MILLET JEAN-FRANÇOIS (1814-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture de Millet, longtemps très populaire, a été appréciée en vertu de critères d'ordre social ou moral, mais rarement en tant qu'œuvre plastique : c'est ce qu'a justement entrepris la critique récente. Par ses origines, comme par l'univers de toute son œuvre, Millet fait figure de personnalité à part, généralement estimée pour ses qualités de générosité et de probité. Né dans le Cotentin, ce fils de paysan a eu la vocation de la peinture ; elle ne l'éloigna jamais ni de son milieu social ni du sens des réalités, ni d'une éducation marquée par la Bible, qui donne au peintre un goût parfois sentencieux et solennel. Ses premières œuvres, dans les années 1840, enjouées et décoratives, à la palette riche, sont des scènes pastorales et des nus, ainsi qu'une série de beaux portraits appréciés de la clientèle bourgeoise de province. Le modelé en est énergique et, tels les portraits d'officier de marine (1854, musées de Lyon et de Rouen), ils font preuve d'un sens de l'unité des formes, de la simplification avec un maximum de densité, qui caractérise toute la démarche de son œuvre graphique et picturale.

Vers 1846, Millet modifie radicalement sa conception de la peinture : le style, comme le choix des sujets, vont aller vers plus de gravité en même temps qu'ils tendent au réalisme. C'est l'abandon des sujets allégoriques, des thèmes pastoraux libres et sensuels, pour l'univers d'origine du peintre : l'homme à la campagne. Le premier de sa génération, il s'attache à montrer le paysan au travail dans une nature qui n'existe que par rapport au labeur de l'homme ; « c'est le côté humain, franchement humain, qui me touche », écrit-il. Alors que d'autres artistes contemporains, Troyon ou Jules Breton par exemple, idéalisent leurs sujets paysans dans le sens moralisateur de la mentalité bourgeoise et dans le style décoratif qui plaît à la clientèle fortunée, Millet tente de dégager l'essence de la condition humaine aux champs. Ses innombrables croquis, ses dessins très achevés, son extrême lenteur d'exécution sur la toile témoignent que le processus de création s'est peu à peu transformé dans le sens d'une réflexion plus profonde, d'une véritable méditation aboutissant à un art synthétique. Les gestes des travailleurs ou des mères, les attitudes des corps, dans l'effort comme dans le repos se veulent chargés d'un sentiment d'éternité qui n'est pas toujours dépourvu d'emphase ni de procédé. Avec Le Semeur de 1850 (musée de Boston), c'est le premier succès de Millet : il est compris comme un regard nouveau sur la vie paysanne ; on soulignait alors l'aptitude de l'artiste à « donner aux plus simples travaux de la campagne une grandeur biblique ». L'art de Millet va s'orienter vers une conception plus monumentale des compositions, la touche devient plus franche et l'éclairage s'assombrit. Il vit depuis 1849 — et jusqu'à sa mort — à Barbizon, auprès de son ami le peintre Théodore Rousseau ; existence tranquille et laborieuse, rythmée par les envois réguliers au Salon et interrompue par quelques voyages en Auvergne ou en Normandie. Dans les années 1850, c'est l'époque des admirables dessins au crayon gras (qui se vendaient bien aux amateurs de passage à Barbizon), puis des eaux-fortes au modelé sans aucune hésitation ni effort d'illusionnisme (Le Départ pour le travail, 1863). De 1855 à 1857, il peint le célèbre Angélus (musée d'Orsay, Paris), maintes fois reproduit, pastiché, commenté et critiqué. Gambetta y verra, par exemple, en 1873, l'affirmation pour la peinture d'un « rôle moralisateur, éducateur ; le citoyen passe dans l'artiste et avec un grand et noble tableau nous avons une leçon de morale sociale et politique ». Voilà l'interprétation de la peinture de Millet inscrite dans l'histoire des idées politiques de son temps. Pourtant la méfiance, sinon le net recul, que Millet a manifesté toute sa vie à l'égard de l'engagement tel que l'a vécu Courbet, ainsi que l'absence de ton polémique ou contestataire, semblent détruire l'image d'un « Millet socialiste ». Mais, sans en avoir été le militant conscient, il a exprimé quelques-uns des idéaux des hommes de 1848 ; il correspond d'ailleurs aussi au goût de la sentimentalité bourgeoise en face du monde paysan en pleine mutation et menacé par la révolution industrielle. Cela explique peut-être une partie du succès que ses tableaux ont connu aussitôt après sa mort en 1875, succès « populaire mais aussi gouvernemental », souligne A. Fermigier.

