Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JEAN L'ÉVANGÉLISTE saint (mort en 100 env.)

Personnage connu par les évangiles canoniques, les Actes des Apôtres et la première traditionpatristique (Irénée), l'apôtre Jean, fils de Zébédée et de Salomé, né à Bethsaïde, était le frère de saint Jacques le Majeur et exerçait le métier de pêcheur. Avant le ministère de Jésus, il semble probable (d'après Jean, i, 25-40) qu'il ait été d'abord disciple du Baptiste. Il devint ensuite l'un des Douze (Matthieu, iv, 21). Ses frères Jacques et Pierre formaient avec lui le groupe privilégié des disciples de Jésus (témoins de la résurrection de la fille de Jaïre, de la transfiguration et de l'agonie de Gethsémani). Avant, comme après la résurrection du Christ, Jean est souvent nommé avec Pierre (Luc, xxii, 8 ; Jean, xviii, 16 ; xx, 2-10 ; xxi, 15-23 ; Actes, iii, 1-11 ; iv, 13 et 19). Le collège de Jérusalem envoie les deux apôtres ensemble à Samarie (Actes, viii). Dans le quatrième Évangile, Jean est appelé « le disciple que Jésus aimait », façon de compenser, peut-être, la grande autorité dont fut investi Pierre, son compagnon. Il est le seul des Douze à être mentionné au moment de la mort de Jésus.

Une tradition, assez digne de foi, le fait venir à Éphèse, d'où il gouverna les Églises d'Asie Mineure, probablement après 60. Il aurait été exilé ensuite à Patmos, sous Domitien (81-96). Revenu à Éphèse sous Nerva (96-98), c'est là qu'il serait mort, au début du règne de Trajan (98-117).

Avec plus ou moins de nuances et de réserves, on attribue à l'apôtre Jean divers ouvrages : des textes canoniques (le quatrième Évangile, les trois Epîtres de Jean et l'Apocalypse), mais aussi les Actes apocryphes de Jean, du iie siècle, et trois Apocalypses apocryphes.

— André PAUL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • APOCALYPSE DE JEAN

    • Écrit par Jean HADOT
    • 6 538 mots
    • 3 médias
    ...positivement exclu de son catalogue des Livres saints. Si, finalement, l'Apocalypse réussit à s'imposer, c'est qu'on la considéra comme l'œuvre de l'apôtre Jean, rédigée vers la fin du règne de Domitien ; on suivait en cela les données fournies par Irénée de Lyon (Adversus haereses, v, 33, 3), dont...
  • CULLMANN OSCAR (1902-1999)

    • Écrit par Jacques-Noël PÉRÈS
    • 926 mots

    Né à Strasbourg le 25 février 1902, mort à Chamonix le 16 janvier 1999, Oscar Cullmann est l'un des théologiens luthériens les plus marquants de son siècle. Depuis son premier article (1925), par lequel il fait connaître au public français les méthodes de l'« histoire des formes » (...

  • ÉVANGILES

    • Écrit par Xavier LÉON-DUFOUR
    • 8 177 mots
    • 2 médias
    Grâce à des analyses minutieuses, on est parvenu à discerner les strates de sa rédaction. À l'origine se trouvent sans doute les souvenirs de l'apôtre Jean, fils de Zébédée, du moins pour les passages qui ne portent pas la marque « johannique » (de l'évangéliste). Puis trois étapes : d'abord l'école...
  • JOHANNIQUES ÉCRITS

    • Écrit par André PAUL
    • 496 mots

    La tradition ancienne, attestée déjà par les Pères apologistes (dont le principal témoin est Irénée, auteur de l'Adversus haereses, env. 180), a attribué à l'apôtre Jean, fils de Zébédée et frère de Jacques, le IVe évangile canonique, qui se présente au demeurant comme un...