COT PIERRE (1895-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Les hommes politiques de France ont le privilège d'être les plus diffamés et, pour faire ses classes, il faut commencer par être couvert de boue. » Ces constatations de 1939 reflètent le climat déchiré des années 1930, et c'est d'expérience que leur auteur, universitaire et homme de gouvernement, pouvait parier. Car Pierre Cot, s'il sut rassembler autour de lui des amitiés fidèles et des collaborateurs hors de pair – comme Jean Moulin, l'unificateur de la Résistance –, a été l'un des personnages les plus contestés des milieux gouvernementaux et parlementaires français qu'il a marqués sous trois républiques.

Né à Grenoble, dans une famille de la petite bourgeoisie savoyarde qui, depuis trois générations, a tenu diverses fonctions électives, Pierre Cot reçoit une éducation catholique. Engagé volontaire au cours de la Première Guerre mondiale, il reçoit la croix de guerre et est fait officier de la Légion d'honneur à titre militaire. Docteur en droit et en sciences politiques, il est premier secrétaire de la Conférence des avocats à la cour d'appel de Paris. Avocat-conseil du ministère des Affaires étrangères, il est reçu premier à l'agrégation des facultés de droit, et il est nommé professeur à Rennes.

Comme beaucoup de combattants, il s'enthousiasme pour la Société des Nations et les possibilités de coopération internationale, qu'il défend comme délégué français à la S.D.N. et à la conférence sur le désarmement.

C'est en 1928 qu'il entre au Parlement comme député radical-socialiste de la Savoie.

Il représente ce département de 1928 à 1940 et de 1945 à 1951. Il y devient, dès 1929, conseiller général et maire. Il sera aussi député progressiste du Rhône, de 1951 à 1958, et de Paris, en 1967-1968. À l'Assemblée nationale, il siège dans de nombreuses commissions dont celles des affaires étrangères, du suffrage universel, de l'aéronautique. Comme rapporteur, notamment à l'Assemblée constituante en 1946, et comme intervenant, Pierre Cot est l'un des orate [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification


Autres références

«  COT PIERRE (1895-1977)  » est également traité dans :

MOULIN JEAN (1899-1943)

  • Écrit par 
  • Daniel CORDIER, 
  • Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON
  • , Universalis
  •  • 1 786 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Jean Moulin, préfet »  : […] Jean Moulin est né le 20 juin 1899 à Béziers, dans une famille de militants républicains. Son père, franc-maçon, professeur et conseiller général radical-socialiste, l'incite à entrer dès l'âge de dix-huit ans dans l'administration préfectorale. Il met ensuite à profit ses relations dans le monde politique pour favoriser la carrière de son fils. Après une courte mobilisation à la toute fin de la P […] Lire la suite

Les derniers événements

4-27 février 1983 • France • Le débat sur la politique économique au centre de la campagne pour les municipales

article publié par Le Monde daté du 8, Jean-Pierre Cot, ancien ministre de la Coopération, insiste sur la nécessité d'élargir ce débat au sein du P.S., tandis que dans l'hebdomadaire socialiste L'Unité, qui, le 11, brocarde la « gauche maso » caractérisée [...] Lire la suite

8 décembre 1982 • France • Réajustement « technique » du gouvernement

Le 8, pour la troisième fois, le second gouvernement de Pierre Mauroy est remanié. Jean-Pierre Cot, ministre délégué chargé de la Coopération et du Développement, est remplacé par Christian Nucci, ancien député (P.S.) de l'Isère. Daniel Benoist, député (P.S.) de la Nièvre, est nommé secrétaire [...] Lire la suite

17 septembre 1982 • Grenade - France • Visite à Paris du Premier ministre de Grenade

Le 17, Maurice Bishop, chef du gouvernement « révolutionnaire populaire » instauré dans l'île de Grenade depuis le coup d'État du 13 mars 1979, est reçu à Paris par François Mitterrand, Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures, et Jean-Pierre Cot, ministre de la Coopération [...] Lire la suite

15 juillet 1981 • France - Libye • Fin de l'embargo sur les armes

Le 15, le porte-parole du Quai d'Orsay annonce qu'à la suite d'un entretien qui a eu lieu le 9 juillet entre Jean-Pierre Cot, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, et Saïd Hafiana, chef de la représentation diplomatique de la Libye à Paris, le gouvernement français a [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « COT PIERRE - (1895-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-cot/