Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOULIN JEAN (1899-1943)

Sous l'autorité du général de Gaulle

Dès les premiers mois de l'Occupation, Jean Moulin a utilisé sa fonction pour se renseigner sur la Résistance naissante et se forger une fausse identité lui permettant de quitter la France pour chercher à l'étranger une aide pour les réfractaires. Les mois suivant sa révocation, il intensifie ses activités clandestines, rencontrant nombre de pionniers, dont Henri Frenay et François de Menthon. Son inventaire est modeste, mais il sait en dresser, dans un texte intitulé Rapport sur l'activité, les projets et les besoins des groupements constitués en France en vue de la libération du territoire national, un tableau sélectif qui présente les perspectives d'une résistance susceptible d'organisation et d'extension.

Jean Moulin quitte la France le 9 septembre 1941, muni d'un visa pour les États-Unis. Il choisit pourtant de se rendre en Angleterre, où il arrive le 20 octobre, via l'Espagne et le Portugal. Il se présente en émissaire des mouvements de résistance et sollicite l'aide des Britanniques et de la France libre.

Sa rencontre avec de Gaulle, le 25 octobre 1941, est décisive. Alors qu'il ignorait presque tout de la France libre, Moulin est convaincu par le projet du général de maintenir la France dans la guerre au nom d'une légitimité supplantant la légalité de Vichy. Sa vision de la résistance métropolitaine emporte l'adhésion de De Gaulle, qui le charge, sous son autorité, d'une triple mission de propagande, d'unification militaire et de fédération politique des mouvements de Résistance de la zone libre.

Parachuté en France le 2 janvier 1942, Jean Moulin reprend les contacts établis avant son départ, distinguant trois groupes auxquels il apporte financement et soutien : Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur.

Sa première tâche consiste, non sans difficulté, à faire reconnaître à des groupes nés indépendamment de la France libre l'autorité du général de Gaulle. Jean Moulin crée aussi des services centraux : radio, opérations aériennes, bureau de presse, comité général des experts (C.G.E.), noyautage des administrations publiques (N.A.P.) et exécute, malgré de nombreux obstacles, sa mission de coordination technique et d'unification militaire. Le 2 octobre 1942, le Comité de coordination, dont il est président, est créé à Londres, regroupant les trois mouvements sous les ordres du général de Gaulle.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jean Moulin

Jean Moulin

Autres références

  • JEAN MOULIN, LA RÉPUBLIQUE DES CATACOMBES (D. Cordier)

    • Écrit par Jean-Marie GUILLON
    • 796 mots

    Jean Moulin aurait eu cent ans en 1999 et, comme il se doit pour celui qui est devenu le héros de la Résistance par excellence et un enjeu de mémoire national, cet anniversaire a fourni le prétexte à plusieurs publications.

    Heureusement, à une nouvelle version d'un Jean Moulin au service...

  • AUBRAC RAYMOND (1914-2012)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 951 mots
    • 1 média

    Résistant héroïque, co-fondateur du mouvement Libération, Raymond Aubrac était le dernier survivant des arrestations de Caluire qui scellèrent tragiquement, en juin 1943, le sort de Jean Moulin. Dès le 15 septembre 1944, à Marseille, Charles de Gaulle avait rendu hommage à son compagnon...

  • BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 679 mots

    Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance...

  • CNR (Conseil national de la Résistance)

    • Écrit par Armel MARIN
    • 478 mots

    Organisme chargé d'assurer en France et dans la clandestinité la coordination des mouvements de résistance, des maquis, de la presse, des syndicats et des représentants de partis politiques opposés à Vichy. La première réunion du C.N.R. eut lieu à Paris, rue du Four, le 27 mai 1943...

  • CORDIER DANIEL (1920-2020)

    • Écrit par Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON
    • 1 455 mots
    • 1 média

    Daniel Cordier eut plusieurs vies successives, qui finirent par s’emboîter. Militant nationaliste, secrétaire puis biographe de Jean Moulin, collectionneur, galeriste, globe-trotter, historien, mémorialiste et finalement « grand témoin », il aura toujours été un homme d’engagements, de combats et...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi