FRAGONARD JEAN HONORÉ (1732-1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète de l'amour et de la nature

Le succès indéniable, et justifié, qu'a rencontré Fragonard dans le genre de la peinture frivole et libertine ne révèle qu'un aspect d'un talent beaucoup plus large et plus divers. Il laisse assez vite de côté la peinture d'histoire, malgré l'accueil très favorable, enthousiaste même, qu'avait rencontré le Corésus et Callirrhoé (1765, Louvre), son tableau de réception à l'Académie. En revanche, dès son séjour à Rome, il avait montré un don tout particulier pour la peinture de paysage. À cette époque, ses productions se distinguent encore mal de celles de Hubert Robert, l'ami avec lequel il allait travailler à la campagne. Si l'on n'est pas sûr qu'il soit allé aux Pays-Bas, des tableaux comme L'Orage (env. 1760, Louvre) ou le Paysage aux laveuses (musée de Grasse), avec leurs grands ciels nuageux et mouvementés, attestent au moins qu'il a dû longuement méditer la leçon des paysagistes hollandais.

La Liseuse, J. H. Fragonard

Photographie : La Liseuse, J. H. Fragonard

Les profondes transformations de l'espace public au XVIIIe siècle se traduisent notamment par le développement des cabinets de lecture et par une présence accrue du livre dans la représentation. L'extension d'un lectorat féminin va de pair avec l'essor que connaît alors le roman. Jean... 

Crédits : courtesy National Galery of Art, Washington

Afficher

La nature n'est pas le seul objet qui retienne son attention. Mais un trait du génie de Fragonard se décèle clairement dans cette sorte d'ouvrages : son amour et son sens profond de la réalité. Il est capable de les déployer aussi bien dans la nature morte, comme le montrent le guéridon de bois sombre et l'écharpe soyeuse à raies blanches du Baiser à la dérobée (musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg). On y reconnaît d'emblée l'élève de Chardin. Or c'est ce sens instinctif des objets comme des êtres vivants qui nous donne la clef de sa peinture galante. Il ne s'agit pas d'érotisme entendu au sens moderne du mot, mais tout simplement d'amour. L'Instant désiré (Paris, coll. Arthur Veil-Picard) montre, sur un lit, un garçon embrassant une fille. Ce pourrait n'être qu'une banale grivoiserie, mais l'élan passionné de l'amante, dont le corps nu forme une oblique qui commande la composition de tout le tableau, les bras enlacés, les visages à peine indiqués s'enlevant sur le fond indistinct de l'alcôve, tout est calculé pour rendre sensible le secret émoi de la chair.

La nuance de gravité que Fragonard sait donner au traitement des sujets en apparence les plus badins se remarque aussi dans ses travaux de décoration. On ne sait pas grand-chose de son activité dans ce domaine. Presque tous les ensembles sont détruits, ou au moins dispersés. Par chance, les panneaux peints pour Madame du Barry, à Louveciennes (1770-1773), sont conservés et réunis dans la collection Frick à New York. Fables galantes, semble-t-il ; mais une mystérieuse profusion de feuillages et de fleurs envahit les scènes où sont installés, tout petits dans leurs étincelants costumes, les personnages. Cet effet est encore plus évident dans la Fête à Saint-Cloud (Banque de France). Là encore on a affaire à une scène, avec les coulisses que constituent les arbres des côtés et une grande échappée bleue au milieu ; des buissons prolifèrent sur le devant. Les forains qui s'agitent sur leurs minuscules estrades, le public qui les entoure, tout cela est enveloppé par l'immense respiration qui pénètre les nuages, les feuilles, les branches recourbées. Dans la Fête à Rambouillet (Lisbonne, coll. Calouste Gulbenkian), il ne reste plus que l'eau qui se brise sur les rochers, une rive escarpée couverte de végétation, des frondaisons lointaines bouchant un ciel sombre. Le climat est presque dramatique ; l'accord qui régnait entre les hommes et la nature semble sur le point de se rompre : c'est déjà une vision romantique.

Fragonard appartient profondément au xviiie siècle. Avec les Guardi à Venise et Franz Anton Maulbertsch à Vienne, il est l'un des derniers représentants de la peinture rococo, arrivée au point extrême de son évolution. Le primat accordé à la touche le conduit parfois jusqu'aux tentatives les plus hardies et en un sens les plus modernes. Dans la série des portraits dits « de fantaisie », peints autour de 1770, un pinceau nerveux et rapide agence des traînées de couleur en réseaux presque arbitraires, sans même daigner toujours couvrir le fond. Comme Maulbertsch, les courants nouveaux de la peinture ne l'ont pas laissé indifférent ; la Fontaine d'Amour (env. 1785, Londres, galerie Wallace) présente des accents qui évoquent David ; la volonté de travailler dans le goût antique est évidente. D'autres œuvres renvoient au contraire, comme chez Francesco Guardi, l'écho d'une mélancoli [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Figure de fantaisie, J. H. Fragonard

Figure de fantaisie, J. H. Fragonard
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Les Hasards heureux de l'escarpolette, J. H. Fragonard

Les Hasards heureux de l'escarpolette, J. H. Fragonard
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Liseuse, J. H. Fragonard

La Liseuse, J. H. Fragonard
Crédits : courtesy National Galery of Art, Washington

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  FRAGONARD JEAN HONORÉ (1732-1806)  » est également traité dans :

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « Peintre des Grâces » »  : […] Boucher crée ainsi un nouveau langage pictural, qui a donné sa tonalité au xviii e  siècle français, voire européen, tout en assurant la transition entre la peinture de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence et celle des années 1760-1770. Les artistes de cette décennie ont tous été influencés par lui, qu'ils aient été ses élèves, comme Jean-Baptiste Deshays, Jean Honoré Fragonard, Jacques P […] Lire la suite

HUBERT ROBERT, 1733-1808. UN PEINTRE VISIONNAIRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe BONNET
  •  • 1 017 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le séjour romain »  : […] Nous sommes accueillis dès l’entrée de l’exposition par le beau portrait qu’Élisabeth Vigée Le Brun réalisa en 1788 de son « ami Robert ». Elle le montre regardant vers la droite, selon le code classique utilisé pour représenter les visionnaires, en homme pleinement incarné, empoignant ses pinceaux tout en s’appuyant sur une balustrade. Sensible à « l’intarissable gaîté de son caractère », Élisab […] Lire la suite

ROBERT HUBERT (1733-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 460 mots
  •  • 1 média

Artiste qui est à coup sûr l'un des principaux protagonistes du renouveau général de la peinture de paysage qui marque en France la seconde moitié du xviii e siècle . Hubert Robert se forma au cours d'un long séjour en Italie (1754-1765). L'intérêt pour la peinture de Claude Lorrain, qui se manifestait déjà chez un Joseph Vernet et qu'encourageait volontiers Natoire, (directeur de l'Académie de F […] Lire la suite

SAINT-NON JEAN-BAPTISTE CLAUDE RICHARD abbé de (1727-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 331 mots

Aimable et spirituel, goûtant les arts et les pratiquant à l'occasion, sans toutefois en faire un métier, l'abbé de Saint-Non est l'une de ces figures où l'on se plaît à voir incarnées les meilleures qualités du xviii e  siècle. Il coulera à Paris une existence heureuse marquée seulement par quelques voyages. Jean-Baptiste Claude Richard de Saint-Non, issu d'une famille de robe parisienne, embrass […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « FRAGONARD JEAN HONORÉ - (1732-1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-honore-fragonard/