MARMONTEL JEAN-FRANÇOIS (1723-1799)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peut-être le meilleur élève de Voltaire, même s'il n'a pas le génie de son maître. Né d'une famille obscure et pauvre, d'abord instruit par un prêtre, puis par les Jésuites, il écrit à Voltaire, qui lui promet sa protection, et vient à Paris. Ses débuts sont difficiles, il connaît la misère avant la gloire. On est bien renseigné là-dessus par les Mémoires pour servir à l'éducation de ses enfants, rédigés dans sa vieillesse, riches d'ailleurs en renseignements de tous ordres sur la vie littéraire et mondaine du xviiie siècle.

En 1746, il donne une édition de La Henriade, avec variantes et préface. Voltaire l'aide et lui conseille de travailler pour la scène. Il écrit donc des tragédies, Denys le Tyran (1748), Aristomène (1749), Cléopâtre (1750). Malheureux sur la scène tragique, il donne avec Rameau deux opéras : La Guirlande, Acanthe et Céphise (1751). Mais la gloire se fait attendre, la fortune ne vient pas. Enfin, en 1756, il commence à publier ses Contes moraux qui obtiennent un succès immense dans les deux mondes et sont traduits en un grand nombre de langues. Marmontel devient l'auteur à la mode, il lit ces productions légères à des dîners (par exemple chez Mme Geoffrin) et fournit au théâtre une mine de sujets à exploiter. Tandis que l'abbé Morellet fait son éloge, Palissot, ardent ennemi des philosophes, le déprécie. En 1763, il publie sa Poétique française. Fréron et Palissot crient à l'hérésie en matière de goût, mais il entre à l'Académie française, dont il devient secrétaire perpétuel en 1783 à la mort de D'Alembert.

En 1767, il publie un roman historique et philosophique, Bélisaire, long conte moral sur le dévouement à l'État, le rôle et le caractère du souverain, la simplification des lois, l'égalisation des impôts, l'inutilité du luxe, la tolérance... Le livre vaut à l'auteur une grande réputation ; il en paraît des versions dans presque toutes les langues d'Europe. La Sorbonne censure l'ouvrage, où elle a trouvé trente-sept impiétés. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, professeure agrégée des Universités (littérature comparée), université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  MARMONTEL JEAN-FRANÇOIS (1723-1799)  » est également traité dans :

CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 560 mots

Dans le chapitre « Imitation et invention »  : […] À vingt ans, Chénier sait ce qu'il ne veut pas être : un Dorat. Il sait moins bien ce qu'il sera : impulsif, velléitaire, il cède à la dispersion et à la procrastination (voir l' Épître sur ses ouvrages). Il commence à écrire en plein âge d'or de la poésie descriptive  : si la terminologie est discutée, l'idéal, lui, ne fait plus question. La poésie peut et doit égaler la philosophie, il y a ving […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-chenier/#i_5581

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Aux sources de la description »  : […] La description est surtout liée au genre épidictique (qui comprend aussi bien le blâme que la louange) et à l'autonomie de morceaux ostentatoires comme l' ekphrasis ou la descriptio , qui peuvent avoir pour objet un spectacle aussi bien réel que fictif. Les formes descriptives rangées dans cette rubrique – par exemple dans le Palatium eloquentiae du P. Pelletier (1641) – sont l'éthopée et la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description/#i_5581

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusion-theatrale/#i_5581

PATHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 421 mots

Est pathétique ce qui, par le spectacle ou l'expression du malheur ou de la souffrance, excite les passions et les émotions vives telles que tristesse, indignation, horreur, pitié, terreur. C'est dans ce sens que Beethoven intitule Sonate pathétique une œuvre où il tente à bon escient d'ingérer les valeurs dramatiques dans le langage instrumental du piano : l'annexion par le piano d'une certaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pathetique/#i_5581

Pour citer l’article

Denise BRAHIMI, « MARMONTEL JEAN-FRANÇOIS - (1723-1799) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-marmontel/