ROBERT HUBERT (1733-1808)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste qui est à coup sûr l'un des principaux protagonistes du renouveau général de la peinture de paysage qui marque en France la seconde moitié du xviiie siècle. Hubert Robert se forma au cours d'un long séjour en Italie (1754-1765). L'intérêt pour la peinture de Claude Lorrain, qui se manifestait déjà chez un Joseph Vernet et qu'encourageait volontiers Natoire, (directeur de l'Académie de France à Rome), l'influence de Pannini, alors très en vogue et lié avec le milieu de l'Académie de France, purent décider de sa vocation. Sa production, qui combine les études d'après nature et les paysages de caprice, offre alors bien des possibilités de confusion avec celle de Fragonard, dont Robert était l'ami ; les Cascatelles de Tivoli (Louvre) ont ainsi été rendues à Fragonard après avoir longtemps passé pour un Hubert Robert.

Hubert Robert, sa manière une fois trouvée, évoluera peu : ses tableaux, vues de paysages, de villes ou de monuments isolés, de ruines réelles ou imaginaires, gardent toujours un air de fantaisie poétique, une vivacité de touche, un certain caractère vaporeux de l'atmosphère, même quand ils ont un sujet bien défini. Ainsi la série de petites vues conservées au musée Carnavalet, et qui nous font le témoin de quelques-unes des transformations de Paris dans les dernières années du règne de Louis XVI, sont beaucoup plus que des documents ; l'imagination du peintre ne nous restitue les sites et les événements, par exemple l'incendie de l'Opéra au Palais-Royal ou encore la série des monuments parisiens « imaginés en ruines » qu'après les avoir mués en une sorte de féérie aimable et presque détachée de la réalité, en dépit de l'exactitude topographique. Les quatre grandes vues de monuments de Provence, commande royale de 1787, aujourd'hui conservées au Louvre, sont traitées dans le même esprit. On conçoit aisément en les regardant le rapport qui a pu exister entre Robert et Piranèse, car il est certain qu'ils se sont connus. Mais la fascination exercée par la grandeur des ruines antiques porte l'un vers des représentations angoissantes, tandis que l'autre reste dans le registre d'une rêverie voluptueuse.

Grande Galerie du Louvre en ruines, H. Robert

Grande Galerie du Louvre en ruines, H. Robert

photographie

L'œuvre d'Hubert Robert est indissociable d'une méditation sur l'histoire et les cycles du temps. L'architecture devient la métaphore privilégiée d'une « poétique des ruines ». Hubert Robert, Grande Galerie du Louvre en ruines, 1796. Huile sur toile, 115 cm × 145 cm. Musée du Louvre,... 

Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

Afficher

Heureux dans sa vie comme dans son œuvre, Robert traversa les années de la Révolution sans autre encombre que, pendant la Terreur, quelques mois d'incarcération à Sainte-Pélagie. Comme en Fragonard ou Guardi, on peut voir en lui un annonciateur du romantisme, d'un romantisme à la Musset chez qui les grâces du xviiie siècle gardent une saveur de plaisir nostalgique.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  ROBERT HUBERT (1733-1808)  » est également traité dans :

HUBERT ROBERT, 1733-1808. UN PEINTRE VISIONNAIRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe BONNET
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Avec Hubert Robert (1733-1808). Un peintre visionnaire, le musée du Louvre, associé à la National Gallery of Art de Washington, présentait du 9 mars au 30 mai 2016 la première exposition monographique du grand pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-robert-1733-1808-un-peintre-visionnaire/#i_13045

PITTORESQUE, art et esthétique

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 652 mots
  •  • 2 médias

Si le mot pittoresque (de l'italien pittoresco ) apparaît en France en 1708 (il ne fut admis par l'Académie qu'en 1732), il qualifie à l'origine « une composition dont le coup d'œil fait un grand effet », c'est-à-dire qui répond aux canons de l'harmonie classique (abbé Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture , 1719) ; acception reprise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pittoresque-art-et-esthetique/#i_13045

SAINT-NON JEAN-BAPTISTE CLAUDE RICHARD abbé de (1727-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 331 mots

Aimable et spirituel, goûtant les arts et les pratiquant à l'occasion, sans toutefois en faire un métier, l'abbé de Saint-Non est l'une de ces figures où l'on se plaît à voir incarnées les meilleures qualités du xviii e  siècle. Il coulera à Paris une existence heureuse marquée seulement par quelques voyages. Jean-Baptiste Claude Richard de Saint- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-claude-richard-saint-non/#i_13045

VÉDUTISTES

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI
  •  • 4 225 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La France »  : […] Le védutisme français, qui apparaît au cours de la seconde moitié du xviii e  siècle, est le seul estimable après la grande école vénitienne. Pierre de Nolhac, dans son ouvrage Peintres français en Italie , semble attribuer à Hubert Robert et à Fragonard le mérite d'avoir encouragé, les premiers, la représentation de Rome e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedutistes/#i_13045

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « ROBERT HUBERT - (1733-1808) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-robert/