DÉBOUCHÉS, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'économiste français Jean-Baptiste Say (1767-1832) a élaboré une théorie dont la pièce centrale est constituée par la fameuse loi des débouchés. Le principe de cette loi peut être ainsi résumé : c'est le producteur qui crée une demande par ses produits. Un produit créé offre dès cet instant un débouché à d'autres biens pour tout le montant de sa valeur. Say a tenté de démontrer qu'en vertu de cette relation les crises générales de surproduction étaient impossibles.

Reprise par David Ricardo (1772-1823) et par John Stuart Mill (1806-1873), la loi des débouchés signifie en réalité que la production sécrète nécessairement son propre pouvoir d'achat, car les hommes qui contribuent à cette production reçoivent des revenus qui représentent exactement le coût des produits créés, ce qui leur permet d'acheter ceux-ci. Ainsi, offre et demande, flux réels et flux monétaires s'équilibrent automatiquement.

Le pasteur anglais Thomas Robert Malthus (1766-1834) va contester cette loi dans un ouvrage publié en 1820 : Principes d'économie politique (Principles of Political Economy). Malthus adopte une démarche très différente de celle de Say. Ce dernier envisageait le point de départ de l'économie au stade de la production. Malthus considère prioritairement la consommation. Pour lui, le pouvoir de déclenchement de la demande est « grippé » à cause de la mauvaise adaptation de la production aux besoins réels, par l'excès d'épargne des possédants et par certains effets de conjoncture.

Keynes, sans reprendre le cheminement pessimiste de Malthus, dénoncera l'épargne préalable comme étant un facteur dépressif, et il accordera à la demande un rôle moteur dans la vie économique.

—  Alain-Pierre RODET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉBOUCHÉS, économie  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'influence de Jean-Baptiste Say »  : […] Issu d'une famille de commerçants lyonnais, Jean-Baptiste Say (1767-1832) s'enthousiasme très tôt pour l'économie et pour la révolution industrielle qui est en train de se produire outre-Manche. Sa vie est à multiples facettes. Il s'engage pour la Révolution et sera toute sa vie un républicain modéré, attaché au respect de la liberté. Il est l'équivalent d'un directeur de cabinet du ministre giron […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_38915

INNOVATION

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formes et champs de manifestation de l'innovation »  : […] Plus préoccupés de progrès technique et de technologie que de l'ensemble des sources de la croissance et du développement, les économistes contemporains n'ont pas, en général, repris dans son intégralité la conception féconde de l'innovation proposée par Schumpeter. La signification de la notion d'innovation a été ainsi réduite, pour l'essentiel, au diptyque désormais classique opposant innovation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/innovation/#i_38915

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS, 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les déterminants de l'investissement »  : […] Les débouchés des entreprises ont une influence essentielle sur l'investissement. Un des pionniers de ce type d'analyse est John Maurice Clark qui, en 1917, a montré que, dans l'industrie du chemin de fer, l'investissement et les débouchés étaient proportionnels : l'investissement dépend de la variation de la demande. Cette relation est connue sous le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_38915

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 979 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croissance et impérialisme »  : […] Dans l'économie capitaliste, la croissance prend la forme d'une accumulation de moyens de production, d'une accumulation de capital. À quelles conditions est-elle possible ? L'ouvrage traite la question en trois parties ; l'édition française de 1972 ajoute, en quatrième partie, la Critique des critiques . La première partie de l'ouvrage discute les schémas de reproduction du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-rosa-luxemburg/#i_38915

SAY JEAN-BAPTISTE (1767-1832)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REYNAUD
  •  • 1 066 mots

Dans le chapitre « Libéral et révolutionnaire »  : […] Jean-Baptiste Say naquit à Lyon ; il commença sa carrière comme commis de banque, et alla dès l'âge de dix-neuf ans en Angleterre, où il assista avec enthousiasme à la « révolution industrielle ». Il admire vivement l'ouvrage d'Adam Smith, La Nature et les causes de la richesse des nations  ; aussi, dans son Traité d'économie politique... (1803), Say op […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-say/#i_38915

TRAITÉ D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Jean-Baptiste Say - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 1 408 mots

Dans le chapitre « L'apparition de l'entrepreneur dans l'économie politique »  : […] L'analyse de la production constitue la partie la plus importante du Traité et le terrain sur lequel l'approche de Say est aussi la plus novatrice, dans la mesure où elle s'éloigne de la version matérialiste de Smith : « la production – dit-il – n'est pas une création de matière mais d'utilité ». L'utilité est le fondement de la valeur et le prix des choses mesure leur util […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-d-economie-politique/#i_38915

Pour citer l’article

Alain-Pierre RODET, « DÉBOUCHÉS, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/debouches-economie/