Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) L'école classique

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Plusieurs définitions ont été données de l'école classique en économie, et cette pluralité n'est pas sans enjeux théoriques. On doit la première à Karl Marx, l'un des premiers et des plus importants historiens de la pensée économique. Celui-ci oppose clairement l'école classique d'Adam Smith et de David Ricardo, considérée comme scientifique, à ce qu'il appelle « l'économie vulgaire », jugée apologétique et qu'il associe aux noms de Jean-Baptiste Say, Frédéric Bastiat, Robert Malthus. De nature épistémologique, cette définition renvoie à l'opposition de la science et de l'idéologie. La deuxième est fournie par John Maynard Keynes, qui consacre le premier chapitre de son œuvre majeure (Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, 1936) à opposer à Marx une nouvelle définition de l'école classique. Cette dernière, estime-t-il, réunit Ricardo et ses successeurs (Marx compris) jusqu'à Alfred Marshall. Keynes veut ainsi signifier que l'ensemble des développements théoriques de l'école classique, au sens où il l'entend, ne constituent qu'un cas particulier – valide seulement en situation d'équilibre de plein emploi des ressources – de sa théorie générale. Également, de nature épistémologique, la distinction proposée par Keynes renvoie cette fois à l'articulation entre théorie générale et théorie particulière.

Cependant, la thèse de Keynes ne fut pas retenue par la majorité des économistes, et elle fut même inversée, puisque les modèles « keynésiens » sont présentés – par exemple, dans le cadre du modèle IS/LM – comme des modèles généraux, certes, mais auxquels est adjointe une hypothèse particulière, celle de la fixité (ou de la viscosité) des prix. Les modèles « classiques » procèdent du même modèle général, en posant, en revanche, l'hypothèse de parfaite flexibilité des prix. Il s'agit là d'une troisième définition de la notion de classicisme en théorie économique, sans grandes vertus taxinomiques toutefois, puisqu'elle revient à opposer aux modèles keynésiens la totalité de la littérature économique. C'est pourquoi les historiens de la pensée économique ne la retiennent pas et lui préfèrent une combinaison des deux premières définitions de l'école classique, forgeant ainsi une quatrième acception de ce terme. Plusieurs critères (ceux de Marx et ceux de Keynes) se trouvent alors combinés qui, cependant, ne sont pas nécessairement compatibles. On présentera d'abord les conceptions en la matière de Marx et de Keynes pour ensuite montrer à la fois l'unité et les contradictions caractéristiques de l'école classique.

Les classiques au sens de Marx et au sens de Keynes

Karl Marx - crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

Karl Marx

L'opposition tracée par Marx dans Le Capital (1867) entre économie classique et économie vulgaire reflète celle qui distingue deux conceptions du profit. Les classiques se caractérisent par le concept de produit net, auquel sont associées deux propositions. La première est que l'économie produit chaque année plus qu'elle ne consomme. La seconde est que le prélèvement du produit net par certaines classes sociales ne constitue en aucune façon un échange.

François Quesnay - crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

François Quesnay

De ce point de vue, les physiocrates, qui ont su les premiers dégager cette notion, pourraient être considérés comme les premiers des classiques. Dans le Tableau économique de François Quesnay (1758), le produit net est produit chaque année par la classe productive qui le verse à la classe des propriétaires, sans aucune contrepartie.

Cependant, il faut aller plus loin. Du point de vue de Marx, l'école classique commence avec Adam Smith, trouve son apogée avec David Ricardo et s'achève avec John Stuart Mill. En effet, selon lui, Smith a su mettre en évidence que le produit net, imputé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, directeur du pôle d'histoire de l'analyse et des représentations économiques (C.N.R.S., universités de Paris-X et Paris-I)

Classification

Pour citer cet article

Daniel DIATKINE. ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Karl Marx - crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

Karl Marx

François Quesnay - crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

François Quesnay

David Ricardo - crédits : AKG-images

David Ricardo

Autres références

  • MARITIMISATION DE L'ÉCONOMIE

    • Écrit par
    • 3 979 mots
    • 8 médias

    Depuis l’Antiquité, la voie maritime a permis aux navigateurs de commercer en transportant dans leurs navires des quantités de marchandises très supérieures à celles que permettaient les voies terrestres – ainsi, les Égyptiens, qui allaient jusqu’à Sumatra quelque 1200 ans avant notre ère ou, plus...