Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOULIN JEAN (1899-1943)

Les polémiques

Jean Moulin est la cible périodique de calomnies. Celles-ci se sont alimentées des écrits d'Henri Frenay, chef du mouvement Combat, qui prétendit, dès 1950, que Jean Moulin avait « favorisé » les communistes dans la Résistance. En 1973, il reprit cette thèse dans ses souvenirs (La nuit finira), puis la systématisa en 1977, dans un essai polémique, L'Énigme Jean Moulin.

Discréditer le symbole de la Résistance (le général de Gaulle fit entrer Moulin en 1964 au Panthéon où François Mitterrand lui rendit hommage lors de sa prise de fonction en 1981), c'est discréditer, d'une part, de Gaulle, et, d'autre part, la Résistance et les valeurs de combat, de sacrifice et de liberté qu'ils incarnent.

La répartition de l'argent et des armes entre les composantes de la Résistance, le choix de ses collaborateurs, la composition des institutions qu'il créa, les directives militaires et politiques qu'il appliqua prouvent, à la lecture des archives, que Jean Moulin n'a pas favorisé les communistes et s'est même appliqué à les contenir, afin d'assurer l'autorité exclusive du général de Gaulle sur l'ensemble des résistances. Frenay, d'ailleurs, n'a jamais prétendu démontrer le crypto-communisme de Jean Moulin, mais seulement exprimer son « intime conviction ». Toutefois, les glissements successifs de son raisonnement, l'utilisation de moins en moins nuancée qui en fut faite et l'autorité morale dont il jouissait en tant qu'ancien chef de la Résistance ont non seulement donné du poids à son soupçon, mais ont fourni des arguments à ses suiveurs. Ceux-ci s'abritent derrière lui pour calomnier Jean Moulin, jusqu'à en faire un espion soviétique voire, à l'opposé, un agent américain.

La métamorphose des résistances en la Résistance, que Jean Moulin a soumise à l'autorité du général de Gaulle, évita pourtant à la France, lors de la Libération, l'humiliation d'une occupation alliée et la tragédie d'une guerre civile qui ensanglanta d'autres pays d'Europe occupés par les Allemands.

— Daniel CORDIER

— Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jean Moulin

Jean Moulin

Autres références

  • JEAN MOULIN, LA RÉPUBLIQUE DES CATACOMBES (D. Cordier)

    • Écrit par Jean-Marie GUILLON
    • 796 mots

    Jean Moulin aurait eu cent ans en 1999 et, comme il se doit pour celui qui est devenu le héros de la Résistance par excellence et un enjeu de mémoire national, cet anniversaire a fourni le prétexte à plusieurs publications.

    Heureusement, à une nouvelle version d'un Jean Moulin au service...

  • AUBRAC RAYMOND (1914-2012)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 951 mots
    • 1 média

    Résistant héroïque, co-fondateur du mouvement Libération, Raymond Aubrac était le dernier survivant des arrestations de Caluire qui scellèrent tragiquement, en juin 1943, le sort de Jean Moulin. Dès le 15 septembre 1944, à Marseille, Charles de Gaulle avait rendu hommage à son compagnon...

  • BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 679 mots

    Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance...

  • CNR (Conseil national de la Résistance)

    • Écrit par Armel MARIN
    • 478 mots

    Organisme chargé d'assurer en France et dans la clandestinité la coordination des mouvements de résistance, des maquis, de la presse, des syndicats et des représentants de partis politiques opposés à Vichy. La première réunion du C.N.R. eut lieu à Paris, rue du Four, le 27 mai 1943...

  • CORDIER DANIEL (1920-2020)

    • Écrit par Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON
    • 1 455 mots
    • 1 média

    Daniel Cordier eut plusieurs vies successives, qui finirent par s’emboîter. Militant nationaliste, secrétaire puis biographe de Jean Moulin, collectionneur, galeriste, globe-trotter, historien, mémorialiste et finalement « grand témoin », il aura toujours été un homme d’engagements, de combats et...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi