du xxe siècle. Aussi figure-t-il, au côté d’hommes comme Pierre Cot ou Pierre Mendès France, dans les rangs de l’aile gauche des Jeunes radicaux qui entendent rénover le programme de leur parti pour l’adapter à la situation nouvelle issue de la guerre. À ce titre, il participe, à partir de 1931, à tous les congrès nationaux du Parti radical pour y défendre les vues de ce groupe et y apparaît vite comme une des étoiles montantes du parti. C’est que, dès 1932, Jean Zay est élu dé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  ZAY JEAN (1904-1944)  » est également traité dans :

FRANCE (Arts et culture) - L'art public

  • Écrit par 
  • Caroline CROS, 
  • Universalis
  •  • 3 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Front populaire inscrit l'art dans l'espace public »  : […] Il faut attendre les années 1930 et l'arrivée de Jean Zay au ministère de l'Éducation nationale pour constater les premiers signes avant-coureurs d'un retour de l'art dans l'espace public. Entouré de Jean Cassou, de Georges Huisman et de Louis Hautecœur, le ministre relance la commande publique et encourage une rupture avec la tradition monumentale qui a marqué tout le xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-l-art-public/#i_32276

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 070 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une océanographie française »  : […] Préparée par Jean Zay – ministre de l’Éducation nationale du Front populaire (poste qu’il conserve jusqu’à sa démission en septembre 1939 pour rejoindre l’armée française au combat) – et Jean Perrin – prix Nobel de physique en 1926 et sous-secrétaire d’État à la recherche –, la fondation du CNRS est effective le 19 octobre 1939. Après une période de sommeil durant l’occupation, il est réorganisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/#i_32276

Les derniers événements

27 mai 2015 • FranceEntrée au Panthéon de quatre héros de la Résistance.

François Hollande préside la cérémonie d’entrée au Panthéon de quatre héros de la Résistance, le journaliste et homme politique Pierre Brossolette, l’ethnologue Germaine Tillion, l’ancienne présidente d’A.T.D. Quart-Monde Geneviève de Gaulle-Anthonioz et le ministre de l’Éducation du Front populaire Jean Zay. Le chef de l’État rend hommage à l’« esprit de résistance » tout en appelant au « devoir de vigilance ».  [...] Lire la suite

21 février 2014 • FranceAnnonce de quatre transferts au Panthéon.

»: l'ethnologue Germaine Tillion, l'ancienne présidente d'A.T.D. Quart Monde Geneviève de Gaulle-Anthonioz, le journaliste et homme politique Pierre Brossolette et le ministre de l'Éducation du Front populaire Jean Zay.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « ZAY JEAN - (1904-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-zay/