PERRIN JEAN (1870-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 30 septembre 1870 à Lille, Jean Perrin était le fils d'un capitaine d'infanterie d'origine modeste qui mourut prématurément en 1880. Après des études à Lyon et au lycée Janson-de-Sailly à Paris, il entra à l'École normale supérieure en 1891. Il y devint préparateur et se lia avec Paul Langevin, avec qui il réalisa en 1895 une expérience historique prouvant la nature corpusculaire des rayons cathodiques : en recueillant un faisceau de ces rayons dans un cylindre de Faraday (enceinte entourée d'un conducteur qui isole l'intérieur des champs électriques extérieurs) relié à un électroscope chargé positivement, ils observèrent la décharge de celui-ci et en déduisirent que les rayons sont les trajectoires de particules matérielles porteuses de charge négative. Le rapport de la masse à la charge de ces atomes d'électricité, ou électrons – comme le physicien irlandais George Stoney les baptisa –, fut mesuré deux ans plus tard par Joseph John Thomson.

Une précoce renommée scientifique lui permit d'être rapidement chargé d'un enseignement de chimie-physique à la Sorbonne. Le modèle planétaire de l'atome qu'il proposa en 1901 fut le précurseur des célèbres modèles développés par Ernest Rutherford et Niels Bohr. Partisan de l'hypothèse atomiste, il réalisa une série d'expériences sur l'équilibre de sédimentation des solutions colloïdales et sur le mouvement brownien et y déploya des trésors d'intuition et de méticulosité. En utilisant les granules microscopiques de gomme-gutte et de mastic comme relais indispensable entre les masses qui sont à notre échelle et les masses moléculaires, il réussit ainsi en 1908 à déterminer le nombre d'Avogadro et donc à estimer tailles et masses atomiques. Il reçut le prix Nobel de physique en 1926 pour ses travaux concernant la structure discontinue de la matière.

Mobilisé en 1914 comme lieutenant d'infanterie, il fut bientôt chargé de recherches intéressant la défense nationale et mit au point un appareil de détection acoustique des avions volant la nuit. Après la guerre, il étudia notamment les phénomène [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  PERRIN JEAN (1870-1942)  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 244 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Atome et chimie »  : […] contiennent le même nombre de molécules. D'où on infère que la molécule-gramme d'un gaz quelconque contient le même nombre de molécules. On doit à Jean Perrin plusieurs méthodes de détermination expérimentale de ce nombre, dit d'Avogadro, qui est égal à 6,022 × 1023. Ces méthodes ont contribué à valider les modèles moléculaires de la matière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3323

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de la physique atomique »  : […] dans un liquide découvert par Robert Brown en 1827, et couramment dénommé « mouvement brownien ». Les chimistes n'admirent définitivement la réalité physique des atomes qu'après les travaux de Jean Perrin qui, en 1913, obtint une même valeur du nombre d'Avogadro en utilisant des méthodes expérimentales différentes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-atomique/#i_3323

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 246 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Découverte de l'électron »  : […] en ligne droite, et qu'on peut observer grâce aux vives luminescences produites sur certaines parties de la paroi de verre du tube. En 1895, Jean Perrin réussit à démontrer que ces rayons transportent des charges négatives. En 1897, J. J. Thomson, en appliquant des champs électriques et magnétiques, put mesurer le rapport e/m de la charge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_3323

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « PERRIN JEAN - (1870-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-perrin/