Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉBOUCHÉS, économie

L'économiste français Jean-Baptiste Say (1767-1832) a élaboré une théorie dont la pièce centrale est constituée par la fameuse loi des débouchés. Le principe de cette loi peut être ainsi résumé : c'est le producteur qui crée une demande par ses produits. Un produit créé offre dès cet instant un débouché à d'autres biens pour tout le montant de sa valeur. Say a tenté de démontrer qu'en vertu de cette relation les crises générales de surproduction étaient impossibles.

Reprise par David Ricardo (1772-1823) et par John Stuart Mill (1806-1873), la loi des débouchés signifie en réalité que la production sécrète nécessairement son propre pouvoir d'achat, car les hommes qui contribuent à cette production reçoivent des revenus qui représentent exactement le coût des produits créés, ce qui leur permet d'acheter ceux-ci. Ainsi, offre et demande, flux réels et flux monétaires s'équilibrent automatiquement.

Le pasteur anglais Thomas Robert Malthus (1766-1834) va contester cette loi dans un ouvrage publié en 1820 : Principes d'économie politique (Principles of Political Economy). Malthus adopte une démarche très différente de celle de Say. Ce dernier envisageait le point de départ de l'économie au stade de la production. Malthus considère prioritairement la consommation. Pour lui, le pouvoir de déclenchement de la demande est « grippé » à cause de la mauvaise adaptation de la production aux besoins réels, par l'excès d'épargne des possédants et par certains effets de conjoncture.

Keynes, sans reprendre le cheminement pessimiste de Malthus, dénoncera l'épargne préalable comme étant un facteur dépressif, et il accordera à la demande un rôle moteur dans la vie économique.

— Alain-Pierre RODET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble, journaliste

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 5 551 mots
    La nécessité d'enseigner l'économie est une conséquence de ses théories. Il est, en effet, connu pour avoir énoncé la loi des débouchés (Traité d'économie politique, 1803). Selon cette loi, chaque fois qu'une entreprise produit quelque chose, elle distribue sous forme de salaires et de...
  • INNOVATION

    • Écrit par Abdelillah HAMDOUCH
    • 8 853 mots
    • 1 média
    De fait, les trois autres cas d'innovation identifiés par Schumpeter apparaissent tout aussi cruciaux. En effet, l'ouverture d'un débouché nouveau représente structurellement une source substantielle d'occasions d'expansion économique, de profit et de compétitivité pour les firmes...
  • INVESTISSEMENT

    • Écrit par Richard DUHAUTOIS, Patrick VILLIEU
    • 6 375 mots
    • 1 média
    Les débouchés des entreprises ont une influence essentielle sur l'investissement. Un des pionniers de ce type d'analyse est John Maurice Clark qui, en 1917, a montré que, dans l'industrie du chemin de fer, l'investissement et les débouchés étaient proportionnels : l'investissement dépend...
  • L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg - Fiche de lecture

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 980 mots
    • 1 média
    La deuxième partie de l'ouvrage présente les différentes controverses antérieures relatives à l'accumulation et aux débouchés : celle entre Sismondi/Malthus et Say/Ricardo/Mac Culloch, puis celle entre Rodbertus et von Kirchman, enfin celle entre Struve/Boulgakov/Baranowsky et Vorontsov/Nicolai-on....

Voir aussi