Les Scieurs, J.-F. Millet

Photographie : Les Scieurs, J.-F. Millet

Jean-François MILLET, Les Scieurs, 1848, huile sur toile. Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les dernières années de l'activité de Mill [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Les Scieurs, J.-F. Millet

Les Scieurs, J.-F. Millet
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Printemps, J.-F. Millet

Le Printemps, J.-F. Millet
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification

Autres références

«  MILLET JEAN-FRANÇOIS (1814-1875)  » est également traité dans :

MILLET / VAN GOGH (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 929 mots

Aussi instructive que riche en œuvres de haute qualité, l'exposition Millet/Van Gogh, présentée au musée d'Orsay du 14 septembre 1998 au 3 janvier 1999, aurait pu, a priori, sembler dépourvue d'intérêt véritable. Quiconque connaît tant soit peu la personnalité de Van Gogh sait en effet qu'il nourrissait pour Millet une admiration qu'on ne comprend plus guère, car celui-ci conti […] Lire la suite

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Millet et Daubigny »  : […] Jean-François Millet (1814-1875), à l'occasion peintre d'histoire et peintre religieux, marqua de sa participation les travaux du groupe par l'inclusion, dans le paysage, de l'homme attaché à la nature et à la vie des champs. Il s'agissait là d'un thème, populaire dans la littérature et la poésie dès les années 1830, qui affirmait l'innocence de l'homme rural en l'opposant au flétrissement humain […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 273 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Reproduire »  : […] Si les inventeurs de la photographie sont des hommes de sciences (Niepce , Talbot , Herschel...), ses premiers grands praticiens viennent de l'art (Hill , Nadar , Carjat, Nègre, Le Gray, Fenton ...). Plusieurs d'entre eux avaient senti la nécessité de se reconvertir à un mode de production qui condamnait le simple rôle de reproduction auquel on réduisait trop souvent le dessin et la gravure. Trop […] Lire la suite

RÉALISME (art et littérature)

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 489 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réalisme anti-idéaliste ou révolutionnaire »  : […] Dans ses premières manifestations, la peinture réaliste se dresse contre les traditions dominantes dans le domaine de l'art et dans les conventions sociales. Il n'y a rien d'étonnant à ce que le réalisme anti-idéaliste surgisse immédiatement après les événements politiques de 1848. Gustave Courbet ignore les règles de procédure et de bienséance en transcrivant ses sujets directement et avec fidél […] Lire la suite

VAN GOGH VINCENT (1853-1890)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 686 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La quête d'une identité (1853-1880) »  : […] Vincent Van Gogh est né le 30 mars 1853 à Groot Zundert, dans le Brabant, où son père Théodore exerçait la fonction de pasteur. Sa mère, Anna Cornelia Carbentus, était la fille d'un relieur de la cour. Aîné de six enfants – mais précédé par un autre garçon, prénommé lui aussi Vincent, qui ne vécut pas –, doué d'un tempérament de « rêveur », Van Gogh semble avoir connu, dans ce milieu digne et reli […] Lire la suite

VINCENT VAN GOGH : D'ARLES À AUVERS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 540 mots

20 février 1888 Van Gogh arrive à Arles sous la neige où il désire installer un « atelier du Midi ». Il commence à peindre dès le 22 février (une vieille Arlésienne, un paysage sous la neige, la boutique d'un boucher). Il loge à l'hôtel, louant à partir de mai quatre chambres dans « la Maison jaune ». Il peint sans cesse, mais, par mesure d'économie, décide, fin avril, de se limiter au dessin à l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « MILLET JEAN-FRANÇOIS - (1814-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-millet/