AUBRAC RAYMOND (1914-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Résistant héroïque, co-fondateur du mouvement Libération, Raymond Aubrac était le dernier survivant des arrestations de Caluire qui scellèrent tragiquement, en juin 1943, le sort de Jean Moulin. Dès le 15 septembre 1944, à Marseille, Charles de Gaulle avait rendu hommage à son compagnon de lutte en lui dédicaçant son portrait avec les mots suivants : « À Raymond Aubrac qui a tant fait dans la lutte qu'il lui faut maintenant tant et tant faire dans la rénovation ».

Raymond Aubrac, 1944

Raymond Aubrac, 1944

photographie

Raymond Aubrac à Marseille, à la fin de 1944. Le 22 août, il est devenu le plus jeune commissaire de la République de France, faisant son entrée, à trente ans, dans « les allées du pouvoir ». 

Crédits : Archives privées/ D.R.

Afficher

Né le 31 juillet 1914 à Vesoul où ses parents font commerce de vêtements, Raymond Samuel est reçu en 1937 ingénieur des Ponts et Chaussées avant de parfaire sa formation aux États-Unis, à Harvard. Officier du génie en 1939, il épouse à Strasbourg une agrégée d'histoire et géographie, Lucie Bernard. Installé à Lyon, le couple fait partie des premiers noyaux de la Résistance et participe à la fondation du mouvement Libération. Sous couvert de son métier d'ingénieur et sous plusieurs pseudonymes, Raymond Aubrac rassemble des armes pour la Résistance et entre dans l'état-major clandestin du général Delestraint, le chef de l'Armée secrète. Ce dernier est arrêté à Paris le 9 juin 1943, ce qui provoque la réunion de Caluire, le 21 juin. Cette réunion, au cours de laquelle Aubrac devait être nommé chef provisoire de l'Armée secrète pour la zone nord, est interrompue par la Gestapo, probablement en raison d'une trahison, et Jean Moulin, délégué clandestin du général de Gaulle, ainsi que sept résistants, dont Aubrac, sont arrêtés. Jean Moulin mourra quelques jours plus tard.

Libéré en octobre 1943 par un commando dont fait partie son épouse enceinte de cinq mois, Raymond Aubrac ignore encore le sort de ses parents morts à Auschwitz lorsqu'il s'envole clandestinement pour Londres le 8 février 1944, avec Lucie et leur jeune fils. Il va siéger à l'Assemblée consultative d'Alger avant d'être nommé, en août 1944, Commissaire régional de la République pour la Provence, chargé de débarquer avec l'armée de De Lattre. Créateur des premières cours de Justice créées dans la France libérée et des Forces [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « AUBRAC RAYMOND - (1914-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-aubrac/